Samedi 28 novembre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Boycott des produits français : une situation tout sauf caricaturale

Par Damien Bouhours | Publié le 26/10/2020 à 18:05 | Mis à jour le 29/10/2020 à 10:30
boycott produits français

Le soutien aux caricatures d’Emmanuel Macron lors de l’hommage à Samuel Paty a déclenché les foudres du monde musulman. Boycott des produits français, manifestations et tensions diplomatiques ont émergé dans ces pays, pourtant essentiels à notre commerce extérieur.

« Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d'autres reculent », a déclaré Emmanuel Macron lors de l’hommage national rendu à Samuel Paty, professeur assassiné pour avoir présenté des caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression. Ce soutien appuyé du président français pour une laïcité sans concession et la lutte contre le « séparatisme islamiste » a déclenché une vague d’indignations dans plusieurs pays musulmans.

La Turquie mène la fronde

Le Secrétariat général de l’Organisation de coopération islamique (OCI), réunissant 57 États membres, s’est dit « surpris par le discours politique officiel de certains responsables français qui offense les relations franco-islamiques et alimente des sentiments de haine au nom de gains politiques partisans ».

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s’en est pris personnellement à Emmanuel Macron ce weekend : « Tout ce qu'on peut dire d'un chef d'Etat qui traite des millions de membres de communautés religieuses différentes de cette manière, c'est : allez d'abord faire des examens de santé mentale ». Une prise de position peu diplomatique qui a entrainé le rappel de l’Ambassadeur de France en Turquie. Ce lundi, le président turc est allé plus loin en incitant publiquement au boycott des produits français : « Tout comme en France certains disent 'n'achetez pas les marques turques', je m'adresse d'ici à ma nation : surtout ne prêtez pas attention aux marques françaises, ne les achetez pas ». 

boycott produits français
Une des nombreuses images relayées sur les réseaux sociaux

Les produits français boycottés

Alors que des appels au boycott se multiplient sur les réseaux sociaux, certains pays, comme la Turquie, ont déjà pris des actions. Des grands distributeurs du Koweït ont annoncé avoir retiré certains produits français comme les fromages Kiri et Babybel de leurs catalogues. Les agences de voyages locales ont également suspendu tous les vols vers la France. L’université du Qatar a décidé de repousser sa semaine culturelle française. En Israël, 200 personnes ont manifesté devant la résidence de l’ambassadeur de France. En Jordanie, le Front d'action islamique, un parti d’opposition, a appelé les citoyens à boycotter les produits français. Même son de cloche dans plusieurs pays musulmans, dont les Emirats Arabes Unis, le Qatar, le Bangladesh ou encore la Libye. Les hashtags #boycottfrenchproducts et #boycottfrance ont fait écho à cette colère sur les réseaux sociaux.

 

La France appelle au calme

Interrogé sur RMC, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a lancé un «appel aux entreprises à résister au chantage et malheureusement à subir ce boycott» des produits français. Selon lui, il est essentiel de «faire passer nos principes avant la possibilité de développer nos affaires». Pourtant, l’équilibre entre défense des valeurs républicaines et enjeux économiques est périlleux pour une France déjà affaiblie par une crise sanitaire sans précédent. Le boycott des produits français dans les pays du Golfe, premiers importateurs d’agro-alimentaire tricolore, pourrait être catastrophique pour le secteur.

Dans un communiqué, le gouvernement français a souhaité calmer les tensions et s’oppose à cette campagne de dénigrement disproportionnée : « Les appels au boycott sont sans aucun objet et doivent cesser immédiatement, de même que toutes les attaques dirigées contre notre pays, instrumentalisées par une minorité radicale. ». « La France est un grand pays, les citoyens musulmans ne sont pas persécutés, ils construisent librement leurs mosquées et pratiquent librement leur culte », a également indiqué Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui appelle les musulmans de France à « défendre l’intérêt » du pays.

Paris souhaite en tout cas minimiser l’affaire : « Les ministres ainsi que l’ensemble de notre réseau diplomatique sont entièrement mobilisés pour rappeler et expliquer à nos partenaires les positions de la France, notamment en matière de libertés fondamentales et de refus de la haine, appeler les autorités des pays concernés à se désolidariser de tout appel au boycott ou de toute attaque contre notre pays, accompagner nos entreprises et assurer la sécurité de nos compatriotes à l’étranger».

Mais quelles seront les conséquences sur les exportations françaises ? Si les « impacts (sont) impossibles à chiffrer pour le moment », selon le ministre délégué au Commerce extérieur Franck Riester. Ce dernier a indiqué, dimanche soir, à l'AFP être « en contact permanent avec les entreprises françaises concernées dans l’agroalimentaire », et en particulier « Bel, Lactalis, et Danone ».

 

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Alain CESLSE mer 28/10/2020 - 10:30

Je suis athée mais pourtant je voudrais qu'on m'explique une bonne fois pour toutes en quoi le fait d'insulter outrageusement une religion peut être un droit : critiquer, oui, bien sûr, mais avec un minimum de respect. La liberté d'expression ne peut pas descendre bêtement jusqu'aux sous-sols déshonorants des bassesses des injures offensantes, gratuites et inutiles.

Répondre
Commentaire avatar

Jylloue sam 31/10/2020 - 14:24

La liberté d'expression c'est aussi pouvoir dire ce que nous pensons de ces caricatures ! Les musulmans français en ont toute la possibilité ils ont eu toute liberté pour faire part de leur mécontentement et les condamner ! Mais ce ne sont pas des obscurantistes , des endoctrinés comme dans certains pays étrangers ! Dans ces mêmes pays je pense que les musulmans instruits ne sont pas ceux qui hurlent dans les rues !

Répondre
Commentaire avatar

Allell274 mer 28/10/2020 - 07:32

Une tres belle reponse du gouvernement francais face a la montee de l'extremisme. Les aspects commerciaux ne doivent en aucun cas prendre le pas sur la defense de nos valeurs

Répondre
Commentaire avatar

Giel358 mar 27/10/2020 - 07:44

Enfin, un discours "fort" d'un politique contre cette idéologie mortifère d'un autre âge. Marre du politiquement correct et de ces associations de bobos gauchos qui défendent l'indéfendable.

Répondre