TEST: 2269

Football : le club Newcastle United racheté par un groupe saoudien

Par Lili Auriat | Publié le 08/10/2021 à 16:07 | Mis à jour le 08/10/2021 à 16:14
L'écusson su Newcastle United

Le club de foot de Newcastle a été racheté hier par un fonds saoudien, une opération validée par la Premier League anglaise. Cette action pourrait permettre au club de concurrencer sérieusement Manchester City et le PSG, mais fait aussi débat quant aux acquisiteurs.

 

Entre les mains de Mike Asheley depuis 14 ans, Newcastle United devient la propriété d’un groupe composé d’un fonds d'investissement saoudien, du PCP Capital Partners et des frères David et Simon Reuben. "Nous sommes extrêmement fiers de devenir les nouveaux propriétaires de Newcastle United, l'un des clubs les plus célèbres du football anglais", a déclaré le président du fonds d’investissement, Yasir Al-Rumayyan.

 

Des investisseurs prêts à mettre les moyens

Les nouveaux propriétaires du club sont visiblement prêts à mettre la main au porte-monnaie pour que « la meilleure équipe du monde » puisse remporter des trophées au niveau national et européen. Le club pourrait ainsi avoir fait l’objet d’une transaction de 300 millions de livres selon certains médias. De retour en Premier League depuis 2017 après un an en deuxième division, les acheteurs entendent redonner au club le prestige qu’il avait dans les années 1990.

Par ce rachat, Newcastle United entre dans le cercle des clubs dépendant des immenses fortunes des pays du Golfe. Il rejoint ainsi les grands clubs de Manchester City, racheté en 2008 par des investisseurs émiratis et du PSG, passé aux mains d’un fonds d’investissement qatari en 2011.

 

Une acquisition qui fait débat

Il ne s’agit pas de la première tentative des saoudiens de racheter le club. L’année dernière, ils avaient déjà fait une offre qui avait été refusée par le club, en partie sous la pression de l’association Amnesty International. Celle-ci avait demandé à la Premier League de durcir ses critères pour pouvoir acquérir un club de football en Angleterre afin d’empêcher ce rachat par l’Arabie Saoudite. L’association avait ainsi alerté sur « la situation désastreuse » des droits humains en Arabie Saoudite. « Les critiques du gouvernement, les militants des droits des femmes, les militants chiites et les défenseurs humains étant toujours harcelés et emprisonnés, souvent à l'issue de procès manifestement inéquitables » avait indiqué le directeur général d'Amnesty UK, Sacha Deshmukh.

 

L’affaire Jamal Khashoggi

Cette année, Amnesty International a réitéré ces alertes auprès de l’instance qui chapeaute le Championnat d’Angleterre. Elle a notamment souligné l’implication du prince héritier Mohammed ben Salmane dans l’assassinat en octobre 2018 du journaliste Jamal Khashoggi, au consulat saoudien d’Istanbul.

Jugé "dérangeant" par le gouvernement car diffusant des opinions très critiques à son égard, le journaliste a été démembré il y a trois ans dans le consulat saoudien par un commando d'agents. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Bien que le ministère des affaires étrangères saoudien ait nié toute implication du prince dans l’affaire, les services de renseignements américains ont prouvé que la capture et l’assassinat du journaliste avaient bien été “validés” par le prince Mohammed ben Salmane. C’est en grande partie à cause de cette affaire que les associations de défenseurs des droits de l’homme jugent contraire à l’éthique le rachat du club anglais par le groupe saoudien. C’est une honte que de “ permettre à des personnes impliquées dans de graves violations des droits humains d’entrer dans le football anglais simplement parce qu’elles ont les poches pleines” a ainsi indiqué Amnesty International.

 

Lili Auriat - Journaliste Londres

Lili Auriat

Lili Auriat, étudiante à Sciences Po Aix, parisienne et passionnée de sport et de voyage.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale