Samedi 15 mai 2021
Édition Internationale
Édition Internationale

Fill’expat: le podcast au féminin pour sauter le pas de l’expatriation

Par Adèle Hourdin | Publié le 22/04/2021 à 18:00 | Mis à jour le 23/04/2021 à 10:37
Kelly Barichello enregistre son Podcast Fill'Expat

Fill’expat, c’est le podcast francophone qui donne les clés pour s’expatrier. Toutes les semaines, Kelly Barichello interroge des femmes francophones qui ont fait le choix de partir s’installer à l’étranger.

Ce sont comme deux copines qui discutent de leur expérience. Dans des podcasts de plusieurs dizaines de minutes, Kelly Barichello recueille le témoignage de femmes qui, comme elle, ont fait le choix de quitter la France. Comment tout lâcher pour partir à l’étranger ? Comment s’intégrer sur place ? Toutes les expériences sont bonnes à entendre lorsque l’on pense soi-même à se lancer dans l’aventure. Cette fois de l’autre côté du micro, Kelly Barichello nous livre son expérience.

 

Quelle est votre histoire en tant qu’expatriée ?

Pendant les années qui ont suivi mon bac, je souhaitais améliorer mon niveau d’anglais. Après une première expérience de trois mois au Pays-de-Galle, j’ai souhaité partir plus loin de la France et plus loin des francophones. Je me suis retrouvée près de Chicago aux Etats-Unis pour un stage de trois mois. Ça a été le plus bel été de ma vie. Je suis rentrée en France, finir ma dernière année d’école d’ingénieure et je suis immédiatement retournée aux Etats-Unis, occuper le CDI qui m’avait été offert à la fin de mon stage. Mais rapidement le rêve américain a viré au cauchemar. J’étais dans un engrenage de travail, je n’avais plus le temps de m’épanouir à côté. Après trois ans à Chicago, j’ai eu l’opportunité de travailler pour la même entreprise mais au Canada. Là bas, les horaires sont mieux respectés, il y a plus de temps accordé à la vie en dehors du travail. J’ai passé 6 ans à côté de Toronto. Récemment, j’ai décidé de tout quitter et je suis partie m’installer en Guadeloupe. C’est un retour en France mais au milieu des Caraïbes.

 

 

Comment vous est venue l’idée de faire un podcast sur l’expatriation ?

J’ai toujours aimé parler d’expatriation, en racontant ma propre histoire ou en aidant ceux qui souhaitaient sauter le pas. J’ai aussi toujours été une grande fan de podcast. En écoutant le podcast d’Alex Vizeo, « Je t’emmène en voyage », je trouvais très intéressant d’entendre les histoires de ceux qui partent. A ce moment là, j’étais dans la phase où je savais que je voulais repartir, tout lâcher, mais je ne savais pas comment l’expliquer à mon entourage. Les podcasts que j’écoutais ne répondaient jamais à mon interrogation : «  comment fait-on pour tout quitter ? »

A ce moment là, le Covid est arrivé et je me suis retrouvée avec plein de temps entre les mains. Créer ce podcast était l’occasion de rencontrer des personnes qui ont tout lâché et de pouvoir leur poser mes propres questions.

 

Pourquoi s'intéresser exclusivement aux femmes dans votre podcast ?

En s’adressant à tout le monde, on ne s’adresse à personne. Je voulais aider les femmes à oser, car je pense qu’elles sont plus facilement dans le doute et ont du mal à prendre le dessus. Ce sont elles que je souhaite aider dans cette quête de l’épanouissement si elles ont le désir de s’expatrier.

Quand les femmes sont entre elles, elles s’écoutent et se comprennent. Je ne dis pas que les hommes ne se comprennent pas, je pense que le meilleur moyen pour que les femmes se reconnaissant et se projettent, est qu’elles entendent des expériences de la bouche d’autres femmes. L’idée est qu’elles puissent se dire : « Ça pourrait être moi ».

 

Une femme expatriée

 

Quelles sont les caractéristiques communes aux femmes qui s’expatrient ?

Je pense que ce sont des femmes qui ont soif de nouveauté, soif d’apprendre et qui sont très ouvertes sur les cultures. Elles savent évidemment s’adapter.

On entend souvent qu’il faut du courage pour s’expatrier. Je ne suis pas d’accord avec ce mot. Je pense que rester dans une vie qui ne nous plait plus, ou un travail qui ne nous plait pas, c’est là qu’est le courage. Je dirais plutôt que ces femmes sont déterminées, qu’elles ont la volonté d’aller de l’avant. Ce sont des femmes qui sont constamment en quête d’épanouissement, qui osent se poser la question de savoir si elles sont épanouies dans leur vie et qui n’ont pas peur de sortir de leur zone de confort si la réponse est négative.

 

Que peut apporter votre podcast à ceux qui souhaitent sauter le pas de l’expatriation ?

Souvent, on grandit en France avec beaucoup d’acquis, qui ne le sont pas dans d’autres pays : l’école est gratuite, la sécurité sociale est incroyable… Je veux qu’à travers mon podcast les auditeurs soient au courant des modalités pour s’expatrier dans différents pays en terme de visas de travail, de sécurité sociale, de banque ou de transport. Tout ce qui peut permettre de s’expatrier plus sereinement.

Je voudrais que mes auditeurs se reconnaissent aussi à travers les personnes interrogées. Je sais que beaucoup se posent la question de l’âge. Entendre une femme de 42 ans qui a tout quitter pour s’expatrier prouve qu’il n’y a pas d’âge pour partir. Certains se sont rendus compte que c’était possible. J’essaie aussi dans chaque podcast de trouver des programmes d’expatriation différents. Le passeport européen donne accès à un grand nombre de programmes pour aider à s’expatrier. Mon podcast est aussi une façon de regrouper ces informations.

Pour résumer, je souhaite donner un maximum d’outil pour enlever la peur et les freins à l’expatriation pour que chacun puisse se lancer dans l’aventure en toute sérénité.

 

 

Le podcast de Kelly Barichello est disponible sur Ausha, Spotify, Deezer ou encore Apple Podcast.

adele hourdin

Adèle Hourdin

Adèle a rejoint l’équipe de la rédaction internationale en janvier. Elle est diplômée d'un master de journalisme et a vécu deux ans au Sénégal pendant son enfance.
0 Commentaire (s)Réagir

Ma Vie d'Expat

Chiang Mai Appercu
INTERVIEW

À Chiang Mai, un couple français féru d’art ouvre sa caverne d’Alibaba

Amateurs d’art et collectionneurs invétérés, Alain Lalisse et Bernard Le Du viennent d’ouvrir leur propre musée à Chiang Mai pour partager avec le public ce qui s’apparente à un cabinet de curiosités

Environnement et Développement durable

Berlin Appercu
INTERVIEW

Maxime Junique présente Labels, une solution de e-commerce écologique

Disponible courant mai, l’application Labels se présente comme l’alternative écoresponsable aux géants du e-commerce et remet les petits commerçants et créateurs locaux à l’honneur.

Gastronomie

Bucarest Appercu

LA RECETTE ROUMAINE DU CHEF - Socata

Petit rafraichissement en cette période où la chaleur est de retour. Aujourd'hui notre chef roumain vous propose une boisson fraîche très appréciée des Roumains, la socata...

Sur le même sujet