Samedi 6 mars 2021
Istanbul
Istanbul

Guide : un des plus vieux métiers du monde

Par Selma Elise Numanoglu | Publié le 19/02/2021 à 03:35 | Mis à jour le 19/02/2021 à 11:30
Photo : Des touristes à Sainte-Sophie
guide Turquie

En ces temps de confinement, nous rêvons tous de voyage, de liberté, d’évasion mais cette envie n’est pas neuve… Pour parfaire un voyage, quoi de mieux que l'accompagnement d’un guide. 

Les premières traces

Les premières sources écrites nous amènent sur les terres d'Égypte, en 1244 avant notre ère, il y a plus de trois millénaires. Les premiers guides touristiques étaient généralement des prêtres égyptiens. Nous connaissons même, assez précisément, les endroits où les explications étaient données devant les pyramides, les temples, en raison des nombreux graffitis retrouvés à ces endroits et des traces de la fumée des torches que tenaient les guides. Cest à Gizeh, sur le mur dun temple quun graffiti témoigne, dès cette époque, du désir de voyager : "Hadnakhte, scribe du trésor, est venu en excursion pour se distraire à louest de Memphis, avec son frère Panakhti".

 

Guide Turquie
Gravure d'un voyage en Égypte

 

Au 7ème siècle avant notre ère, des voyages organisés tels que nous les connaissons de nos jours, avec guides touristiques, moyens de transports, lieux dhébergements sont mis en place pour participer et assister aux Jeux Olympiques de la Grèce Antique.

Alexandre le Grand a, lui aussi, recours aux services dun guide lors de ses expéditions en Anatolie. On trouve souvent mention de guides lyciens (région historique, la Lycie, actuellement en Turquie, allant des sites antiques de Telmessos à Phaselis).

Une organisation qui se structure

L'organisation de ces expéditions ou de ces périples est simplifiée par la production de cartes et douvrages. Nous pouvons citer les ouvrages du célèbre Hérodote, historien et géographe, originaire dHalicarnasse (Bodrum dans lactuelle Turquie), mais aussi ceux de Strabon, géographe et historien originaire de la ville dAmasya (Turquie), sans oublier ceux de Pausanias, géographe et voyageur originaire de Sardes (ville de Crésus en Turquie) qui écrivit notamment "Le Tour de Grèce",  parvenu jusqu’à nous. 

Pausanias guide métier

 

Après la période dAlexandre le Grand, la deuxième vague touristique continue jusqu’à la fin de la période hellénistique (-324 à -30 avant notre ère). 

Les voyages se développent sur des territoires en paix où la sécurité des routes est assurée. Au début, les déplacements sont effectués pour faire fructifier ou diversifier son commerce en allant vers des agoras plus "internationales" comme à Ephèse, à Milet, à Klazomenai pour son huile dolive, mais aussi dans un but religieux, pour prendre conseil auprès de lOracle, à Didymes, ou encore pour assister à une fête religieuse, à Comana (Gömenek) pour la déesse Mâ (Déesse mère, de la Lune et de la Guerre). Et il existe toujours les voyages pour participer ou assister aux compétitions sportives, lyriques, théâtrales, qui ont lieu dans ces différentes villes.

Pour accompagner, divertir et informer les voyageurs, il y a les périégètes, les "explicateurs", en dautres termes, les "guides". Ce terme est dabord utilisé pour désigner les prêtres du temple de Delphes, extrêmement instruits, qui ont également comme fonction d’accompagner les visiteurs avec des visites commentées du temple mais aussi de la ville, sans oublier les explications sur les objets offerts et leurs artistes. Ce même terme désignera également les manuels de voyage et leurs auteurs, comme Polémon le Périègète, philosophe, voyageur, géographe du IIIème siècle avant notre ère.

La mise en place d’une professionnalisation

Mais cest avec la Pax Romana et le développement du réseau routier de lEmpire Romain, que le tourisme se diversifie, sintensifie et sorganise davantage. 

La première destination touristique est la ville de Troie en Turquie. Les Romains instruits connaissent lIllyade, et tous connaissent la légende de la fondation de Rome et souhaitent découvrir la ville de leur fondateur, Enée, fils dAphrodite et du Troyen Anchise.

Lors des visites organisées par les guides, les touristes peuvent payer un supplément pour rentrer dans la salle où sont soi-disant exposés des objets ayant appartenu à la belle Hélène ou à Paris.

Les habitants et les guides de Troie comprennent très vite que cette activité peut rapporter beaucoup plus à leur ville si le nombre de visiteurs et la durée des séjours augmentent. Pour cela, ils nhésitent pas à construire un faux mausolée, sous forme de tumulus, pour le présenter comme étant celui dAchille. Figurez-vous qu’Alexandre lui-même vint s’y recueillir.

Pour réaliser la visite des temples, des sanctuaires, on fait appel à des spécialistes : les exégètes. Ce terme sera aussi employé dans certains textes pour désigner les guides en général. 

Les circuits les plus en vogue

Les sept merveilles du monde antique font partie du circuit de voyage le plus populaire de l’époque. Parmi elles, les Pyramides constituent une visite incontournable. Les voyageurs en profitent, comme la fait lEmpereur Hadrien, pour réaliser une traversée sur les eaux du Nil, mais aussi pour visiter les autres lieux et temples de la région. Un spectacle est conçu pour les touristes par les guides. Strabon nous en parle. Il faut se lever tôt pour assister à loffrande faite à Sobek (Dieu de la fertilité), au lever du soleil, car à ce moment-là, un énorme et magnifique crocodile sacré sort des eaux pour récupérer sa nourriture, offerte par le prêtre. Strabon pense que lanimal est apprivoisé.

Il y a bien sûr le Mausolée dHalicarnasse (Bodrum), et lArtémission (dEphèse) parmi les incontournables de cet itinéraire.

 

Knidos
Knidos

 

Cnide (Knidos près de Datça), fait partie des villes où tout le monde se rue littéralement pour pouvoir admirer la statue dAphrodite, réalisée par Praxitèle. Moyennant finances, certains guides vous font accéder à une porte doù lon peut voir le dos de la statue. Quelques rares personnes arrivent même à privatiser les lieux pour profiter seuls de la contemplation d’Aphrodyte.

 

Pergame Turquie
À Pergame

 

A l’époque romaine, le voyage pour tourisme médical se développe, notamment dans les villes de Pergame (actuelle Bergama), avec son centre de soins : lAsclépion, ainsi que celle de Hiérapolis (actuelle Pamukkale) grâce à ses thermes. Les villes comme Ephèse, réputée pour son école de médecine et sa bibliothèque, comme Pergame également, attirent beaucoup d’étudiants, dintellectuels, de professionnels et de commerçants. 

Pour distraire leurs citoyens et tous ces visiteurs, ces villes se dotent de nombre dintervenants et lieux dattractions : théâtre, lupanars, thermes, marchés de produits exotiques, tavernes, gladiateurs, guides, musiciens, poètes, athlètes. 

Mais certains témoignages de visiteurs nous montrent que les visites guidées ou la qualité de certains guides ne sont pas au goût de tous ; Lucien de Samota (Samsat/Adiyaman) nous dit: "Si vous enlevez la mythologie aux guides grecs, ils nauront rien à raconter". Ou encore un graffiti retrouvé à Athènes "Zeus protège-moi des guides dAthènes et toi Athéna, protège-moi de ceux dOlympie !".

L’évolution de la profession de guide jusqu’à nos jours

Concernant les périodes qui suivent, du IVème au XVIIème siècle, la profession de guide reste indispensable pour les voyageurs ou les pèlerins, telle limpératrice Hélène, mère de Constantin, quand elle se rend en Terre Sainte, mais aussi pour les ambassades, les conciles ou pour les armées, lors des premières croisades, qui sont des véritables voyages de groupe voire de masse.

La base du métier de guide est la même qu’à notre époque. Ils organisent, gèrent les déplacements ainsi que le type de transport de tout le groupe de voyageurs. Pour certaines affaires, il y a les drogmans (du grec dragoumanos : interprète) qui sont plus des interprètes, notamment pour les échelles du Levant, mais ont servi également de guides à partir du XIVème siècle jusquau XXème (une école de drogman ou truchement : de larabe tourdjoumân, en France à partir de 1669). Quant aux guides, ils soccupent de trouver les établissements pour la restauration, de faciliter le passage aux frontières. Ils assurent la sécurité du groupe et outre les informations pratiques et les explications, ils permettent laccès aux lieux demandés.

 

Drogman Turquie voyages guide
Un drogman

 

Au milieu du XVIème siècle, une nouvelle pratique émerge, pour atteindre son point culminant au XVIIIème siècle. Toute personne de haut rang se doit deffectuer un long voyage en Europe, nommé "Grand Tour". Par exemple, ce fut le cas de Montesquieu, Louis Alexandre de la Rochefoucauld, Madame de Staël, Alphonse de Lamartine…

Cest en quelque sorte une continuité de la pratique du Moyen-Âge "peregrinatio academica". 

Après le XVIIIème siècle, ce voyage s’étend jusquen Grèce, au Proche-Orient. Durant plusieurs années, le jeune homme, ou la jeune femme, cas plus rare, a un tuteur-un guide. Dans des villes comme Rome, des artistes étrangers venus parfaire leur art, jouent le rôle de guide.

Avec lindustrialisation, cest au tour de la bourgeoisie de voyager. 

 

Métier de guide 19ème siècle
Carl Spitzweg, English Tourists in Campagna, 1835

 

Voyager 19ème siècle valises Turquie guide

 

A partir des années 1840, et à linitiative de Thomas Cook, naît le tourisme de groupe (ou voyage organisé) tel que nous le connaissons aujourdhui.

Le métier de guide-interprète en Turquie

Au XIXème siècle, sur les terres de Turquie, le métier de guide-interprète se développe également avec les relations commerciales, et avec larrivée des voyageurs européens de lOrient-Express. Il s’agit d’une autre branche des drogmans diplomatiques. 

Ces guides-interprètes sont les accompagnateurs indispensables des voyageurs dans les différentes régions dOrient.

Or, malgré ce rôle capital, le guide-interprète fait lobjet dun portrait très souvent dépréciatif dans les récits de voyage en Orient.

Chateaubriand, lui, parle ainsi de son guide-interprète : "le guide, espèce de juif demi-nègre". Mais quand il le quitte : "Je fis mes derniers adieux à mon pauvre camarade : il pleurait, et je n’étais guère moins attendri".

 

Voyage de Chateaubriand guide
Le voyage de Chateaubriand

 

Quant à Gérard de Nerval, dans son ouvrage "Voyage en Orient" (1851) il met en valeur le sien : "Mon drogman est un homme précieux ; mais jai peur quil ne soit un trop noble serviteur pour un aussi petit seigneur que moi". Il rapporte aussi la vision du Drogman sur sa fonction : "Un drogman est à ses propres yeux un homme instruit, un philologue, qui consent à mettre sa science au service du voyageur".

Dans son livre de voyages, publié en 1870, George Bradshaw explique comment se comporter pour visiter Istanbul, et il suggère de prendre un guide pour la visite dAyasofya (Sainte Sophie), en précisant que le tarif est de 40 à 50 Kurus la journée.

 

Sainte Sophie visite guide début du 20ème siècle
Des touristes à Sainte-Sophie, vers la fin du XIXème siècle

 

Nombre de voyageurs et d’écrivains ont recours au service dun guide lors de leur visite dIstanbul. Notamment Edmondo De Amicis en 1874, qui aura non pas un mais deux guides. Lun est rum (orthodoxe) et lautre, turc. Le Rum ne fait que vanter Byzance, et le Turc, lEmpire Ottoman ! 

