Samedi 25 septembre 2021
Édition Internationale
Édition Internationale
TEST: inter

Ségolène Royal aux Sénatoriales : « Mes électeurs et soutiens ne seront pas déçus »

Par Damien Bouhours | Publié le 23/06/2021 à 18:00 | Mis à jour le 16/07/2021 à 10:34
Photo : Ségolène Royal avec la communauté française de Pékin
Ségolène Royal avec la communauté française de Pékin

A la tête d’une liste nommée « Français.es dans le monde, une chance pour la France », Ségolène Royal poursuit son chemin vers les Sénatoriales. L’ancienne ministre nous présente dans cette interview exclusive son travail participatif auprès des nouveaux conseillers des Français de l’étranger et sa volonté de rassembler au-delà de la gauche traditionnelle.

 

Il est important de travailler avec cette grande diversité au service de tous

Comment analysez-vous le taux de participation ainsi que les résultats de ces dernières élections consulaires ?

Les électeurs ont voté dans des conditions difficiles et malgré cela le taux de participation, certes faible, a heureusement résisté. Ensuite il n’y a pas d’analyse uniforme à faire, ce serait réducteur. Il existe des spécificités territoriales, mais aussi les engagements personnels des candidats. Des élus réélus mais aussi des nouveaux. Certains avec leur étiquette politique et d’autres sans étiquette. Ce qui est important c’est de travailler avec cette grande diversité, au service de tous, Françaises et Français dans le monde.

Des questions très difficiles sont devant nous et liées au contexte sanitaire et économique. Je ne prendrais qu’un exemple concernant l’éducation : 40% des lycées français dans le monde sont actuellement fermés ; en Amérique latine ou en Asie, par exemple, certains enfants sont privés de présence à l’école depuis 18 mois. Il faudra rattraper, pour toutes ces jeunes générations, les épreuves psychologiques et éducatives avec détermination.

 

L’intelligence collective est source d’efficacité et signe de respect

 

Vous avez lancé un travail participatif auprès des nouveaux conseillers des Français de l’étranger élu, quel en est l’objectif ?

C’est une conviction de longue date : l’intelligence collective est source d’efficacité et signe de respect. J’ai toujours travaillé comme cela. Et donc celles et ceux, élus consulaires, conseillers et délégués, anciens et nouveaux, qui au cours de cette campagne ont travaillé et réfléchi, doivent se reconnaître dans ce plan de travail. Tout simplement parce qu’ils et elles sont la base de la remontée des attentes et réciproquement en retour, sont en droit de recevoir prioritairement une demande d’avis sur les sujets débattus au Sénat. D’ailleurs la plupart des sénateurs et sénatrices travaillent comme cela.

 

La présence française dans le monde est un atout pour toute la Nation

 

Vous allez conduire aux sénatoriales, une liste nommée «Français.es dans le monde, une chance pour la France». Pourquoi ce nom ?

Parce que c’est la vérité et qu’elle mérite d’être réaffirmée. La présence française dans le monde est un atout pour toute la Nation. Il faut le dire et faire en sorte que les actes suivent. Car il y a un retour vers la France de cette présence a l’international et dans bien des domaines. Non seulement dans le domaine de la diplomatie d’influence, mais aussi pour les entreprises et la création de valeur économique, culturelle, sociale. Il faut renouer avec une vision volontariste de la francophonie. L’austérité budgétaire dans le domaine de la présence française est incompréhensible, alors que les Anglo-saxons ont multiplié par quatre leur engagement budgétaire éducatif et culturel dans le monde ! Il faut vraiment une remise à niveau. Nous y travaillerons avec tous les élus consulaires pour faire entendre leur voix, leurs avis et propositions.

 

Nous avons des capacités de rebond face à ces crises

 

Vous souhaitez rassembler au-delà des élus socialistes et de gauche ?

