TEST: 2269

5 bonnes raisons de regarder The End of the F***ing World

Par Benjamin Wettling | Publié le 26/05/2020 à 11:03 | Mis à jour le 26/05/2020 à 11:14
The End of the F***ing World série

Au fil des jours, dans ses colonnes, LePetitJournal.com se propose de revenir vers vous avec des séries qui nous ont marqués, et que nous souhaitons partager avec vous. Aujourd’hui : The End of the F***ing World.

Quoi de mieux en ce moment que de se changer les idées en s’évadant avec The End of the F***ing World, une série qui respire la liberté (parfois à outrance) dans chacun de ses plans. Alors attachez vos ceintures, et préparez-vous à fuguer avec Alyssa et James dans le roadtrip le plus décalé et haut en couleur de ces dernières années.

1. La réinvention d’un mythe

Si on aime autant The End of the F***ing World, c’est avant tout pour son histoire à la fois simple et complexe. Simple par son postulat de base : deux ados rebelles qui décident de fuguer et partent en roadtrip sur les routes anglaises à bord d’une voiture volée. Mais complexe par ses personnages : James est un jeune anglais de 17 ans qui se prend pour un psychopathe et se met en tête de tuer sa compagne de voyage, Alyssa, une jeune rebelle qui en veut à la terre entière. Un duo de choc, une réinvention du mythe de Bonnie and Clyde qui fonctionne étrangement bien. Et pour cause, nos deux héros si décalés se découvrent l’un l’autre au fur et à mesure de leur périple, et par la même occasion se découvrent eux-mêmes.

2. L’humour british

Une grande partie du charme de la série repose sur ce ton anglais, reconnaissable entre mille, cet humour noir et acerbe propre aux Britanniques. Il est ici parfaitement adapté à l’histoire, et les situations comiques font mouche à chaque fois.

3. Une œuvre poétique

On est tout de suite plongé dans l’univers de la série ! La bande originale magistrale, les couleurs très vives, la mélancolie ambiante, tout contribue à la création d’une atmosphère poétique et originale qui nous fait voyager. Et bien sûr la réalisation, qui sublime les paysages d’une Angleterre changeante et surprenante, qui se dévoile au même rythme que les personnages.

4. Un scénario imprévisible

Ce qui ne devait être qu’une simple fugue d’adolescents va prendre des allures de véritable descente aux enfers pour nos personnages. Sans dévoiler le déroulement de l’intrigue, les retournements de situation inattendus s’enchaînent pour James et Alyssa, et chacun des épisodes de vingt minutes se termine sur un beau cliffhanger qui donne envie de continuer encore et encore.

5. Une belle métaphore

Au final, toute la série renvoie à cette période clé du passage à l’âge adulte, rituel sacralisé d’un entre-deux âges que nos mi-enfants mi-adultes fuient sans s’en rendre compte. Un roadtrip infernal, échappatoire à la fois impossible et inconscient, qui les voit se transformer petit à petit en adultes. Une belle métaphore de la part des créateurs de la série, qui parviennent à rester subtils dans le propos.

 

La série est disponible sur Netflix.

 

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
Benjamin Wettling journaliste Londres

Benjamin Wettling

Étudiant en 3ème année à Sciences Po Aix. Passionné du septième art, mais pas quand c'est Neymar qui fait son cinéma à la Coupe du Monde.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale