Ressenti d'entrepreneurs français sur la situation à Hong Kong

Par Patricia Herau-Yang | Publié le 26/04/2022 à 13:12 | Mis à jour le 27/04/2022 à 12:02
Photo : Central photo@Juliette
Vue de Hong Kong

Alors que la ville commence tout doucement à sortir de son isolement, nous avons demandé à plusieurs entrepreneurs français installés à Hong Kong depuis longtemps leur analyse des tendances.

 

« Le contexte a changé à Hong Kong »

Nombreux sont les entrepreneurs français qui ont choisi Hong Kong, comment le contexte les affecte-t-il ?

Les entrepreneurs installés à Hong Kong s’étaient habitués à évoluer dans un marché très ouvert donc très porteur. Hong Kong est depuis longtemps qualifié de hub, ouvrant la possibilité de s’ouvrir et commercialiser avec la Chine, la France ou tout autre pays.

La donne a cependant changé de manière importante depuis les manifestations de l’année 2019 et la crise du Covid, Hong Kong ayant appliqué la politique "Zéro Covid". En effet, le territoire a été depuis deux ans beaucoup plus fermé, avec une, deux voire trois semaines de quarantaine pour tous les voyageurs.

Sur cette période, certains entrepreneurs ont évoqué des budgets clients revisités, voire gelés, et des clients moins disponibles. Ils évoquent ainsi un marché attentiste, avec beaucoup d’incertitude. D’autres ont évoqué un repli du business vers le marché intérieur. Ce repli a, parfois, créé des opportunités, notamment pour le secteur du retail (shopping mall, luxe), de la restauration et des services. Le vide créé par l’absence de 60 millions de clients chinois annuels a fait redécouvrir le marché local aux entrepreneurs, cette clientèle locale étant devenue captive. Ceci s’est mis en place en 2021, et certains secteurs ont connu alors une belle reprise.

 

Le « coup de massue » d'Omicron à Hong Kong

Depuis l’arrivée du variant Omicron à Hong Kong, les entrepreneurs évoquent un véritable « coup de massue ». Tant sur le volet professionnel que personnel, le premier trimestre 2022 a été extrêmement très difficile. L’arrivée d’Omicron à Hong Kong a provoqué une véritable panique.

Il ne faut en effet pas oublier qu’un entrepreneur reste un individu, homme ou femme, qui est impacté non seulement dans son business, mais aussi dans sa vie privée. Un célibataire est affecté dans son mode de vie, les personnes qu’il peut continuer à voir, à Hong Kong ou ailleurs. Mais dès lors qu’il s’agit d’un individu ayant une famille, a fortiori de jeunes enfants, il faut faire des choix sur le sort des enfants, avec la fermeture des écoles. C’est beaucoup plus compliqué.

 

« La situation sanitaire semble assainie à Hong Kong »

2022 est cependant loin d’être fini. Comme dans les autres régions du monde visitées par Omicron, après deux mois, la situation sanitaire paraît très assainie. La relaxation des mesures de distanciation sociales a commencé et semble même s’accélérer, les quarantaines sont raccourcies, on évoque la quarantaine à la maison pour les résidents. La réouverture business semble sur de bons rails.

La situation des entrepreneurs à Hong Kong est donc beaucoup plus contrastée quand on rentre dans le détail : secteurs très différenciés et évolution par phases. Plus que jamais, les entrepreneurs ont dû faire preuve de beaucoup de résilience et de capacité d’adaptation. Pour certains, la décision a été de passer à autre chose.

 

« Quitter Hong Kong ? Mais pour aller où ? »

Le solde migratoire de Hong Kong est récemment négatif. Voyez-vous beaucoup de départs d’entrepreneurs ? Ou bien les entrepreneurs ont-ils décidé de rester ?

