Combattre les monstres de l’expatriation : Halloween n’a qu’à bien se tenir !

Par Damien Bouhours | Publié le 30/10/2022 à 18:00 | Mis à jour le 04/11/2022 à 16:03
 les monstres de l’expatriation

Et si Halloween n’était pas réservé au 31 octobre et que chaque jour en expatriation, vous étiez confronté à des monstres bien réels… N’ayez pas peur, nous vous listons les créatures à redouter pendant votre séjour à l’étranger et surtout comment les maitriser !

 

 

via GIPHY

Comme Sigourney Weaver, nous ne sommes pas fans des propos de l'expatrié-Alien

 

L’expatrié Alien ou l’horrible néo-colon

En voici, un monstre bien réel et dégoûtant. Cet expatrié arrive dans un nouveau pays mais se sent tout de suite comme chez lui. Le problème est qu’il se plait à rabaisser la population locale et n’en fait qu’à sa tête. Il est littéralement envahissant. Il vit souvent en Afrique ou en Asie et se rappelle le « bon vieux temps des colonies » ou il se dit « grand remplacé » et quitte la France multi-culturelle pour les pays de l’Est.

 

Comment le combattre ? Ce Français qui est davantage un envahisseur qu’un réel expatrié est à éviter sous tout prétexte. Mais n’oubliez pas que chacun a la responsabilité de surveiller et de lutter contre le harcèlement racial et les incidents racistes, alors n’hésitez pas à vous faire entendre.

 

 

via GIPHY

L'expatrié Prédator, heureusement, de moins en moins invisible

 

L’expatrié Predator, celui qui use et abuse

Pas besoin d’aller à l’étranger, me direz-vous, pour faire face à ce monstre affublé d’un #metoo. Souvent en crise de la quarantaine ou de la cinquantaine, ce prédateur moderne profite de son statut social privilégié pour séduire de jeunes femmes ou de jeunes hommes, dans des pays où les conditions de vie sont moins avantageuses. Il peut aussi être le conjoint qui violente sa compagne, physiquement et/ou psychologiquement, car il se pense en toute impunité à l’étranger.

 

Comment s’en débarrasser ? Les lois locales sont le meilleur moyen pour vous débarrasser de ce monstre d’un autre âge. Si vous êtes en danger, demandez de l’aide aux autorités consulaires, appeler les secours locaux, ou la toute nouvelle plateforme Save You.

 

 

via GIPHY

L'expatrié Ghost Face adore se faire remarquer

 

L’expatrié Ghost face, celui qui passe son temps à hurler

Il est souvent facile de repérer les touristes français à l’étranger. Ils parlent fort, se plaignent et refusent de donner un pourboire. Si on peut pardonner les voyageurs stressés et qui se sentent un peu en dehors de leur zone de confort, les expatriés n’ont pas d’excuses. Inutile de passer votre temps à hurler dans les lieux publics ou à vous faire remarquer pour votre mauvais comportement.

 

Comment le neutraliser ? Vous pouvez les ignorer ou si vous en avez le courage, pourquoi pas leur rappeler, avec le sourire, quelques petites règles de savoir vivre.

 

 

via GIPHY

Ne comptez pas sur l'expatrié vampire pour avoir des conversations profondes 

L’expatrié vampire, l’oiseau de nuit en deuxième jeunesse

S’expatrier peut vous donner des ailes, et des dents acérées. Cet expatrié profite de cette nouvelle aventure pour s’offrir une deuxième jeunesse. Il sort toute la nuit et connait les nightclubs, bars et quartiers chauds comme sa poche. Les matins sont difficiles mais cette vie à 100 à l’heure lui rappelle sa jeunesse. Mais est-ce que toutes ces heures passées dehors, lui permettent vraiment de remonter les aiguilles du temps ?

 

Comment s'en débarrasser ? Votre vie diurne vous permettra d'éviter cet oiseau de nuit parfois un peu trop insistant. Mais une fois la nuit tombée, ne tombez pas dans son piège, car ce fêtard, souvent sympathique, pourrait vous montrer son côté sombre.

 

 

via GIPHY

L'expatrié Michael Myers est prêt à vous poignarder dans le dos ! 

L’expatrié Michael Myers ou celui qui avance masqué

Vous le connaissez mais vous n’avez jamais vraiment vu son vrai visage. Cet expatrié est plutôt agréable au premier abord mais est pourtant le premier à vous planter un couteau dans le dos. Si l’hypocrisie est souvent monnaie courante dans des petits milieux comme celui des communautés expatriées, identifiez vos vrais amis si vous ne voulez pas avoir de mauvaises surprises.

 

Comment le démasquer ? Si vous l’entendez être très méchant envers vos relations communes lorsqu’elles ne sont pas présentes, il y a de fortes chances qu’il en fasse de même sur vous derrière votre dos.

 

 

via GIPHY

On vous le promet, vos secrets seront bien gardés !

 

L’expatrié sirène, la petite voix des commérages

Comme le dit le proverbe, « La route de l'enfer est pavée de bonnes intentions ». Si cet expatrié ne pense pas forcément à mal en racontant les petites histoires des uns et des autres, la radio commérage ne rend pas la vie facile de ceux qui en sont les victimes et se retrouvent échoués sur les rivages de l’infamie.

 

Comment s’en débarrasser ? Les mauvaises langues peuvent être légion. Faites donc attention à ne pas divulguer vos petits secrets à ces expatriés prêts à les chanter sur tous les toits.

 

 

via GIPHY

Et si on rentrait à la maison ?

 

L’expatrié E.T, celui qui voulait rentrer à la maison

Cet expatrié ne fait pas peur. Mais il fait un peu de peine. Arrivé en expatriation sans forcément le vouloir, il passe son temps à chercher un moyen de « téléphone maison ». Il se sent seul, et vit très mal le choc culturel. Il déprime et n’a qu’une envie : rentrer en France. Mais la réalité n’offre pas toujours le luxe du retour dans de bonnes conditions.

 

Comment s’en occuper ? Pour que votre expatrié E.T retrouve le sourire, pourquoi ne pas l’aider à mieux s’intégrer ? Enfourchez votre vélo et partez ensemble à l’aventure !

 

 

via GIPHY

Ils rêvaient d'un autre monde... 

 

L’expatrié Freddy Krueger, l’expatriation a tué ses rêves

A l’inverse de l’expatrié E.T, notre expatrié était très heureux de tenter une expatriation mais la réalité a été bien différente. Alors qu’il pensait vivre sa meilleure vie dans une destination exotique, il se retrouve noyé sous la paperasse, dans un pays déroutant et sans connaitre personne. Ses rêves d’expatriation sont comme évaporés dans les griffes de la nuit.

 

Comment le réveiller ? Comme pour notre ami E.T, rien de tel qu’un peu de socialisation pour retrouver ses rêves endormis. Pourquoi ne pas rejoindre une association comme la FIAFE ou se trouver de nouveaux amis sur Bexpat ?

 

 

via GIPHY

L'expatriation du pain béni pour l'expatrié loup-garou

 

L’expatrié loup garou, celui qui est transformé par l’expatriation

Il suffit parfois d’un billet d’avion pour changer quelqu’un. Telle la créature de la pleine lune, cet expatrié loup-garou a vu l’expatriation comme une réelle renaissance. Il n’aimait pas le sport ? Il en fait 3 fois par semaine. Il ne voulait plus sortir ? Il est toujours en vadrouille. Il était fermé aux autres ? Il se dit « citoyen du monde ». Une nouvelle femme, ou un nouvel homme, en sorte.

 

Comment l’appréhender ? Il est bien dommage que vous ne reconnaissiez plus votre proche mais réjouissez-vous de cette nouvelle vie qui s’offre à lui. Cela ne durera peut-être pas longtemps !

 

 

via GIPHY

Sacré Jean-Pierre !

 

L’expatrié Loch Ness, on ne le voit jamais mais on sait qu’il existe !

Vous connaissez Jean-Pierre ? Euh… de nom ! Si les communautés françaises sont petites, la vie de village ne convient pas à tout le monde. Certains préfèrent éviter les autres Français et se lier d’amitié avec la population locale, même si les deux propositions ne sont pas incompatibles. Ne comptez donc pas sur JP pour votre prochain barbecue.

 

Comment le retrouver ? Comme notre très cher Nessy, ce monstre légendaire est surement ravi de rester dans son coin, et surtout à l’abri des autres monstres que nous avons évoqués précédemment. Alors pourquoi ne pas le laisser tranquille ?

Avez-vous fait face à certains de ces monstres de l'expatriation ?
Choices
damien bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale