TEST: inter

Ecole Pratique des métiers de la diplomatie : se former pour mieux représenter

Par Damien Bouhours | Publié le 16/03/2022 à 18:00 | Mis à jour le 16/03/2022 à 18:30
Photo : Jean-Yves Le Drian lors de l'inauguration de l'Ecole Pratique des métiers de la diplomatie
Jean-Yves Le Drian lors de l'inauguration de l'Ecole Pratique des métiers de la diplomatie

« Un nouvel élan pour la diplomatie française », voilà comment Jean-Yves Le Drian a défini L’Ecole pratique des métiers de la diplomatie (EDI) lors de son inauguration le 14 mars dernier à la Courneuve. Cette nouvelle structure a pour but de mieux former les agents du ministère mais aussi de faire découvrir le métier de diplomate au plus grand nombre.

 

Que veut dire représenter la France à l’étranger ? Comment répondre aux enjeux de la diplomatie 2.0 ? Comment fonctionne une Ambassade ? Quels sont les leviers d’influence de la France à l’international ? Autant de questions qui pourront trouver une réponse au sein de la nouvelle structure du Quai d’Orsay : l’Ecole pratique des métiers de la diplomatie (EDI). Inaugurée ce 14 mars, l’EDI est la nouvelle structure de formation, initiale et continue, des 13.000 agentes et agents (dont 10.000 à l’étranger) du ministère.

 

 

Bien appréhender la complexité des métiers de la diplomatie

« La diplomatie est un choix de vie qui demande des sacrifices mais c’est bien sûr un métier », a souligné le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Le premier objectif de l’EDI est donc de former les agentes et agents du ministère et ce quels que soient leurs statuts. Ces formations sont proposées à des moments clés de leur carrière, seront certifiées et pourront être exigées pour l’accès à certaines fonctions ou responsabilités. Une façon de consolider les formations initiales mais aussi de permettre des mises à jours régulières et des spécialisations. Cette offre de formation s’articulera avec celle de l’Institut national du service public (INSP).

 

Ces formations, qui vont des techniques de négociation, des modules d’apprentissage des langues en passant par l’aide au développement ou l’analyse géopolitique, seront délivrées par des tandems constitués d’un expert et/ou d’un universitaire et d’un agent expérimenté du ministère. Elles pourront être suivies à la Courneuve, à Nantes, à Paris ou à distance.

 

La fonction de diplomate ne doit plus être entourée d’un halo de mystère 

 

Ouvrir davantage les carrières diplomatiques

« La fonction de diplomate ne doit plus être entourée d’un halo de mystère », a insisté le ministre. Avant d’ajouter : « Cette école sera tout sauf repliée sur elle-même et sera ouverte à tous ceux que les métiers de l’Europe et de l’international intéressent ». L’objectif est donc clair : ouvrir les bancs de l’EDI à tous les jeunes talents. Une académie diplomatique d’été a ainsi vu le jour depuis 2021 et accueillent des étudiants et lycéens, sélectionnés sur des critères sociaux et d’excellence, pour une semaine de découverte des métiers de la diplomatie. De quoi créer ou confirmer des vocations, comme cela a été le cas de Sami Lagati, qui a participé à la dernière session : « Ces cinq jours de conférences thématiques m’ont permis de confirmer mon souhait de travailler dans la diplomatie. J’ai pu découvrir la grande diversité des métiers mais aussi leur dimension très humaine ». Suite à ces sessions estivales, les participants reçoivent également l’aide du ministère afin de préparer les concours d’entrée aux écoles.

 

 

 

La sensibilisation également au niveau des décideurs

Depuis 2019, le Collège des hautes études internationales et diplomatiques (CHEID) permet aussi de sensibiliser aux enjeux de la diplomatie française pour les décideurs et la société civile. L’objectif est également de développer ce projet avec notamment la création de partenariats avec des établissements d’enseignement et des universités, françaises et étrangères.

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique