Dimanche 5 décembre 2021
TEST: 2269

IKEA s’implante sur Oxford Street

Par Judith Chouzenoux | Publié le 27/10/2021 à 21:45 | Mis à jour le 28/10/2021 à 11:55
Photo : Jueun Song- Unsplash
logo de ikea

Cette fois, c’est officiel. Le géant IKEA a racheté les locaux de l’ancien magasin phare de Topshop sur Oxford Street. Pour la modique somme de 378 millions de livres, la marque suédoise bleue et jaune s’est offert un nouveau siège au centre de Londres.

 

Le bail de long terme, dont l’achat sera réellement conclu en janvier prochain, comprend non seulement les 9 290 mètres carrés qui étaient jusqu'alors occupés par Topshop, mais aussi les locaux d'une boutique Nike Town et le magasin utilisé par la marque de chaussures et de planches de skate, Vans. L’opération vient compléter la cession des actifs de l’empire Arcadia Group, contraint de déposer le bilan et menaçant 1 800 emplois.

 

Un nouveau magasin IKEA au centre de Londres

Le géant suédois du meuble prévoit de rénover le bâtiment afin d’y ouvrir un magasin à l’automne 2023. La boutique serait axée sur la décoration et les accessoires d’ameublement tels que les lampes et les rideaux. La célèbre cafétéria aux plats scandinaves et aux boulettes de viandes mondialement plébiscitées (à tort ou à raison) sera également de la partie, tout comme les chambres et pièces d’expositions que l’on retrouve habituellement dans les labyrinthes du magasin.

 

Oxford Street : une aubaine pour le groupe suédois

Peter Jelkeby, responsable des activités d’IKEA au Royaume-Uni et en Irlande, s’est réjoui de cette future acquisition. Il a expliqué que l’enseigne cherchait à ouvrir davantage de magasins dans les centres-villes, afin de devenir accessible à un plus grand nombre de personnes et de lier plus étroitement ses activités en ligne et ses points de vente physiques.

 

« Même si les achats en ligne continuent de s'accélérer à un rythme rapide, nos magasins physiques, grands et petits, seront toujours une partie essentielle de l'expérience IKEA - en tant que lieux d'inspiration et d'expertise, de communauté et d’engagement », a-t-il précisé. « Amener IKEA au cœur d'Oxford Street - l'une des destinations commerciales les plus innovantes, dynamiques et passionnantes au monde - est une réponse directe à ces changements sociétaux. »

 

magasin topshop

Un nouveau souffle pour les rues commerçantes anglaises

L’emménagement de ce nouveau locataire sur la très prisée Oxford Street intervient après les fermetures successives de nombreux magasins de la rue, conséquence directe des différents confinements. Les marques River Island, Gap, Next et Debenhams ont été contraintes de fermer les portes de leurs succursales, tandis que Mark & Spencer la boutique John Lewis ont demandé des permis de construire afin de convertir certains de leurs magasins en bureaux.

 

Le responsable des activités d’IKEA a confié que la firme, au même titre que de nombreuses autres entreprises, souffrait des difficultés liées aux problèmes auxquels les chaînes d’approvisionnement font face. Mais malgré des stocks bloqués dans les ports et la pénurie de chauffeurs-livreurs, Peter Jelkerby reste optimiste et s’attend à ce que le marché de l’équipement d’intérieur reste solide, dans la mesure où la pandémie a contraint les gens à moderniser leur espace de vie afin de répondre à de nouvelles exigences, comme le télétravail.

 

Cet engouement est partagé par Krister Mattsson, le directeur général d'Ingka Investments, qui fait partie du groupe mère d’IKEA. « Nous croyons fermement à la valeur à long terme du marché immobilier à Londres », abonde-t-il, estimant que cet achat témoigne d’un engagement continu du groupe suédois au Royaume-Uni, où le groupe a par ailleurs récemment investi dans la société Winnow, qui travaille à la réduction des déchets alimentaires commerciaux.

 

Une tentative de sauvetage financier ?

La transaction devrait permettre de rembourser une hypothèque que le bâtiment a contractée en 2019 avec le fonds spéculatif Apollo Global Management, s’élevant à 312 millions de livres. Environ 40 millions de livres supplémentaires seront reversés au fonds de pension d’Arcadia, en déficit d’environ 300 millions de livres au moment de la chute du groupe.

 

Nous vous recommandons
Judith Chouzenoux - Journaliste Londres

Judith Chouzenoux

Etudiante à Sciences Po Aix, spécialiste de pas grand chose, curieuse d’à-peu-près tout.
0 Commentaire (s) Réagir