Willa Expat, un incubateur ”boost” pour les entrepreneures en expatriation

Par Capucine Canonne | Publié le 07/11/2022 à 18:00 | Mis à jour le 10/11/2022 à 11:45
Photo : Marie Caroline Heydenreich et Delphine Bruguier, associées de la société Mi Casa Es Tu Casa
Marie Caroline Heydenreich et Delphine Bruguier associées de la société Mi Casa Es Tu Casa

 

Willa est un incubateur au féminin qui a pour objectif de « révéler » le potentiel des femmes entrepreneures. Pour cela, l’organisme les forme, les motive, les accompagne dans leur projet…où qu’elles soient puisqu’un programme « Willa Expat » vient d’être créé. Marie Caroline Heydenreich, sérial expatriée et fondatrice de « Mi Casa Es Tu Casa », a été accompagnée par Willa. Elle nous raconte. 

 

D’Angola à la Colombie, en passant par le Royaume-Uni et le Gabon, Marie-Caroline a vécu plusieurs vies professionnelles en expatriation avec sa famille. Un jour, la jeune femme crée un groupe Facebook permettant aux membres de louer leur maison. L’initiative grandit et Marie Caroline comprend que son prochain projet professionnel est né. Elle crée « Mi Casa es Tu Casa ». Aujourd’hui, avec 45.000 membres, une associée et une levée de fonds réussie, Marie Caroline est fière du succès de cette aventure professionnelle. Pour y arriver, elle s’est appuyée sur un incubateur d’entrepreneures, Willa. 

 

« Mi Casa es Tu Casa », le projet d’une entrepreneure « serial expatriée » 

« La communauté de confiance pour louer simplement et en toute sérénité » est le credo de l’entreprise de Marie Caroline depuis 2016. « A l’époque, nous habitions en Colombie et avions acheté une maison en France. Y aller quelques semaines par an était dommage, nous avons décidé de la louer. Mais je n’avais pas envie d’avoir des inconnus chez moi, donc j’ai créé un groupe Facebook où j’ai invité mes amis, qui ont eux-mêmes invité les leurs. Beaucoup étaient comme nous, ils n’osaient pas franchir le pas de la location mais ce groupe les a mis en confiance. » raconte la jeune femme. Le groupe prend de l’ampleur. Marie Caroline décide de créer une SAS à Londres en 2018 (où elle est expatriée), puis la transfère en France en 2019. « Mi Casa Es Tu Casa » s’appuie sur un système de parrainage, permettant de créer ou d’accéder à des annonces de locations de maisons dans plus de 1100 destinations, et ce, en toute confiance. 

 

Les associées de la société Mi Casa Es Tu Casa
Le projet sans frontières de Mi Casa Es Tu Casa, plateforme de location de maisons en toute confiance 

 

La jeune femme voit en ce projet un moyen de s’épanouir professionnellement, tout en continuant l’expérience de la vie à l’étranger : « Je n’avais pas de velléité à être entrepreneure. D’expatriation en expatriation, il n’était pas question pour moi de mettre de côté ma carrière professionnelle mais je savais qu’elle allait être différente. Le projet de « Mi Casa Es Tu Casa » est un vrai plus, je l’emporte avec moi, je le gère où que je sois. » Au moment de la création de l’entreprise en 2018, Marie Caroline est seule sur le projet. Si elle a déjà créé des entreprises auparavant - comme une marque de vêtements pour enfants en Colombie - l’entrepreneure sent cette fois le besoin de s’entourer d’un réseau mais surtout d’être épaulée par des professionnels.

 

 

Willa , un « boost » pour les fondatrices dans le monde entier

L'incubateur Willa retient particulièrement son attention. Association dédiée à l’accompagnement d’entreprises au féminin sans y prendre part, Willa a tout pour plaire pour parfaire le projet « Mi Casa Es Tu Casa ». Marie Caroline tente un programme d’accélération, et présente son dossier à Paris, qui plaît à l’incubateur. Mais le couperet tombe. Le programme ne peut pas l’accepter car elle ne vit pas en France : « Je n’ai pas baissé les bras, , j’étais prête à m'investir comme personne. Il y avait certainement beaucoup de personnes comme moi, il était dommage de nous mettre de côté… ». Marie Caroline convainc et intègre la promotion Willa. Elle s’associe avec Delphine Bruguier et réalise une levée de fonds avec l’aide de l’incubateur. « Mon projet grandissait sainement, avec les bons outils et les bonnes décisions. Mais surtout, j’ai réalisé à quel point le réseau d’autres entrepreneurs et expatriés était important, au même titre que les formations du programme ». Il n’en faut plus pour motiver les responsables de Willa : un programme pour entrepreneures expatriées est désormais sur la table, et Marie Caroline en devient bénévolement la marraine. 

 

Willa Expat, nouveau programme pour les entrepreneures expatriées
Marie Caroline Heydenreich, marraine du programme Willa Expat

 

Ce que la fondatrice de « Mi Casa Es Tu Casa » a vécu comme accompagnement, d’autres vont pouvoir dorénavant le vivre avec la première promotion de « Willa Expat ». Parmi des programmes dédiés à « révéler » le potentiel des entrepreneures, cette formation de 16 semaines est ouverte à toute francophone expatriée. « Pour ce programme, nous travaillons avec des projets qui sont au stade de développement, qui ne sont pas des projets déjà avancés. » nous explique Juliette Le Gouic, responsable de Willa Expat. « Nous voulons les aider dans la structuration de leur projet, mais pas aussi dans la structuration de leur organisation et de leur posture en tant que cheffe d’entreprise. Parce qu’il est important de bien s’entourer au début d’une aventure entrepreneuriale, surtout à l’étranger. » 

 

 

Concrètement, comment se passe le programme Willa Expat ?

 « Les entrepreneures se lancent dans un programme 100% digital. Nous ne sommes pas sur un système de webinaires, mais sur de l’accompagnement, à la fois collectif et individuel ». Juliette Le Gouic nous explique également que la session se base sur des experts à l’international qui animent des thématiques différentes pendant quatre mois. Chaque semaine est ponctuée d’envois de contenus, de séances de questions-réponses, d’ateliers en ligne et de témoignages inspirants. « Nous déterminons des objectifs individualisés et fixons des étapes. Il faut bien avoir en tête que Willa Expat se substitue pas aux potentiels accompagnateurs en local ». Le 9 octobre s’est clôturé l’appel à candidatures pour intégrer « Willa Expat ». Dix projets ont été sélectionnés, en Afrique et au Vietnam notamment. Cette session, qui commence le 17 octobre, est dédiée à la partie Est du Globe, pour des raisons de fuseaux horaires. Une seconde session est prévue à partir de janvier 2023 pour la partie Ouest. Perenco finance le programme, sur la base du mécénat. 

 

Juliette Le Gouic responsable de Willa Expat
Juliette Le Gouic, responsable de Willa Expat 

 

Aujourd’hui, Marie Caroline et Delphine font vivre « Mi Casa Es Tu Casa » depuis le Vietnam et la République Démocratique du Congo. Elles sont fières et ne regrettent rien : « Être en expatriation est le moment idéal pour essayer de réaliser des projets que l’on n’aurait pas réalisés en France. Mais oser est une chose, bien s’entourer en est une autre. C’est essentiel. » conclue Marie Caroline. Willa, le « boost » des talents au féminin, n’a pas fini d’œuvrer à l’étranger…

 

 


Pour plus d'informations sur Willa et son programme Willa Expat, contactez Juliette Le Gouic  ou consultez le site de Willa 


 

 

 

Sur le même sujet
CANONNE_fmt-carre

Capucine Canonne

Après 10 ans d’expérience en marketing média, Capucine se reconvertit en journalisme. Ancienne expatriée et fondatrice de l’édition lepetitjournal.com de Chennai en 2019, elle intègre la rédaction internationale à Paris.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale