Lundi 24 janvier 2022
TEST: 2248

La sécurité sanitaire et alimentaire cambodgienne outil d’une véritable indépendance

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 09/11/2021 à 18:15 | Mis à jour le 11/11/2021 à 05:10
Photo : Monument de l'indépendance à Phnom Penh credit AKP
Monument de l'indépendance à Phnom Penh la nuit 2

Aujourd’hui que nous célébrons l’indépendance du Cambodge, il n’est peut-être pas inutile de mettre en valeur ceux qui rendent cette indépendance vivante.

 

En effet, nous avons tendance à juger l’indépendance d’un pays à l’aune de sa seule  indépendance politique. L’année dernière Jean-Michel Filippi  avait  d’ailleurs consacré un article sur le rôle primordial qu’avait joué le Roi Père Norodom Sihanouk dans l’accession du Cambodge  à l’indépendance. Mais la souveraineté d’un état n’est pas grand-chose si elle n’est pas étayée par une indépendance économique, militaire, énergétique, etc…

 

C’est dans cette perspective nous nous voudrions mettre en valeur aujourd’hui l’action du Dr Hay Ly Eang qui travaille depuis 25 ans au service de l’indépendance sanitaire et alimentaire du Cambodge.

 

Renaissance d’une l’industrie pharmaceutique nationale cambodgienne

 

Le Dr Hay Ly Eang, a fondé il y a 25 ans les laboratoires pharmaceutiques PPM, ce qui fut le point de départ de la renaissance de l’industrie pharmaceutique nationale, totalement détruite après les années de guerre et le régime des Khmers rouges. On ne trouvait alors  sur le marché national que des médicaments d’importation, souvent trop chers pour une grande partie de la population, ou contrefaits et donc dangereux pour la santé publique

 

Les laboratoires PPM commenceront par produire et mettre sur le marché national l’antidouleur Kinal, premier médicament à avoir été conçu et fabriqué en 1960 au Cambodge, devenu indépendant sept ans auparavant. La relance du Kinal dans le pays fut officialisée par le roi-Père Norodom Sihanouk et les deux Premiers ministres de l’époque.

 

Kinal, inventé, produit, distribué par des Cambodgiens pour des Cambodgiens, sera le premier médicament d’une vaste gamme de produits destinés à prévenir et traiter les affections les plus courantes.

 

Il fallait retrouver notre indépendance sanitaire pour rendre accessible à tous des médicaments fabriqués selon les normes internationales. PPM l’a permis et contribue, en plus de cela, à l’indépendance économique du royaume en exportant près de la moitié de ses produits chez les pays voisins du Cambodge et en Afrique, en particulier vers les pays en développement.

nous confie le Dr Hay Ly Eang

La sécurité alimentaire au cœur de la notion d’indépendance

La création de Confirel, cinq ans plus tard répond à la même vision dans le domaine de l’agro-alimentaire. Le Cambodge dispose d’une incroyable diversité de matières premières agricoles d’une très grande qualité. Leur transformation, valorisation et conditionnement doivent se faire sur place afin, d’une part, d’assurer la sécurité alimentaire de la population pour que celle-ci ne dépende pas des pays extérieurs, et, d’autre part, afin que l’économie du pays et les producteurs profitent du maximum de la plus-value créée par la transformation de ces matières premières locales

 

Dr Hay Ly Eang fondateur de PPM et de Confirel
Dr Hay Ly Eang fondateur de PPM et de Confirel 

 

Portée par cette vision et appliquant le concept de la combinaison savoir-faire traditionnel et innovation, Confirel, a développé avec succès ses gammes Thnot (sucre de palmier et dérivés), Kirum (poivre de Kampot et dérivés), KEM Probiotiques et JAYA, qui représentent sur les marchés locaux et internationaux le meilleur des produits authentiquement khmers.

 

Une nation ne peut prétendre à une véritable indépendance tant que la sécurité sanitaire et alimentaire reste en dehors de son contrôle. Voilà respectivement 25 ans et 20 ans que PPM et Confirel contribuent à construire cette vraie indépendance, si chère au cœur de tous les Cambodgiens

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir