Mercredi 27 janvier 2021
Édition Internationale
Édition Internationale

Où ne pas placer son argent en 2021 ? Mais surtout, où le placer ?

Par Sereniteo La Centrale des SCPI | Publié le 18/01/2021 à 17:30 | Mis à jour le 18/01/2021 à 17:30
Argent Placer 2021

Parmi les bonnes résolutions qui reviennent chaque année, trouver les bons placements est lancinante. Toutefois, avant de savoir où il faut placer son argent, il importe de savoir où il ne faut pas le placer. Comme l’a écrit Hippocrate dans son Traité des épidémies  : « Primum non nocere », c’est-à-dire « d’abord ne pas nuire. » Si ce précepte est bien évidemment valable dans le domaine de la santé, il l’est aussi dans celui de la gestion patrimoniale. Aussi, intéressons-nous aux placements à éviter en 2021 et à ceux à privilégier.  

L’année écoulée a été particulière à plus d’un titre. Pour demeurer dans le domaine purement financier, force est de constater que l’immense majorité de nos concitoyens ont fait le dos rond. Toutefois, beaucoup, notamment des professionnels, ont également perdu de l’argent en Bourse en raison de la volatilité des marchés. Mieux vaut donc savoir raison garder avant de se lancer corps et bien dans des investissements.

Il est très important d’avoir conscience du fait que la spécificité des placements fait qu’ils ne sont pas bons pour tout le monde. D’où l’intérêt de savoir exactement ce que l’on désire mais surtout ce dont on a besoin. Cet article va donc vous permettre d’y voir plus clair afin de séparer le bon grain de l’ivraie.

 

Où ne pas placer son argent en 2021 ? Les pièges à éviter

Investir massivement en Bourse peut avoir de fâcheuses conséquences. En effet, de l’argent durement économisé peut se volatiliser du jour au lendemain. Nous ne dirons jamais assez que la Bourse est affaire de spécialistes, et encore, de pseudos-spécialistes se prennent les pieds dans le tapis en investissant pour votre compte sur des valeurs qui ont pris un bouillon. Si certains investisseurs peuvent gagner de l’argent en Bourse, c’est au prix d’une attention constante couplée avec un risque de perte.

Mieux vaut donc ne pas se risquer à de telles extrémités, surtout lorsque l’on prépare l’avenir de ses enfants. Inversement, placer l’intégralité de son argent sur un ou plusieurs livrets A - un par membre de sa famille - ne constitue pas également une bonne alternative. Indiquons que la rémunération du livret A est de 0,5 % par an. Cela signifie qu’il faut 140 ans (sic) pour doubler son capital. Toutefois, il ne faut pas nous faire dire que nous sommes contre le livret A. Ce type de placement peut servir de réceptacle à trois ou quatre mois d’épargne disponible en cas de besoin. Au-delà de ce montant, mieux vaut se tourner vers des placements plus rémunérateurs.

Et l’assurance-vie en euros ? Dans quelle catégorie la mettre ? A notre sens, dans celle des placements à éviter. En effet, les contrats d’assurance-vie en euros sont de moins en moins rémunérateurs (+/- 1 %  par an). En outre, ces contrats sont de plus en plus risqués. En effet, avec le passage en territoire négatif des taux d’intérêt, les compagnies d’assurance payent pour prêter de l’argent, en l’occurrence le vôtre. C’est très difficile à conceptualiser mais c’est hélas véridique. Aussi, de plus en plus de nos concitoyens délaissent les contrats d’assurance-vie en euros. Pour le seul mois de novembre 2020, la décollecte s’est établie à 30 millions d’euros. Pire, sur les onze premiers mois de l’année écoulée, la décollecte a atteint 7,3 milliards d’euros. Excusez du peu…

Pour résumer, il faut surtout ne pas investir son argent sur des contrats d’assurance-vie en euros, quant à la Bourse, c’est à ses risques et périls. Placer quelques mois de revenus sur un livret A peut avoir du sens mais il ne faut pas dépasser quatre mois de revenus.

Aussi, que faut-il faire pour être certain de ne pas se tromper ?

