Samedi 21 septembre 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les ambassadeurs invités à bâtir une diplomatie « de l’audace »

Par Justine Hugues | Publié le 29/08/2019 à 18:03 | Mis à jour le 29/08/2019 à 18:30
Photo : © MEAE
conférence des ambassadeurs 2019

La conférence des ambassadeurs et ambassadrices, qui se tient toute la semaine à Paris, réunit près de 200 diplomates, invités à repenser la place de la France dans le monde. 

« Il y a une recomposition du monde et la France, puissance d’équilibre, doit y prendre toute sa part ». Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et plusieurs centaines de diplomates ont consacré cette semaine de pré-rentrée à un grand remue-méninges.  

Comme chaque année, la conférence des ambassadeurs et ambassadrices est l’occasion pour ces derniers d’échanger entre eux, de débattre avec des élus, des experts, représentants de la société civile ou du secteur privé. Troisième au monde, derrière les Etats-Unis et la Chine, le réseau diplomatique français comprend 160 ambassades, 16 représentations permanentes auprès d’instances multilatérales, deux bureaux de coopération (Pyongyang et Taïpei) et 89 consulats généraux, employant près de 15.000 personnes, dont 10.000 à l’étranger. 

 

Fin de l’hégémonie occidentale

 

Le bouleversement du monde vers une architecture incertaine, instable et risquée était encore sur toutes les lèvres cette année.  Reprise de « l ’ensauvagement » – de par l’abandon des traités d’armement - crise de l’économie de marché, révolution technologique, enjeux écologiques majeurs…Autant de manifestations du bouleversement des démocraties occidentales et de l’avènement d’un ordre international nouveau. « Il y a un risque que le monde se défasse », alerte Edouard Philippe, dans son allocution.  

 

Mais vouloir sortir d’un système reposant « sur des réalités d’asymétrie » semble aussi être un leitmotiv pratique pour justifier des réformes qui ont fait grincer des dents. Preuve en est les positions tenues par le Président de la République et les ministres face aux diplomates sur l’augmentation des frais de scolarité dans les universités françaises pour les étudiants étrangers.  « Jusqu’à présent, on acceptait tout le monde, mais c’était un système postcolonial, dans lequel on actait qu’il était impossible pour les étudiants de faire une licence dans leur pays d’origine », affirme le Président. Et son Premier ministre de rassurer les troupes quant à l’effet de la mesure sur les demandes d’inscription dans les universités françaises : « Il y a une transformation des publics et une augmentation du nombre d’étudiants étrangers, notamment d’origine indienne ». 

 

Les cartes de la France dans ce monde nouveau ? Jouer son rôle de « puissance d’équilibre » dans une Europe « souveraine ». 

 

conférence ambassadeurs 2019

 

 

Puissance d’équilibre

« Nous ne sommes pas une puissance alignée qui considère que les ennemis de nos amis sont aussi les nôtres » assure le président Macron, pour qui la France doit « décliner cette forme d’indépendance indispensable de notre démocratie », en « repensant notre relation avec certaines puissances ». Premier « ennemi » d’hier visé : la Russie, qu’il serrait erroné de « vouloir pousser loin de l’Europe ».

De l’Afrique aux Balkans en passant par l’axe indopacifique, de la lutte contre le terrorisme à la neutralité carbone, le président Français appelle les diplomates à renforcer les relations bilatérales et repenser les alliances, pour contrer les velléités hégémoniques chinoises et américaines. Pour le gouvernement, l’Europe, dont « certaines puissances sont résolues à faire leur terrain de jeu », doit rester le partenaire privilégié de l’Hexagone, en plus d’être un laboratoire pour construire un nouvel « humanisme » et refonder une identité.  

Et concrètement ?

 

« Stratégie de l’audace »

 

Corolaire des politiques intérieures menées depuis le début du quinquennat, l’action intérieure de la France doit poursuivre sa transformation. « A la vitesse verticale et percutante du début du quinquennat, on substitue la puissance horizontale de la concertation », a tenu à rappeler le premier ministre Edouard Philippe, dans son allocution aux diplomates. 

 

Agilité, mobilité, imagination : les têtes de l’Etat appellent à revisiter les automatismes, avec leur rhétorique habituelle sur l’obsolescence de l’ancien monde. Pilotée par le nouveau secrétaire général du quai d’Orsay, François Delattre, la modernisation de la diplomatie devrait passer, entre autres, par un plan pour la parité (45 femmes pour 140 hommes actuellement), une meilleure indexation des salaires à l’inflation et aux taux de change, un vrai outil de reconversion des cadres, un vivier de primo ambassadeurs, une nouvelle direction numérique. 

