Fin des restrictions au Royaume-Uni : le début de l’été ne sera pas pour le 21 juin

Par Marie Benhalassa-Bury | Publié le 14/06/2021 à 18:33 | Mis à jour le 14/06/2021 à 20:52
Photo : Marcos Paulo Prado - Unsplash
Un enfant regarde l'objectif, contrarié

Boris Johnson devrait annoncer ce soir à 18 heures que le déconfinement total, à savoir l’ultime étape de sa feuille de route, n’interviendra pas la semaine prochaine. Après des semaines de questionnements, la situation s’avèrerait trop tangible pour offrir une telle issue en toute sécurité.

 

Les restrictions toujours en vigueur devraient donc perdurer au moins quatre semaines supplémentaires, contrairement à ce que les étapes du retour progressif à la normale initialement dévoilées le prévoyaient.
Un vote à la Chambre des Communes au cours de ce mois viendra ratifier formellement ce décalage, en dépit des protestations intrinsèques aux Tories.

Le variant indien, seul responsable de ce délai !

Depuis près d’une semaine, le nombre de test positifs quotidiens ne cesse de dépasser les 7000 cas. En cause, la propagation rapide du variant Delta, jusqu’à 60% plus transmissible que les autres, et plus résilient face aux vaccins.

Un peu moins de la moitié du Royaume a reçu ses deux injections, et l’exécutif cherche à savoir s’il existe un lien entre cette progression et un nombre d’hospitalisations stagnant actuellement. Le cas échéant, attendre un mois de plus pour profiter au mieux de l’été permettrait de continuer de protéger la population contre des formes graves de la maladie, et de déculpabiliser une fois en festival par exemple.

Des prédictions mitigées, et un possible conflit politique

Ainsi, le ministre de la santé a déclaré qu’au cours de ce laps de temps, il espère voir 10 millions de nouvelles secondes doses administrées, ce qui porterait la proportion de personnes complètement vaccinées à 60%. Le nombre de nouveaux cas va peut-être doubler d’ici le 21, ce qui justifie donc pour le département un tel redoublement d’efforts demandé aux britanniques.

Edward Argar a également précisé qu’il ne peut néanmoins pas confirmer la nouvelle avant l’annonce officielle de Boris Johnson ce soir.

Les conservateurs estiment qu’une levée des restrictions doit être irréversible, surtout pour les secteurs qui ont le plus pâti de la crise. Certains souhaitent que cette annonce, elle, puisse au besoin faire l’objet d’une volte-face. En effet, si l’exécutif prouve le lien entre vaccination et diminution des hospitalisations parmi les infectés, alors nous pourrions peut-être glaner quelques jours de liberté de plus.

Ces facteurs mènent une partie des Tories à contester une telle annonce, et sèment quelque peu le chaos au sein de leur propre parti. Keir Starmer, à la tête des travaillistes, invoque la responsabilité des ministres et de leur « gestion pathétique des frontières » qui a selon lui permis cette entrée fracassante du variant delta sur le territoire. L’Inde avait été ajoutée à la liste rouge des voyages le 23 avril.

Quatre conditions sine qua non au déconfinement total

Le gouvernement estime que nous pourrons retrouver une vie estivale normale, dès lors que :

  • Le programme d’extension de la vaccination continue de porter ses fruits
  • Le lien entre administration des sérums et baisse des hospitalisations ainsi que des décès est démontré concrètement
  • Les taux de contamination n’induisent pas une potentielle hausse de ces hospitalisations, et par conséquent une pression aggravée sur le NHS
  • De nouveaux variants ne viennent pas redéfinir les risques prévus par l’exécutif

Au programme de l’annonce aussi :

Le premier ministre traitera des questions économiques en suspens, puisqu’une telle mesure inclut bien évidemment un certain nombre d’incertitudes. Il se dit aussi « très sensible » à la question des nombreux couples qui devront peut-être reporter leurs mariages une nouvelle fois. Ces âmes sœurs, mais aussi le secteur de l’évènementiel perdraient beaucoup d’argent, et le blond platine se tient prêt à leur apporter des précisions sur ces problématiques ce soir.

Nous vous informerons demain de l’annonce qui aura été faite d’ici là.

 

Marie Benhalassa - Journaliste Londres

Marie Benhalassa-Bury

Etudiante à Sciences Po Aix, curieuse de tout, ancienne expatriée à Brighton avant de rejoindre l'équipe de rédaction de Londres
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet