Le prix Nobel de littérature attribué au romancier tanzanien Abdulrazak Gurnah

Par Judith Chouzenoux | Publié le 08/10/2021 à 14:09 | Mis à jour le 08/10/2021 à 14:21
Abdulrazak Gurnah

Originaire de Zanzibar et ancien professeur de littérature anglaise et postcoloniale à l’université du Kent, Abdulrazak Gurnah est le grand lauréat du prix Nobel de littérature 2021.

 

Le romancier de 72 ans a grandi sur l'île de Zanzibar, dans l'océan Indien, mais il est arrivé en Angleterre en tant que réfugié à la fin des années 1960, fuyant la révolution. Il est l’auteur de dix romans, dont « Près de la mer » (2001) et « Paradise » (1994), qu’il écrit près de la mer dans sa maison à Brighton. Trois ont été traduits en français, chez Denoël et Galaade.

 

Jeudi, la célèbre académie suédoise l’a récompensé pour « son intransigeante et empathique compréhension des effets du colonialisme et du destin des réfugiés pris entre les cultures et les continents ». Le jury a salué sa narration et ses descriptions loin des stéréotypes qui « ouvrent notre regard à une Afrique de l’Est culturellement diverse, mal connue dans de nombreuses parties du monde ».

 

 

Une consécration surprise pour le monde de l’édition

Pour de nombreux critiques et éditeurs, ce prix est une véritable surprise. En effet, nombreux ont confessé qu’ils ne connaissaient même pas l’écrivain avant l’annonce du prix. Abdulrazak Gurnah a lui-même confié avoir « cru à une blague », lorsque l’Académie suédoise a appelé pour lui annoncer l’heureuse nouvelle.

 

Un romancier qui milite pour l’accueil des réfugiés

Les livres de Abdulrazak Gurnah sont le reflet de sa propre histoire et de son parcours. L’auteur, qui a fui la guerre et les persécutions, a appelé l’Europe à reconsidérer sa façon d’appréhender l’arrivée des réfugiés venus d’Afrique. Dans une interview accordée à la Fondation Nobel, l’écrivain a affirmé que « beaucoup de ces gens qui viennent, viennent par nécessité, et aussi parce qu’ils ont quelque chose à donner. Ils ne viennent pas les mains vides ». Pour l’universitaire, les réfugiés constituent une véritable richesse de « gens talentueux et pleins d’énergie ».

 

Premier lauréat noir depuis 1986

La célèbre académie suédoise fait régulièrement face à de vives critiques quant à son manque de diversité et de représentativité des femmes et des personnes de couleur. En remportant ce prix, Abdulrazak Gurnah devient le premier auteur noir africain à recevoir la plus prestigieuse des récompenses littéraires depuis Soyinka, en 1986.

 

La Tanzanie a elle aussi salué cette distinction. Dans un tweet, le porte-parole du gouvernement a jubilé : « vous avez sans aucun doute rendu justice à votre profession, votre victoire est celle de la Tanzanie et de l’Afrique ».

 

Judith Chouzenoux - Journaliste Londres

Judith Chouzenoux

Etudiante à Sciences Po Aix, spécialiste de pas grand chose, curieuse d’à-peu-près tout.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale