Mercredi 26 janvier 2022
TEST: 2269

Joy & Tranquility : deux expositions consacrées à l’apaisement personnel

Par Amandine Guiony | Publié le 29/11/2021 à 18:51 | Mis à jour le 30/11/2021 à 12:44
Photo : Amandine Guiony
Exposition Tranquility londres

Quel est le dernier moment de pur apaisement dont vous pouvez vous souvenir ? Recréer cette sensation de bien-être constitue l’un des buts de ce parcours, au sein duquel les émotions humaines sont placées au coeur de la creation artistique.

 

La Wellcome Collection convie les Londoniens à rejoindre le chemin de la Tranquillité dès l’entrée du musée. Directement sur la gauche, des portes s’ouvrent sur un temple dédié à la recherche de la spiritualité à travers la pratique du Yoga. La pièce est plongée dans l’ombre, calme.

Le spectateur se trouve face à une installation occupant toute la pièce, dont l’intitulé “My Body is a Temple of Gloom“ -Mon Corps est un Temple d’Obscurité - prend alors tout son sens. Les premières sensations sont lumineuses. Des projections de vidéos vintage montrent des corps de femmes et d’hommes contorsionnés, en pleine séance de Yoga.

Les vidéos sont entrecoupées d’écrans bleus, verts, oranges ou bien violets. Au centre de la pièce trônent une flamme et un cristal lumineux géant. Le mur de droite est recouvert d’une image du temple de Trayambakeshwar, célèbre destination pour les amateurs de Yoga.

Dès les premiers pas dans l’exposition le spectateur est immergé dans une autre dimension, coupé littéralement du monde extérieur. La première impression peut alors s’avérer déstabilisante et la nature humaine peut pousser à chercher une rationalité dans cette installation, avant de se laisser porter par l’exposition et s’abandonner à ses émotions.

 

Textes de développement personnel, chaussettes rafistolées et photos de jardins

La seconde salle mêle objets anciens et oeuvres d’art contemporaines sur le thème de la tranquillité. Cette émotion qui prodigue paix intérieure, harmonie et équilibre peut pourtant s’avérer bien difficile à atteindre. C’est pourquoi elle a été au centre de réflexions artistiques, philosophiques et littéraires depuis des centaines d’années.

Cette partie de l’exposition est consacrée à un mélange de travaux contemporains et d’anciens artefacts un peu hétéroclites et dont le contenu est plus informatif qu’artistique.

 

Une balade multi-sensorielle au coeur de la forêt

La dernière salle enfin est une pure invitation au voyage, bien loin de la capitale britannique et au delà des frontières du Royaume-Uni. L’artiste Chrystel Lebas propose de s’aventurer au coeur de la forêt à travers ‘Regarding Forests’ et ses photographies plus vraies que nature.

L’obscurité règne. Des parfums de bois, de sève d’arbres ou de terre humide accompagnent les visiteurs dans leur parcours à travers des forêts tropicales capturées à la tombée de la nuit entre Washington et l’île de Yakushima au Japon.

Les sens sont en éveil, l’activité incessante de la capitale britannique est pour un instant complètement oubliée. Tandis que certains visiteurs semblent émerveillés par le réalisme de ces photographies, d’autres se sont simplement installés sur les banquettes et tabourets verts prévus à cet effet, s’abandonnant à la contemplation ou à la méditation avant de quitter la galerie, l’esprit certainement allégé.

 

Célébrer la Joie pour mieux vivre en communauté

Mais avant de retourner à la réalité, la Wellcome collection propose un détour par l’exposition ‘Joy’, située au premier étage. Des panneaux guident le visiteur à travers les couloirs, indiquant “Joy this way“. Ces pancartes ne trahissent pas leur parole.

Comme un shot de vitamines avant d’affronter le froid hivernal, la combinaison de ces deux expositions dédiées à la paix intérieure et la joie en communauté semble presque avoir un effet concret sur l’organisme. Les hormones dites “du bonheur“ telles que la dopamine sérotonine sont au centre d’une partie de l’exposition, accompagnant diverses projections colorées et productions artistiques autour de l’euphorie, des plaisirs, du bonheur.

Les relations sociales telles que l’amitié ou le sentiment d’appartenance à une communauté sont mises à l’honneur, tout comme l’art de protester, notamment illustré par une photographie du “smiley humain“, créé par les étudiants de l’Université de Maryland en 1971 pour protester contre la guerre du Vietnam.

Il est possible de visiter gratuitement l’exposition Tranquillity jusqu’au 9 janvier et Joy jusqu’au 27 février en réservant vos billets en ligne ici. Ces deux parcours font également d’un projet plus large baptisé “On Happiness“ et qui s’étendra jusqu’à la fin du mois de février, pour un hiver riche en émotions.

 

 

Amandine Guiony - journaliste Londres

Amandine Guiony

MA Relations Internationales. Vagabonde entre Londres, Dublin et le Sud de la France à la recherche d'histoires à vous raconter.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Varsovie
POLITIQUE

Pologne, la rentrée politique chaotique décryptée par Nicolas Maslowski, politologue

Affaire Pegasus, Nowy Ład, autoritarisme, révolution conservatrice, Union européenne, état de droit : états des lieux avec Nicolas Maslowski, politologue, sociologue et directeur du CCFEF à Varsovie