 

Où placer son argent en 2021 ? La meilleure piste à suivre

Dans l’absolu, la meilleure piste à suivre est d’investir en immobilier mais pas n’importe comment. Rappelons qu’investir en direct en immobilier ne constitue pas la meilleure solution. En effet, entre les contraintes de gestion, le coût des taxes foncières, des primes d’assurance, des charges de propriété, mais également les risques d’impayés, la liste des désagréments possibles est longue.

Comme le précise Grégorie Moulinier, l’un des associés-fondateurs de La Centrale des SCPI (www.centraledesscpi.com), le site le plus complet en matière d’investissement patrimonial digital :

« Les SCPI, notamment les SCPI de rendement, offrent le meilleur couplage entre le risque et la rémunération. Rappelons que la performance moyenne de 2020 des sociétés civiles de placement immobilier devrait être autour de 4,00 %. En outre, l’achat de parts de SCPI épargne aux investisseurs toute contrainte de gestion. » Si l’épargne immobilière assistée constitue le moyen le plus simple d’investir en immobilier, encore faut-il savoir comment faire.

La première chose à avoir en tête est de se faire conseiller par une société spécialisée dans l’épargne digitale. Bien évidemment, il convient de se documenter au préalable sur les SCPI afin de se faire une première idée de ce placement qui a suscité l’adhésion de plus d’un million de Français. Chaque investisseur peut être intéressé par telle ou telle thématique. II est donc fondamental de construire son portefeuille de SCPI à sa main avec toutefois l’aide d’un conseiller, d’autant que le prix des parts des SCPI est identique quel que soit le canal de distribution.

Parmi les nombreuses voies d’exploration de l’univers des SCPI, s’intéresser aux SCPI européennes constitue un très bon choix. A côté, les épargnants investissent également sur les SCPI Logistique et les SCPI Santé qui constituent une véritable opportunité d’investissement.

Au-delà du choix de telle ou telle SCPI, il importe de savoir par quel biais, l’achat de parts de SCPI peut être réalisé. Il existe trois modes d’achat : au comptant, à crédit ou en démembrement temporaire de propriété. Seul un conseiller spécialisé en pierre digitale saura trouver la bonne alchimie.

Comme l’indique Gabriela Kockova, manager au sein de La Centrale des SCPI :

« Vous pouvez bien évidement nous contacter à distance en composant le 01.44.56.00.23. ou évoquer votre projet avec votre conseiller dédié grâce à la visio-conférence. Il est possible d’acheter vos SCPI en ligne, une solution idéale pour les expatriés. »

Voilà pourquoi l’achat de parts de SCPI, notamment celui des SCPI de rendement, a suscité autant l’attrait des Français. La solidité de leurs patrimoines, l’absence de contraintes de gestion, la mutualisation des actifs, le prix de leurs parts qui est de quelques centaines d’euros dans la majorité des cas, en font un placement qui mérite toute l’attention de celles et de ceux qui souhaitent augmenter la valeur de leur patrimoine sur le long terme.

 

Découvrez en vidéo où placer votre argent en 2021 :

https://www.youtube.com/watch?v=35gJFIfrolA

 

Avertissement
L'investissement dans une SCPI n'est pas garanti, tant du point de vue des dividendes perçus que de celui de la préservation du capital. Les SCPI dépendent en effet des fluctuations des marchés immobiliers.
Avant toute décision d'achat de parts de SCPI, faites-vous conseiller par un professionnel afin d'être certain(e) que ce placement correspond à votre profil patrimonial.
Enfin, comme tout investissement immobilier, tenez compte du fait que les SCPI sont des placements de long terme dont la durée de détention minimale ne saurait être inférieure à huit ans.

 

 

   

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Santé

Plaisir et addiction : quels sont les mécanismes ?

La simple vue d’un éclair au chocolat ou d’une quelconque sucrerie peut provoquer chez certains une envie, voire même un besoin irrésistible de consommer. Ce besoin est causé en grande partie par…

Retour en France

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER

Exode des expatriés : plus de 90000 Français en moins sur le Registre

Le retour massif des expatriés serait-il réel ? Les derniers chiffres du registre des Français de l’étranger démontrent en tout cas une baisse de plus de 5% en un an de la population expatriée