 

Pour mener la « bataille d’influence » sur le terrain, « il faut qu’il n’y ait qu’une seule stratégie française par pays », rappelle le ministre Le Drian, évoquant, en creux, les situations où ambassade, AFD, Institut Français, Alliance Française ont pu se marcher sur les pieds. 

 

Premier partenaire de cette nouvelle « stratégie de l’audace », la société civile, avec qui les liens doivent être « renouvelés » et intensifiés ». « Vous devez être à la fois des connaisseurs et amis des peuples où vous êtes et des inventeurs d’une diplomatie à rénover », appelle Emmanuel Macron. 

 

Outre les allocutions ministérielles, le quai d’Orsay a choisi, suite au succès des précédentes éditions, de renouveler son opération de speed dating économique : des entretiens de 15 minutes entre 400 chefs d’entreprise venant de toute la France et des ambassadeurs en poste ont été organisés en début de session. La semaine se conclut vendredi 30 août par un déplacement des ambassadeurs dans onze régions métropolitaines, où ils rencontreront préfets, élus, et principaux responsables économiques publics et privés. 

Nous vous recommandons

Justine Hugues

Justine Hugues

Après avoir travaillé 8 ans dans l’aide humanitaire et au développement (en Amérique Centrale, République Dominicaine et Birmanie) elle s'est reconvertie dans le journalisme avec l'ESJ Pro. Elle fait aujourd'hui partie de l'équipe de rédaction à Paris.
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Avo 7 jeu 05/09/2019 - 17:01

Comment caricaturer ce qui faisait le prestige de la France mais coûte trop cher pour ce qu'elle est devenue ? Simple en disant que c'était une politique post-coloniale, voilà qui déconsidère définitivement la politique des études universitaires pour les étrangers alors que dans de nombreux cas c'était le seul moyen pour eux de poursuivre des études à un niveau international. Si on ne se pose pas trop de question on encaisse avec satisfaction ce genre de balivernes !!!! De toutes façons les universités francaises étant de plus en plus mal classées dans les enquêtes internationales il aurait juste suffi d'attendre encore un peu pour ne plus en recevoir ....

Répondre
Commentaire avatar

Kriss lun 09/09/2019 - 00:05

La France a une énorme carte à jouer à l'International avec ou sans l'Europe mais pas avec des insensés pareils! Débandade en ce domaine Universitaire ? Mais tous les autres le sont également! Nos bobos aux commandes sont tout juste capables de faire les beaux et discourir en salons, ils veulent s'intégrer dans la mondialisation en "fonctionnaire parigot " et masquer leurs incompétences à grands coups de COM aujourd'hui ! Ils dilapident tout notre capital intérieur, fruit de siècles de travail de nos parents mais aujourd'hui COM ou pas COM cela ne peut pas marcher à l'extérieur car les autres ne sont pas des sots ! Ainsi de tout notre cinéma, le monde se marre de nos Jupiter and Co politicards qui ne se rendent compte de rien, toujours toujours les mêmes âneries alimentant un french-bashing international aujourd'hui ! Ainsi pourquoi parler seulement des Universités? Tout est dans cet état là en France, les budgets ne peuvent aller dans toutes les poches privilégiées voilà la question ! Rien ne changera jamais avec les mêmes hurluberlus sortis du même moule! Ils ne connaissent rien en dehors de l’hexagone et plus même non plus d'une grande partie de l'Hexagone d'ailleurs, ils ne se sont pas même rendus compte que des Français ne mangeaient pas à leur faim ! Effectivement " si on encaisse avec satisfaction ce genre de balivernes" "il suffit d'attendre encore un peu !" Les franchouilles visiblement encaissent donc et donc on ...attend !

Répondre
Commentaire avatar

Kriss ven 30/08/2019 - 22:51

Génial votre humour ! Bravo à celui ou celle qui a positionné la cause simple des problèmes juste en dessous du long charabia qui l'expose ! Dixit ......Le profil type de l’ambassadeur français : Philippe, 57 ans, énarque POLITIQUE Publié le 16 avril 2018

Répondre

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ
Sur le même sujet