Samedi 21 juillet 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le profil type de l’ambassadeur français : Philippe, 57 ans, énarque

Par Justine Hugues | Publié le 16/04/2018 à 10:40 | Mis à jour le 16/04/2018 à 17:33
profil type ambassadeur français

Son Excellence Philippe serait en outre né à Paris ou dans les Hauts-de-Seine et passé par les bancs de Sciences Po Paris.  Tim Laurence, étudiant en sciences politiques à Lille, a entrepris de dresser le profil sociologique des 181 ambassadeurs français en poste en mars 2018.  Des résultats aussi amusants que révélateurs de la reproduction sociale des élites dans le corps diplomatique français. 

 

« L'idée d'étudier les ambassadeurs m’est venue suite à la lecture de la lettre envoyée par l'ambassadeur Zaïr Kedadouche, alors en poste à Andorre, au Quai d'Orsay en 2013. Celle-ci laissait présager des écarts importants de représentativité entre les ambassadeurs et la population française ». Tim, 21 ans, passionné par la question de la représentativité de nos élus et hauts fonctionnaires, n’en est pas à son premier tir d’essai. Il vient en effet de boucler une étude similaire sur le profil sociologique des maires de l’Hexagone. 

A partir d’une compilation de données fournies par le Quai d’Orsay, Tim a passé au peigne fin les prénoms, genres, dates et lieux de naissance et formations académiques de nos 181 ambassadeurs actuellement en poste. 

 

Près d’un ambassadeur sur dix s’appelle Philippe

L’ambassadeur moyen, né en 1961, a 57 ans aujourd’hui. Si le plus jeune, en poste à Amman, est âgé de 40 ans, le plus âgé, au Saint-Siège, fêtera cette année ses 66 ans.  « L’usage des prénoms permet de montrer sensiblement la surreprésentation des personnes nées dans les années 1950 et 1960 », explique l’auteur de l’étude. Philippe, François et Christian, prénoms les plus communs chez les ambassadeurs, sont en effet la traduction d’un effet générationnel.

D’où viennent ces hauts représentants de la France à l’étranger ? De Paris et Neuilly-sur-Seine, pour pléthore d’entre eux. La capitale serait pourvoyeuse de 21% des ambassadeurs, tandis que la commune huppée des Hauts-de-Seine en fournirait 9%.  En comparaison, en 2016, selon l’INSEE, les naissances à Paris représentaient uniquement 3.6% des naissances totales en France.

 

Tim Laurence ambassadeurs français
Tim Laurence, étudiant en troisième année à Sciences Po Lille (IEP de Lille), actuellement en mobilité universitaire à Santiago du Chili.

 

Sciences Po Paris et l’ENA : le doublé gagnant

Plus de 57% des ambassadeurs sont passés par les bancs de la rue Saint Guillaume à Paris. L’ENA n’est pas en reste, avec 45 % des ambassadeurs y ayant réalisé leurs études. Si ces deux institutions constituent toujours la voie privilégiée d’accès aux hauts postes diplomatiques, l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) a également formé 17% de la cohorte étudiée. Enfin, les Ecoles Normales Supérieures (ENS), les écoles de commerce comme HEC ou l’ESSEC et les Instituts d’Etudes Politiques (« Sciences Po », hors Paris) comptent également plusieurs diplômés parmi les ambassadeurs français. 

 

Où sont les femmes ?

Avec seulement un quart des ambassadeurs de sexe féminin, la parité parmi les hauts gradés de la diplomatie française semble être un horizon lointain. Des pans entiers de la planète, tels que l’Amérique du sud, demeurent la chasse gardée des hommes. « Les postes dans les pays stratégiques sont souvent occupés par des hommes », analyse Tim. Cela concerne, entre autres, les Etats-Unis, 4 des 5 BRICS (lesquels concentrent 40% de la population mondiale), ainsi que la totalité des pays de la péninsule arabique.  