Oui bien sûr, car certains grands électeurs n’ont pas d’étiquette politique. Donc je souhaite rassembler toutes celles et ceux qui se retrouvent à Français du monde, de gauche, écologistes, mais au-delà, citoyens et humanistes. Pour travailler tous ensemble, dans un contexte difficile de sortie de crise sanitaire, économique, éducative ajoutée à la crise climatique. Mais je suis sûre que nous avons des capacités de rebond face à ces crises.

 

Vers quelles thématiques allez-vous construire votre contrat d’engagement pour ces sénatoriales ?

Nous avons, avec l’équipe qui m’entoure, dégagé une dizaine de thèmes que vous pouvez retrouver sur le site ouvert spécialement.

Le premier d’entre eux concerne le statut et les moyens des conseillers et délégués des Français de l’étranger. Maintenant que la réforme de 2013 est installée, il faut la finaliser et prévoir vraiment les moyens de travailler, et de la visibilité pour les élus. Je suis, par exemple, convaincue par ce que m’ont dit des conseillers des Français de l’étranger : pourquoi n’ont ils ou elles pas les mêmes moyens qu’un conseiller départemental ou régional, à commencer par l’écharpe tricolore et les moyens matériels de fonctionnement ? Je le comprends d’autant mieux, ayant été présidente de région avec des conseillers régionaux très actifs et travailleurs. Cette visibilité dans les cérémonies officielles entraînerait certainement une meilleure participation.

 

Je m’inscris dans la suite de Claudine Lepage

 

Si vous êtes élue, comment voyez-vous votre futur rôle de sénatrice ?

C’est à un confrère et ami de l’équipe de l’Elysée, Guy Penne, à qui j’ai pensé en premier quand on m’a sollicitée pour cette candidature au Sénat. Ami fidèle de François Mitterrand, il était, avant d’être sénateur des Français de l’étranger, l’un de ses proches conseillers dans cette équipe, à laquelle j’ai participé pendant sept ans, chargée des questions sociales, d’éducation, d’environnement, et des sommets internationaux du G7 avec Jacques Attali.

Et puis je m’inscris dans la suite de Claudine Lepage en continuant son travail considérable comme le prouve ses multiples appartenances aux groupes et structures dont elle rend compte régulièrement.

La morale de l’action, au plus près et au plus vrai, guidera mes pas et ceux de l’équipe, et mes électeurs et soutiens ne seront pas déçus.

Êtes-vous intéressé par les prochaines élections sénatoriales ?
Choices
Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
4 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

jean luc1 dim 27/06/2021 - 00:23

des sénateurs qui siègent en permanence à Paris , la majorités d'entre eux ne se sont jamais expatrier de leur vie, sénateurs comme député , celas ne sert qu'a récompenser un loyale serviteur du partis jean Luc 1 https://www.expat.com/forum/viewforum.php?id=4259

Répondre
Commentaire avatar

Bhaubertin jeu 24/06/2021 - 09:35

Si je me souviens bien il y a qq années elle voulait surtout les taxer les Français.e.s de l étranger ? C est sur qu’ils ne seront pas déçus. Une des (bonnes) raisons pour avoir quitter la France c’etait aussi pour nous débarrasser de ces bouffons de politiciens professionnels. Dommage se les retrouver chez nous..

Répondre
Commentaire avatar

Ebé lun 28/06/2021 - 15:23

Je vois confirme que retrouver cette pseudo politique Pour nous représenter me laisserait un goût vraiment amer ! Pourquoi laisser le champ libre à cette sangsue qui a passé sa vie à vivre aux crochets de la République Française sans jamais rien lui apporter ? Faut il que la gauche ou la droite soit ringards à ce point pour n’avoir d’autres alternatives à offrir aux électeurs ? Quelle tristesse !

Répondre
Commentaire avatar

Eve sam 26/06/2021 - 16:21

On est parfois un peu soufflé(e) d'entendre les déclarations de certains hommes ou femmes politiques !!! Petite question: comment candidater aux Sénatoriales représentant les Français de l'étranger ? Faut-il déjà être "élu" quelque part, ou est-ce que n'importe quel quidam peut se présenter ?

Répondre

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