Dimanche 7 mars 2021
Cambodge
Cambodge

Vaccin Chinois, le Premier Ministre monte en première ligne

Par Raphaël FERRY | Publié le 18/01/2021 à 05:53 | Mis à jour le 18/01/2021 à 14:10
Photo : AKP
covid vaccin chinois Cambodge

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen a déclaré avoir accepté un don d'un million de doses de vaccins Sinopharm de la part de la Chine et qu’il sera le premier à se faire vacciner.

 

L'annonce faite sur son compte Facebook vendredi soir contredit une promesse antérieure du leader cambodgien de n'utiliser que des traitements approuvés par l'Organisation Mondiale de la Santé. Hun Sen a reconnu sa position précédente, mais a déclaré que le pays ne pouvait plus se permettre d'attendre, car les cas provenant d'une épidémie en Thaïlande continuaient d'augmenter.

Faire face à l'urgence

"Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps en raison de la nécessité de protéger la santé de notre peuple. Hier, il y a eu jusqu'à 15 nouvelles infections, et aujourd'hui 10 autres cas positifs, tous en provenance de la Thaïlande voisine", a-t-il déclaré, selon l'Agence Kampuchea Presse.

Par conséquent, nous devons utiliser ce vaccin pour protéger notre peuple

Il a déclaré que le vaccin proviendrait de Sinopharm, également connu sous le nom de China National Pharmaceutical Group, et serait donné par l'intermédiaire des ministères de la défense.

 

Le vaccin Sinopharm n'ait pas besoin de températures de stockage extrêmement basses. Cela aidera les autorités à vacciner les quelque 500 000 personnes de la première vague. Le vaccin chinois se conserve à des températures comprises entre  2 et 8 degrés.

Hun Sen a noté que les vaccins développés par la Chine avaient été déployés en Chine, donnés aux principaux dirigeants à Pékin et utilisés dans des pays comme l'Indonésie, l'Égypte et le Brésil.

Le moment exact du déploiement n'a pas été révélé. Les groupes prioritaires comprenaient le personnel royal autour du roi, le Premier ministre, les chefs du parlement et du sénat du Cambodge, ainsi que les travailleurs médicaux, les enseignants, la police, les forces armées et les chauffeurs de taxi, selon les médias d'État.

La vaccination sera gratuite et sur une base volontaire

a déclaré Hun Sen.

 

Le Cambodge a également commandé un million de vaccins COVID-19 par l'intermédiaire de COVAX, un programme soutenu par les Nations unies pour aider les pays en développement à accéder aux traitements approuvés contre les coronavirus.

Hun Sen a rappelé que les pays visaient à acquérir à terme suffisamment de stocks de vaccins pour inoculer 80 % des 16 millions de citoyens du pays.

 

Le premier à se faire vacciner

 

Pour montrer qu’il avait une entière confiance dans ce vaccin le premier ministre a déclaré hier sur sa page Facebook, qu’il serait le premier à se faire vacciner quand le vaccin sera disponible.

Je dois être en première ligne, ce qui est mon habitude depuis des décennies

Le système CoronaVac de Sinopharm a été déployé en Turquie vendredi, après que des tests aient montré qu'il était efficace à 91,25 %.

Mais des essais plus poussés au Brésil ont démontré un taux d'efficacité d'environ 50 %, bien inférieur à celui des produits concurrents de Moderna, Pfizer-BioNTech et Oxford-AstraZeneca.

Le Cambodge a réussi à éviter une grave épidémie et n'a signalé aucun décès lié au COVID-19. Toutefois, une récente augmentation du nombre de cas en Thaïlande entraîne une hausse des infections à mesure que les travailleurs migrants rentrent chez eux.

Aujourd’hui, le ministère de la santé du Cambodge ne déplorait que 439 cas positifs depuis le début de la pandémie dont 69 sont des travailleurs migrants cambodgiens de retour de Thaïlande.

 

Nous vous recommandons

raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre au Cambodge

MEDIAS

Vers un contrôle accru d'Internet au Cambodge

Le gouvernement cambodgien a publié une directive visant à établir une passerelle Internet nationale qui contrôlerait le trafic en ligne, malgré les critiques des groupes de défense des droits.