 

« La diversité a été oubliée par le Quai d’Orsay »

Pour Tim, «  si volonté il y a d’ouvrir les postes d’ambassadeurs à d’autres profils, elle ne se matérialise pas dans les données à disposition ». Le constat d’un devoir de renouvellement des ambassadeurs, constitue, pour l’auteur de l’étude résolu à faire bouger les lignes, une piste de réflexion à creuser au Quai d’Orsay, et plus largement au sein des autorités politiques. « Il me semble que la question de la diversité, qu'elle soit sociale, géographique, en termes de genre, de diplôme ou d'âge a été relativement oubliée par le Quai d'Orsay », déplore-t-il. Avant d’invoquer « de nouveaux profils et horizons dans cette fonction en pleine mutation ».  A l’heure où le président français appelle à un renouvellement de la classe politique par des experts à la place des énarques, le vœu de Tim restera-t-il pieux ? 

 

 

Pour consulter l'étude dans son intégralité, cliquez ici 

A propos de l'auteur : né en 1997, Tim Laurence est un étudiant en troisième année à Sciences Po Lille (IEP de Lille), passé par la Pontificia Universidad Catolica de Chile à Santiago du Chili. Son étude sociologique sur le profil sociologique des ambassadeurs Français en 2018 s’inscrit dans un travail plus large axé sur les caractéristiques sociologiques spécifiques à certains groupes sociaux, professions ou corporations. Celle-ci fait suite à une première enquête sur le portait sociologique des maires de France élus en 2014, publiée en mars 2018. 

Justine Hugues

Justine Hugues

Après avoir travaillé 8 ans dans l’aide humanitaire et au développement (en Amérique Centrale, République Dominicaine et Birmanie) elle s'est reconvertie dans le journalisme avec l'ESJ Pro. Elle fait aujourd'hui partie de l'équipe de rédaction à Paris.
6 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

dominique mar 17/04/2018 - 08:48

Quel trouvaille ! Il semble normal que la composition du corps des ambassadeurs reflète la composition des lauréats des grandes écoles qui mènent à la carrière diplomatique. J'espère bien que ce corps, ainsi que celui de nos dirigeants économiques et politiques, resteront composés des élites du pays. La manie des quotas et des équilibres sociologiques de toutes sortes ne peut mener qu'à des absurdités.

Répondre
Commentaire avatar

Micha jeu 19/04/2018 - 10:30

Absurdité vous même !? J'ai travaillé dans un centre de recherche interministériel piloté par des polytechniciens. Ceux ci n'étaient pas des ingénieurs au sens ou je l'entend mais des technocrates ; Ils étaient, pour la plupart, incapables de concevoir quelque chose... Sans doute par le manque d'imagination prodiguée par une école militaire. Je me souviens d'une exception, un fils du peuple ayant réussi polytechnique Paris qui était raillé par les polytechniciens de bonne famille. Le hic c'est qu'on lui doit à lui et un autre chercheur non polytechnicien, la mise au point de l' infrastructure des premiers réseaux de téléphonie mobile portatifs cellulaires. Combien de Centraliens et ingénieurs d'autres écoles, plus compétents, limités dans leur carrière par ce qu'on appelaient "la mafia des X". Alors la mafia des grandes écoles... Ras le bol. Notre président Mr MACRON a raison ! Ce qui est amusant ; c'est qu'il est issu de cette même cuisse de Jupiter. Cela laisse à penser sur l'urgence de réformes en ce domaine. Micha.

Répondre
Commentaire avatar

JDBNice mar 17/04/2018 - 07:44

Merci pour cet excellent article. Ce constat de l'uniformité du recrutement ne se vérifie pas que pour les ambassadeurs, hélas, mais je n'avais pas encore pensé à quel point la France pouvait risquer de pâtir de ce recrutement de diplomates dont l'existence, pendant leurs études, avait l'horizon bloqué au boulevard périphérique ! Bien sûr cela n'empêche pas certains d'entre eux d'être compétents et dévoués, mais quand même, il me semble que le profilage est limité dans les conditions que Tim a mis en évidence. Puisse le rayonnement des langues et des cultures francophones reposer sur des épaules et des cerveaux issus de classes populaires de l'ensemble du territoire "hexa et extragonal" !

Répondre
Commentaire avatar

Solange lun 16/04/2018 - 16:53

Cette étude indique les affectations en mars 2018 mais ne montre nullement les missions antérieures, les Ambassadrices ou Mme l'ambassadeur ont déjà été en mission tant en Jordanie qu'en Irak.

Répondre
Commentaire avatar

Julie lun 16/04/2018 - 10:59

Au Chili il y aussi de quoi faire en matière de reproduction des élites!!

Répondre
Voir plus de réactions

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ
Sur le même sujet