Mercredi 22 septembre 2021
Édition Internationale
Édition Internationale
TEST: inter

Quelles sont les pires destinations pour s’expatrier en 2022 ?

Par Damien Bouhours | Publié le 30/05/2021 à 18:00 | Mis à jour le 03/06/2021 à 11:43
Une rue au Koweit

S’il est de plus en plus difficile de se projeter dans une expatriation, certains pays ont souffert plus que d’autres de leur gestion de la crise ou des conséquences de la pandémie. lepetitjournal.com fait le point sur les 10 pires destinations où s’expatrier en 2022.

Comme chaque année, l’enquête Expat Insider réalisée par Internations permet de déterminer le point de vue des expatriés sur leur pays de résidence. Plus de 12.000 personnes ont répondu à cette enquête qui permet d’analyser 59 destinations d’expatriation et les conséquences de la pandémie sur les conditions de vie des expatriés. 45% des personnes interrogées déclarent que la crise a eu un impact sur leur expatriation. Après avoir vu les 10 meilleures destinations, lepetitjournal.com fait le point sur les 10 pires destinations pour s’expatrier en 2022.

 

La Vallette à Malte

 

50. Malte, un environnement qui ne séduit pas

Malte arrive cette année à la 50e place sur 59 du classement Internations. L’île méditerranéenne arrive à la 54e place quant à la qualité de vie sur place et notamment dans les domaines des transports, de la qualité de l’environnement ou de l’air. Un expatrié italien témoigne : « Il n'y a pas du tout de nature, pas d'espaces verts, de mauvaises infrastructures pour les enfants, et trop de trafic et de pollution ». Malte a cependant un gros point positif : son climat (7e).

 

Un train en Inde

 

51. L’Inde : insécurité et qualité de vie médiocre

L’Inde se retrouve à la 51e place de ce classement Expat Insider 2021. Le pays a pourtant un gros avantage : son coût de la vie (13e) et les possibilités d’épargne. 82% des expatriés sont satisfaits de leur situation financière. Même si 62% des expatriés s’adaptent rapidement à la culture locale et 79% trouvent la population amicale, 51% des personnes interrogées trouvent qu’il est difficile de s’y installer. Le gros point négatif pour l’Inde reste sa qualité de vie (58e). La qualité de l’environnement y est jugée d’ailleurs la plus mauvaise au monde. Le pays est également classé 56e dans la catégorie sécurité.

 

Istanbul en Turquie

 

52. La Turquie, une situation professionnelle compliquée

La Turquie arrive à la 52e place de l’enquête Expat Insider. Le pays arrive même dernier pour la catégorie du travail à l’étranger. Les expatriés en Turquie sont particulièrement insatisfaits de leurs horaires de travail, de l’équilibre vie personnelle et professionnelle ou des opportunités proposées. Les résidents étrangers sont également inquiets pour la sécurité de leur emploi. « Pour les expatriés, il est extrêmement difficile d'obtenir un permis de travail », explique un expatrié britannique. Même si les Turcs sont jugés amicaux, 53% des personnes interrogées trouvent qu’il est difficile de se faire des amis locaux. La Turquie arrive 54e pour le critère de la stabilité politique. Les expatriés regrettent également les difficultés pour obtenir un bonne connexion internet sur place.

 

Une plage à Chypre

 

53. Chypre, difficile de travailler et d’économiser

Chypre atteint la 53e place de ce classement. Comme la Turquie, Chypre est critiquée pour le manque d’opportunités de travail et une mauvaise sécurité de l’emploi. Le pays arrive en 57e position pour cet indice, juste devant l’Italie et la Turquie. Un expatrié népalais souligne : « Il est difficile de trouver du travail, ce qui fait que je ne peux pas payer l'université ou mes frais de subsistance ». Chypre arrive en dernière position pour ce qui est des finances personnelles. 39% des expatriés déclarent que leur revenu n’est pas suffisant (contre 23% dans le reste du monde). Chypre est cependant prisé pour son climat (5e) et pour l’amabilité de sa population locale.

 

Une devanture de magasin au Japon

 

54. Le Japon, difficile et cher de s’y installer

Le Japon arrive en 54e position. Le gros point négatif réside dans les difficultés d’installation, le pays se classant 58e pour ce critère. Le pays arrive d’ailleurs dernier pour le critère de la langue, que ce soit pour la complexité de son apprentissage mais également le fait que les expatriés ne parlant pas japonais ont des difficultés pour y vivre. Les expatriés ont également des difficultés pour s’adapter à la culture locale (45%, contre 63% dans le reste du monde). L’équilibre entre vie privée et vie professionnelle est également montrée du doigt. 30% des expatriés s’en plaignent contre 17% dans le reste du monde. Le Japon est également très bas dans le classement (54e) pour ce qui est des finances personnelles. La qualité de vie au Japon est cependant appréciée, notamment pour ce qui est de la qualité de l’environnement, les infrastructures ou encore la sécurité. « Le Japon offre un environnement sûr, et la plupart des choses sont faites correctement dans le respect des autres », explique un expatrié sud-africain.

 

Le Caire en Egypte

 

55. L’Égypte, une qualité de vie médiocre

L’Egypte arrive à la 55e place du classement Expat Insider 2021. Le pays arrive 57e pour ce qui est de l’indice de qualité de vie. Les expatriés critiquent en particulier la qualité de l’air et le manque d’espaces verts. L’Egypte arrive dernière (59e) pour ce qui est du critère : « vie numérique ». Les résidents étrangers trouvent qu’il est difficile d’avoir une bonne connexion internet et de payer sans argent liquide. Les perspectives de carrière et la sécurité de l’emploi sont également évaluées négativement par les expatriés. L’Egypte reste cependant un pays peu onéreux et où il est simple de se faire des amis.
 

Moscou en Russie

 

56. La Russie, un pays difficile à l’économie fragile

La Russie se classe 56e de ce classement. Les expatriés évaluent négativement l’économie locale et par conséquent la sécurité de l’emploi. Son environnement naturel et la qualité de l’air sont également fustigés par les expatriés interrogés. Un expatrié américain témoigne : « Je n'aime pas l'absence d'efforts ou de politiques significatifs visant à réduire la pollution environnementale et à soutenir le recyclage de base ». La Russie est également critiquée pour les difficultés d’installation. Elle arrive juste avant le Japon pour le critère « langue ». 48% des expatriés trouvent qu’il est difficile de vivre en Russie sans parler la langue locale. Le coût de la vie reste le point positif du pays, même si la Russie arrive en milieu de classement (25e).

 

Le Cap en Afrique du Sud

 

57. L'Afrique du Sud, un pays jugé dangereux

L’Afrique du Sud est la troisième pire destination d’expatriation pour 2022. Les expatriés l’ont placé à la 55e place pour ce qui est des finances personnelles. 34% des résidents étrangers estiment que leur revenu n’est pas suffisant pour couvrir leurs déplaces. L’Afrique du Sud arrive également à la 54e place pour ce qui est de la vie professionnelle. Les deux tiers des expatriés ont une mauvaise opinion de l’économie locale. La qualité de vie en Afrique du Sud est jugée négativement (52e) et notamment le critère de sécurité pour lequel le pays est dernier au niveau mondial. « Vous ne pouvez pas vous promener en toute sécurité », raconte un expatrié éthiopien. L’Afrique du Sud est cependant prisée pour son climat, son environnement naturel et les possibilités de loisirs.
 

Florence en Italie

 

58. L’Italie, problèmes professionnels et revenus insuffisants

L’Italie arrive en 2e position des pires destinations pour les expatriés. Le pays arrive dernier (59e) pour ce qui est des finances personnelles. 30% des expatriés sont insatisfaits de leur situation financière, et même très insatisfaits pour 14%. Un tiers des expatriés déclare que leur revenu n’est pas suffisant. Les perspectives de carrière sont également très mauvaises (59e). « Trouver un emploi n'est pas facile pour les étrangers, même pour ceux qui sont bien éduqués », résume un expatrié iranien. L’administration et les difficultés pour payer sans argent liquide sont pointées du doigt par les résidents étrangers. Les expatriés en Italie apprécient cependant le climat et les possibilités de voyage qu’offre le pays.

 

Koweit

 

59. Le Koweït, pire destination pour les expatriés

Comme ce fut le cas dans sept des huit derniers classements, le Koweït est jugé comme la pire destination pour les expatriés. Le pays se retrouve en dernière place pour l’indice de qualité de vie, notamment pour ce qui est possibilités de loisirs, de voyage, de transport et même pour ce qui est du climat. Les perspectives de travail ne sont également pas bonnes pour les expatriés vivant au Koweït. 31% des personnes interrogées ne sont pas satisfaites de leur travail mais également 34% de l’équilibre vie privée et vie professionnelle.

Les expatriés expliquent également que le pays ne facilite pas l’installation des expatriés. 62% des expatriés ont du mal à s’y faire des amis et 44% jugent les habitants hostiles aux résidents étrangers.

 

Le Top 10 des pires destinations d’expatriation selon Expat Insider 2021

  1. Koweït
  2. Italie
  3. Afrique du Sud
  4. Russie
  5. Egypte
  6. Japon
  7. Chypre
  8. Turquie
  9. Inde
  10. Malte
Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

DOMINIQUE ALHERITIERE lun 31/05/2021 - 08:04

C'est vraiment du n'importe quoi. Il n'y aurait donc rien d'autre que le climat comme premier point positif en Italie?! Comment pouvez-vous publier des imbécilités pareilles, pour un pays qui abritent 70% des oeuvres d'art du monde, qui a un régime alimentaire qui est l'un des plus sains de la planète, un réseau de trains rapides très efficace, des villes qui sont des trésors, des paysages à couper le souffle, etc ..... ?

Répondre