Aidez la science en prenant 15 minutes de votre temps pour compter les papillons !

Par Marie Benhalassa-Bury | Publié le 16/07/2021 à 16:24 | Mis à jour le 16/07/2021 à 16:42
Photo : _drz_ - Unsplash
Une multitude de papillons bleus sur fond rose poudré

Si les impacts du réchauffement climatique sur la faune, la flore et notre environnement ne sont plus à démontrer, les habitants du Royaume-Uni peuvent aider les scientifiques à en comprendre la teneur… en comptant des papillons !

 

Apparemment, les papillons de [jour] sont bel et bien sous les projecteurs. Cette démarche ne vous coûtera que 15 minutes de votre précieux temps, en promenade ou lors d’un bain de soleil, puisque la météo semble enfin nous l’autoriser. Ce faisant, vous compterez le nombre de papillons que vous apercevrez et contribuerez de la sorte à l’évaluation de l’un des indicateurs les plus révélateurs du changement climatique. L’opération débute ce jour, le 16 juillet, et prendra fin le 8 août !
 

Après un mois d’avril ensoleillé mais sujet à de nombreux gels, précédant le mois de mai le plus pluvieux de l’histoire du Royaume, le pays voit ses écosystèmes profondément déstabilisés. De ce fait, l’équilibre des populations britanniques de ces insectes s’en retrouve tout particulièrement compromis cette année : grosso modo, les chenilles peinent à devenir papillons.

L’œuvre caritative Butterfly’s Conservation en appelle donc à la solidarité de chacun, et nous invite à nous installer en plein air pour un petit quart d’heure, durant lequel il faudra comptabiliser le nombre de lépidoptères observés, avant de vous rendre sur la plateforme  « The Big Butterfly Count » pour en communiquer le résultat. Celle-ci est disponible sur internet ou via une application mobile. Une telle collecte de données est « vraiment très importante », permettant aux scientifiques d’en déduire un nombre significatif d’informations, estime le vice-président de la charité Chris Packham.

 

Un papillon blanc aux motifs géométriques noirs et rouges
Marcio Cinci - Unsplash

 

On estime qu’environ 8% des espèces de papillons se sont éteintes sur les 150 dernières années, et que 76% de leur population ont diminué en termes d’abondance, de fréquence d’apparition voire les deux. Il resterait à ce jour 59 espèces différentes dans l’archipel, dont certaines semblent migrer de manière imprévisible. En ce sens ce petit exercice, somme toute, peu déplaisant constitue donc « une contribution réellement précieuse », permettant d’éclaircir le pourquoi du comment de ces transformations pour les scientifiques, à la lumière du réchauffement climatique.

 

Marie Benhalassa - Journaliste Londres

Marie Benhalassa-Bury

Etudiante à Sciences Po Aix, curieuse de tout, ancienne expatriée à Brighton avant de rejoindre l'équipe de rédaction de Londres
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale