Jeudi 19 septembre 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EXPATRIATION - Enfin riche !

Par Nicolas Serres-Cousiné | Publié le 24/01/2019 à 10:30 | Mis à jour le 18/06/2019 à 10:12
richesse coaching expatriation

Je suis venu à Hong Kong pour devenir riche. Et je le suis devenu. Contrairement à ce que la presse spécialisée dit sur moi, avoir atteint mon but en un peu plus de dix ans n’est pas la perf’ du siècle.

 

J’aurais pu être encore aller plus vite tant j’étais déterminé à prouver à la France et son esprit étriqué qu’un fils d’ouvrier pouvait assouvir ses rêves de grandeur malgré ses origines modestes. À 37 ans, sourire charmeur aux lèvres, je règne par la terreur sur un mini-empire immobilier. « Ce n’est qu’un début, je les écraserai tous ! », me suis-je souvent répété. Aujourd’hui, je m’écoute parler, mais je ne m’entends plus. De mon bureau perché au trente-sixième étage d’une tour de Central District, la boule au ventre, perdu, confus, je me demande ce qu’il m’est arrivé.

 

            Né en banlieue parisienne, j’ai grandi aux côtés de Philippe, mon frère ainé, dans le respect des lois et de la société. Pauvres nous étions, pauvres nous le resterons, « mais dans la dignité ! », ajoutaient nos parents ce qui rendait leurs deux garçons furax. « Pour se sortir de cette misère, on peut être soit gangsters, soit bien travailler à l’école », nous disions-nous le soir avant de nous coucher. Malgré mon attirance pour Al Capone, je m’étais laissé convaincre par mon grand frère de tout miser sur les études. Philippe est devenu médecin. Quant à moi, après avoir eu mon BAC dans une pochette surprise, j’ai atterri je ne sais comment dans la pub. Avec mon bagout de la rue, j’étais capable de vendre à nos clients n’importe quelle campagne, même les plus nulles ! Ambitieux, je voulais arriver tout en haut de la pyramide, mais lorsque j’ai saisi que dans ce milieu-là, sans particule, sans un de quelque chose accolé à son nom, on se tait et on reste à sa place, je me suis enfui de France direction Hong Kong, les poings serrés dans mes poches percées.

 

            À peine débarqué dans mon nouveau chez moi, je n’ai eu qu’une idée en tête, réussir. Par tous les moyens. Après avoir séduit Janet, fille de banquier américain, dans une soirée d’expatriés de toutes nationalités, je l’ai épousé quelques mois plus tard. La French Touch a parfois du bon. Profitant des connexions de mon beau-père qui ne pouvait pas faire autrement que de m’aider, je me suis lancé dans l’immobilier. Agent, broker, investisseur, j’ai passé toutes les étapes à cent à l’heure en dédiant ma vie entière à mon travail. En 7 ans, je n’ai pas pris un seul jour de vacances. Je me suis servi de cette rage et désir de revanche contre la France, contre mon passé, contre la terre entière, pour gravir les échelons un à un, quitte à faire des coups dans le dos de mes concurrents. Plus mon compte en banque gonflait, plus mon épouse se lassait de ma mégalomanie et plus j’en remettais une couche au boulot.

 

            C’est le jour de mes 35 ans que j’ai compris que quelque chose clochait en moi. J’avais envoyé des billets d’avion pour Hong Kong à mes parents, mon frère, sa femme et leurs enfants afin de célébrer l’anniversaire du roi que je proclamais être. Avec le recul, je voulais les épater, leur en mettre plein la vue. « Nous faire voyager en 1ère classe, était-ce bien raisonnable frérot ! », s’était exclamé Philippe alors que nous marchions seuls le long de Victoria Harbor. Profitant de l’effet de surprise, il m’avait alors avoué qu’il ne me reconnaissait plus, que j’étais devenu non seulement arrogant et méprisant mais aussi ennuyeux, sombre et sans humour. Même si je savais qu’il avait raison, je l’avais très mal pris. Cela fait 2 ans que nous nous sommes plus revus.

 

            Je viens de signer le premier chèque de la pension alimentaire de mon ex-femme. Je vis seul ou mal accompagné, je n’ai pas de vrais amis, mes employés me craignent et dans mon business, je marche avec une cible dans le dos. Qu’ai-je fait de ma vie ? Si la colère m’a servi à réussir, elle m’a aussi vidé de tous les sentiments nobles que mes parents et mon pays natal, m’ont inculqués. Je suis perdu, confus, sans repères. C’est ça être riche ? Au secours Philippe ! Que doit faire ton petit frère pour redevenir qui il est réellement ? Tout laisser tomber ? Partir vivre en France ? Expier mes péchés ? Aller me reposer au soleil ? Ou tout simplement faire la paix avec moi-même et enfin apprendre à m’aimer ?

 

En savoir plus: Le site de Nicolas Serres Cousiné  www.monlifecoach.com,

 

Avertissement: Les chroniques de Nicolas Serres-Cousiné sur lepetitjournal.com s’inspirent de sa pratique professionnelle. Chaque chronique est un mélange romancé de plusieurs témoignages sur le même thème. Ils ont été modifiés de manière à préserver l’anonymat de leurs auteurs.

Nous vous recommandons

Nicolas Serres-Cousiné

Nicolas Serres-Cousiné

Établi à New York depuis 1990, formé à New York University et certifié par l’International Coach Federation, Nicolas coache ses compatriotes français vivant à travers le monde avec simplicité, honnêteté et confidentialité.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Jay sam 16/02/2019 - 16:27

Quelle vie de merde...

Répondre

PVT/VVT

PVT, VVT, WHV…Tous ces termes regroupent un ensemble de visas temporaires qui permettent à leurs détenteurs de voyager et travailler dans certains pays étrangers.

voir plusZ

VIE/VIA

Le volontariat international en entreprise (VIE) vous permet, sous certaines conditions, d'exercer une mission d'ordre scientifique, technique, commercial etc. dans une entreprise française à l'étranger.

voir plusZ
Sur le même sujet