Cette question est difficile parce qu’on n’a pas de chiffres. Depuis la 5ᵉ vague et les différentes restrictions, on a vu des entreprises bien connues du paysage entrepreneurial français à Hong Kong fermer (La Rôtisserie par exemple). On peut répondre par oui. De petits business ont également lâché prise. On connaît tous des gens qui partent, y-compris des gens qui vont fonder une entreprise ailleurs. Mais cette décision est parfois liée à des choix de vie, des stades de développement professionnel, des opportunités qui se sont présentées. Les facteurs se sont un peu mélangés. Ce ne sont pas nécessairement des fermetures uniquement pour raisons économiques.

Une question que les entrepreneurs qui pensent à bouger se posent, est : « partir pour aller où ? L’herbe est-elle réellement plus verte ailleurs ? » Les personnes installées à Hong Kong ont bien sûr été très affectées par la crise depuis plus de deux ans. Vie sociale, mobilité, c’est un fait. Mais il faut cependant reconnaître que Hong Kong n’a jamais connu de confinement, contrairement à Singapour, l’Australie, la France, pour ne citer que ces quelques pays.

 

« Moi, je crois à Hong Kong pour entreprendre »

Certains entrepreneurs tiennent le coup. Ils parient que dans leur business, dès que Hong Kong se rouvrira, et au monde à la Chine, ça va repartir, et parfois de façon très forte. L’un deux s’exprime ainsi : « Moi, je crois à Hong Kong ».

Un point d’interrogation reste, même pour ceux qui sont restés : Hong Kong va s’ouvrir, mais à quel rythme ? Encore faut-il que nous ne soyons pas les derniers à le faire. Ainsi Singapour, la Malaisie, ont abandonné toutes mesures de distanciation et freins à la mobilité. Il est important, pour la relance, que Hong Kong ne perde pas le momentum par rapport à ses voisins et concurrents régionaux.

 

« A Hong Kong, il y a toujours des opportunités »

Quels messages donner à un Français qui souhaite se lancer à Hong Kong aujourd'hui ?

Il y a des entrepreneurs qui partent, d’autres qui arrivent. Chacun voit donc les choses différemment. À Hong Kong, les choses vont vite, évoluent vite et il y a toujours des opportunités pour les entrepreneurs.

Pour ceux que l’expérience tente, des initiatives permettent de partager ses expériences de Hong Kong et de l’entrepreneuriat, d’échanger des bonnes pratiques et également d’échanger sur des partenariats. Parmi celles-ci, le Café Des Entrepreneurs est animé bénévolement depuis mars 2020 par David Daoud.

Pour tous ces profils, très différents, les conseils sont aussi très différents. Un jeune qui veut se lancer, quelqu’un qui est déjà dans une carrière et a 7-10 ans d’expérience, un senior qui est déjà dans un poste de leadership, ou bien encore quelqu’un qui est sur un secteur très pointu ou niche, par exemple la tech, la fintech, la sustainability, le management humain, peuvent avoir besoin de conseils très différents, avec des perspectives très différentes sur le futur.

D’une manière générale, on peut dire que Hong Kong est un beau terrain de jeu pour les entrepreneurs, avec une population cosmopolite, un niveau de revenus assez élevés. Hong Kong est également, en temps normal, un Hub régional avec beaucoup d’entreprises qui rayonnent régionalement ou mondialement. Sans parler du peu de taxes et de la simplicité du process de création et gestion d’une entreprise.

 

« Hong Kong est une ville résiliante »

Quels sont vos pronostics pour le climat des affaires dans les années à venir ?

Les réponses vont être très différentes en fonction des profils, des talents, des secteurs, car le climat des affaires est compliqué. Il y a des pessimistes qui se disent réalistes, des réalistes qui sont dans le flou, des optimistes qui parient sur l’ouverture de Hong Kong et sa forte résilience.

Hong Kong change, mais est-ce une mauvaise chose ? Beaucoup de personnes sont parties, il est même possible que cela crée un très bon appel d’air pour ceux qui sont restés.

pat

Patricia Herau-Yang

Patricia a passé de nombreuses années en Chine, exercé le métier de traductrice français-chinois. Depuis son arrivée à Hong Kong, elle s'est mise au cantonais et à la randonnée. Elle contribue à Lepetitjournal.com sur le volet culturel, entre autres...
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale