Samedi 4 décembre 2021
TEST: 2269

The Poison Garden : entrez dans le jardin le plus dangereux du monde

Par Judith Chouzenoux | Publié le 18/10/2021 à 18:14 | Mis à jour le 18/10/2021 à 18:25
Photo : Cross Duck - Flickr
Portail du poison garden

« These plants can kill », tel est le charmant message qui accueille les visiteurs du jardin des poisons d’Alnwick, au nord de l’Angleterre. À première vue, il ressemble à n’importe quel jardin de château, au détail prêt que celui-ci est rempli de plantes capables de vous tuer.

 

Le jardin d’Alnwick est l’une des plus belles attractions du nord du pays. Les plantes et les fleurs colorées y enchantent les 16 hectares de jardin et invitent les promeneurs à se balader entre les allées de roses parfumées et de fontaines. Mais au milieu de ce décor féérique se cache un endroit bien plus étrange et mystérieux : le jardin des poisons.

 

Des plantes qui peuvent vous tuer

Gardé par un lourd portail de fer noir et orné de têtes de mort, le jardin des poisons vous plonge dans une toute autre atmosphère. Ce sinistre pays des merveilles abrite plus de 100 variétés de plantes tueuses. Ici, interdiction formelle de s’arrêter sentir, goûter ou toucher les fleurs, toutes hautement toxiques pour l’Homme.

 

Pour se protéger, les jardiniers, qui s’occupent aussi des visites, doivent porter des gants et des tenues de protection lorsqu’ils entretiennent les plantations. L’idée derrière ce drôle de jardin botanique est de permettre au public de découvrir la science et l’histoire se cachant derrières chacune de ces plantes. Entre légende et anecdote, la visite est instructive et passionnante au possible.

 

 

Histoire du jardin des poisons à Alnwick Garden

Le Poison Garden est l'œuvre de Jane Percy, qui n’est autre que la duchesse de Northumberland, un comté du nord-est de l’Angleterre qui s’étend jusqu’à la frontière avec l’Écosse. En 1995, sa famille hérite du célèbre château d’Alnwick, que l’on connaît avant tout pour avoir servi de décor à l’école de magie Poudlard dans les deux premiers films Harry Potter. Son mari lui confia la tenue des jardins.

 

En 2014, la duchesse confiait au magazine Smithsonian que son mari lui avait confié cette tâche pensant que cela la « tiendrait occupée », et qu’elle n’y « planterait que quelques roses. » Mais Jane Percy avait en réalité un projet plus grand en ce qui concerne son nouveau terrain de jeu.

 

Un projet sortant de l’ordinaire

En 1996, elle décide de lancer l’aménagement des jardins et embauche l’architecte paysagiste Jacques Wirtz pour l’aider à les réinventer. Ce dernier est réputé pour son incroyable travail aux Tuileries à Paris et dans les jardins de l’Élysée. La duchesse souhaite apporter quelque chose d’inédit dans le pays, qui étonne et fascine.

 

Dans les colonnes de Smithsonian elle expliquait : « Si vous construisez quelque chose, en particulier une attraction touristique, cela doit être quelque chose de vraiment unique […] Une des choses que je déteste de nos jours est la standardisation de tout. Je me suis donc dit qu’il fallait essayer de faire quelque chose de vraiment différent et sortant de l’ordinaire. »

 

Un jardin de la mort

Dans un premier temps, la maîtresse de maison avait pensé bâtir un jardin d’apothicaire, c’est-à- dire un jardin avec des plantes médicinales, mais un voyage en Italie l’a mené sur un chemin légèrement différent. La duchesse a visité le célèbre jardin aux poisons des Médicis et fascinée, elle a décidé de créer un jardin aux plantes qui pourraient tuer plutôt que guérir.

 

Pour créer un jardin aussi incroyable, Mrs Percy s’est lancée à la recherche d’une centaine de plantes vénéneuses venant des quatre coins du monde. Sa sélection n’était soumise qu’à deux critères : les plantes devaient être hautement toxiques et raconter une histoire. Cette sélection à mené à la création d’un jardin diversifié où se côtoient des plantes tueuses exotiques comme le brugmansia d’Amérique du Sud, à des poisons plus communs comme la haie de laurier rose.

 

 

 

Un jardin qui sensibilise aussi contre les drogues

Toute une partie du jardin des poisons est décernée aux plantes narcotiques. Au milieu des fleurs à bourgeons nocifs, s’épanouissent des plants de cannabis, de cocaïne, d’opium, de tabac et de champignons magiques. Tous sont cultivés grâce à une autorisation, au nom de l’éducation et de la sensibilisation des jeunes de la région.

 

plan de cannabis au jardin des poisons

 

Informations pratiques

Site internet : www.alnwickgarden.com

Adresse : Greenwell Road Alnwick, Northumberland, NE66 1YU.

Tarifs : 30€ adulte, 12€50 enfant, gratuit pour les moins de 5 ans.

Horaires du 1er février au 28 mars : tous les jours de 10h00 à 16h00.

Horaires du 29 mars au 31 octobre : tous les jours de 10h00 à 18h00.

 

 

Judith Chouzenoux - Journaliste Londres

Judith Chouzenoux

Etudiante à Sciences Po Aix, spécialiste de pas grand chose, curieuse d’à-peu-près tout.
0 Commentaire (s) Réagir