Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 1
  • 0

Vietnam : La France rapatrie-t-elle les morts français de la Guerre d’Indochine ?

Si des rapatriements ont eu lieu depuis la fin de la guerre au gré de découvertes ou d’initiatives indépendantes, des milliers de corps de soldats français demeurent ensevelis dans le sol vietnamien. La France les rapatrie-t-elle ? Enquête inédite.

Une sépulture exhumée au vietnam en 2023Une sépulture exhumée au vietnam en 2023
Une exhumation d'une sépulture française présumée au Vietnam - @B.Dieudonné - octobre 2023
Écrit par Capucine Canonne
Publié le 25 novembre 2023, mis à jour le 27 novembre 2023

 

En 2022, Bertrand et Vincent Dieudonné pensent savoir où se trouve le corps de leur oncle, le Capitaine Jacques Dieudonné, mort pendant la guerre d’Indochine. Cela fait 30 ans qu’ils enquêtent sur le crash de l’avion B-26 le 28 avril 1951 à Cao Bang, piloté par leur aïeul avec trois passagers dont le Général Hartemann. Pendant toutes ces années, ils multiplient les expéditions sur place, se rendent aux archives au Service historique de Défense à Vincennes, rencontrent des vétérans, des anciens prisonniers français, mais aussi des villageois et des anciens combattants Viet-minh. « Nous ne lâchons rien depuis 1994. Les travaux effaceront un jour toute trace de nos aïeuls. Rapatrier nos soldats a du sens pour moi mais je pense que la démarche doit venir des familles. » explique Vincent Dieudonné que nous avons rencontré.

 

L’espoir était de trouver des crânes humains ou des objets. Mais non

 

L’exhumation de la présumée sépulture du Capitaine Dieudonné 

Le 4 octobre 2023, les neveux Dieudonné, accompagnés de représentants de la France au Vietnam, se rendent près de Thái Nguyên au nord de Hanoi. Une boîte en métal est exhumée à un mètre de profondeur, avec les dépouilles présumées de l’équipage. En présence des autorités locales, des hommages vietnamiens puis français sont rendus avant d’ouvrir l’objet très abîmé et procéder à une constatation visuelle par un médecin français : « L’espoir était de trouver des crânes humains ou des objets. Mais non » confie Vincent Dieudonné. La boîte est scellée et envoyée à Paris mi-octobre pour l’identification des fragments d’os. « Notre ADN parlera ou non, mais notre enquête continue ! » 

« Lorsqu’une situation de recherche se concrétise, nous l’accompagnons » explique Olivier Brochet, ambassadeur de France au Vietnam lors d’une interview avec lepetitjournal.com. Si la France a accompagné « administrativement et financièrement » ce rapatriement, la quête acharnée de cette famille est décorrélée de toute démarche d’ampleur des autorités françaises. 

 

La boîte du corps présumé du Capitaine Dieudonné exhumée le 4 octobre 2023 - @B.Dieudonné
La boîte du corps présumé du Capitaine Dieudonné exhumée le 4 octobre 2023 - @B.Dieudonné

 

 

Nous ne sommes pas chez nous. Les signalements de villageois sont plutôt rares. Le contexte historique est dense 

 

Des sépultures françaises souvent non référencées ou localisées

Pourquoi la France ne se lance-t-elle pas dans d’importantes fouilles ? La réponse, loin d’être évidente, mérite un contexte historique. Il est impossible d’estimer précisément les pertes humaines en Indochine, autour de 100.000 morts, côté français. Des milliers de sépultures françaises, réalisées sommairement lors de convois ou près de camps de prisonniers - après la bataille de Diên Biên Phu notamment - se mélangent à la nature vietnamienne. « Ceux que nous rapatrions sont ceux dont nous avons la quasi-certitude qu’ils sont Français » explique l’ambassade au Vietnam, souhaitant rappeler que « nous ne sommes pas chez nous. Les signalements de villageois sont plutôt rares. Le contexte historique est dense  » précise l’ambassade, « La réalité de la guerre et ses conséquences, la souveraineté vietnamienne, les moyens financiers à disposition, les souhaits des familles…Autant de facteurs qui doivent être pris en compte ». 

 

La France a l’obligation d’assurer une sépulture perpétuelle à ceux qui sont morts pour elle

 

Beaucoup de soldats français rapatriés depuis 1955 

Après les Accords de Genève de 1954, des blessés et des corps sont rapatriés en France. Environ 12.000 dépouilles de soldats français sont rendues aux familles entre 1955 et 1975. En 1986, de longues négociations aboutissent à des lettres entre le secrétariat d'Etat aux Anciens combattants et l'Ambassade du Vietnam à Paris. L’échange est reconnu comme un accord international et statue sur le sort des corps français inhumés au Vietnam. Entre 1986 et 1987, environ 27.000 dépouilles sont rapatriées, auprès des familles ou à Fréjus, ville mémorielle d’Indochine. En 2005, une fosse commune est découverte à Diên Biên Phu : 13 corps sont rapatriés et honorés le 8 juin, date nationale d'hommage des combats en Indochine. En 2011, des travaux d’urbanisation déterrent 14 dépouilles de soldats français près de Ho Chi Minh Ville. En 2018, 21 corps militaires sont rapatriés à Fréjus. 

 

écret n°87-281 du 21 avril 1987- rapatriements corps de soldats français
Extraits du décret n°87-281 du 21 avril 1987 rapatriements corps de soldats français

 

Patricia Mirallès, secrétaire d’État chargée des anciens combattants et de la mémoire le précise d’ailleurs en mars 2023 dans l'Hémicycle de l’Assemblée nationale : « La France a l’obligation, inscrite dans la loi du 29 décembre 1915, d’assurer une sépulture perpétuelle à ceux qui sont morts pour elle (…) Dans le cas particulier du Vietnam, une doctrine s’est forgée (…) : les corps doivent être rapatriés dans la nécropole du mémorial d’Indochine de Fréjus. Nous devrons, d’abord, définir avec les autorités vietnamiennes les modalités d’information et de conservation des corps découverts. Ensuite, organiser le rapatriement, en mettant à jour l’accord franco-vietnamien de 1986 ».

 

Mémorial à Fréjus des guerres d'Indochine
Mémorial à Fréjus des guerres d'Indochine 

 

Relancé en juin 2023, le secrétariat d'État auprès du ministre des armées précise que « Si de nouveaux corps non vietnamiens sont trouvés (sur le site de Dien Bien Phu NDLR), le ministère opérera comme il l'a fait lors des derniers rapatriements ». Des propos qui vont s’illustrer courant 2024 avec le rapatriement - après vérifications - de deux soldats présumés de l’union française enterrés dans des tombes récentes à Diên Biên Phu. En attendant de nouvelles découvertes… 

 

 

Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

© lepetitjournal.com 2024