Cest en 1890, sous le règne du Sultan Abdülhamit II, que le premier règlement officiel de la profession de guide est publié, le 29 octobre 1890. Il est précisé que durant lexercice de sa fonction, le guide doit faire preuve dun bon esprit, et doit valider par un examen la bonne maîtrise de la langue turque et dune langue étrangère.

Au début de la République, un décret est publié le 8 Novembre 1925, avec un règlement très strict pour les interprètes et les guides. Le point le plus important est la formation de ces futurs interprètes et guides. 

En 1928, après lannonce dun concours, 50 guides-interprètes réussissent leur formation et en 1935 un nouveau concours verra 53 nouveaux professionnels valider leur formation.

En 1951, ce seront des lauréats de luniversité qui seront sélectionnés et formés, au total 129 guides-interprètes.

Les années qui suivent permettent de faire évoluer la sélection, la formation et les lois pour la profession en Turquie. Seule une personne détenant sa licence d’état (quil porte sur lui de façon visible lors de son exercice) est autorisée à exercer ce métier de guide-interprète sur le territoire turc.

Actuellement, il faut toujours être diplômé de luniversité dans la filière de la profession, maîtriser parfaitement au moins une langue étrangère, et réaliser une formation sur le terrain, un voyage éducatif sur les sites touristiques et historiques sur le territoire turc.

Il existe aujourdhui en Turquie, plus de 11 000 guides professionnels exerçant dans 37 langues différentes.

Ces derniers mois, une polémique renaît : la nécessité dune langue étrangère pour un guide est remise en question par les agences de voyages qui réclament des guides ne parlant que le turc, pour faire baisser le tarif officiel. 

LUnion des Guides de Turquie trouve cette requête insensée. Apprendre et maîtriser une langue étrangère permet davoir accès à la culture du pays et à différentes sources dinformations…

En turc, le mot "rehber" désigne "guide". Il prend sa racine du perse : Rah, signifiant "la route", et Bar, "montrer". 

 

Guide Turquie

 

Durant des siècles, ce métier a permis de "prendre la route" et de tisser un lien entre des mondes différents.

Depuis 1990, le 21 février est la journée mondiale des guides touristiques, et nous espérons tous, guides et visiteurs, pouvoir bientôt reprendre nos voyages et nos visites…

 

Nous vous recommandons

Selma Elise Numanoglu

Selma Elise Numanoglu

Franco-turque, guide-conférencière diplômée d'État, Selma aime faire découvrir la Turquie à travers sa double culture.
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

YIGIT AKBAS jeu 25/02/2021 - 10:47

MERCI ET FELICITATIONS MME SELMA NUMANOGLU ,L'AUTEUR QUI A REDIGE CET ARTICLE TRES INTERESSANT , ET A L'EDITEUR DE CE PETIT JOURNAL QUI L'A PUBLIE ..

Répondre
Commentaire avatar

maririma sam 20/02/2021 - 17:29

Merci à Selma Elise Numanoglu pour ce passionnant article qui nous fait connaître le rôle des guides depuis l'antiquité. Au passage on peut remarquer que beaucoup de ces géographes de l'antiquité sont nés dans des villes grecques qui sont maintenant en Turquie.

Répondre
Commentaire avatar

Ozlem Kabasakal ven 19/02/2021 - 15:34

Merci infiniment au nom de tout mes collegues pour cet article. En esperant retrouver nos chers touristes le plus tot possible pour leurs faire decouvrir la beaute , la culture de notre pays. Özlem Kabasakal Guide en Français et Anglais

Répondre

Que faire à Istanbul ?

CULTURE

Ouverture du musée du cinéma sur Istiklal à Istanbul

À l’issue d’un projet de restauration qui aura duré deux ans, le premier musée du cinéma de Turquie a vu le jour dans le passage historique Atlas, au cœur de Beyolgu...