TEST: 2248

Les rangers cambodgiens en premier ligne pour la défense de la nature

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 08/08/2021 à 02:00 | Mis à jour le 08/08/2021 à 02:00
Photo : Rangers Cambodgiens Credit Pha Sina / WWF
Forest rangers in EPL (c)Pha Sina-WWF

Chaque année, le 31 juillet est dédié aux gardiens du monde sauvage. Cela nous donne l’occasion de faire mieux connaissance avec ces fervents défenseurs de la nature.

 

 

Chaque année, le 31 juillet est dédié aux gardiens du monde sauvage opérant dans les parcs nationaux et les réserves naturelles. Cela nous donne l’occasion de faire mieux connaissance avec ces fervents gardiens de la nature.

 
 
Les rangers sont les gardiens de forêts saines qui contribuent à prévenir les risques de zoonoses futures.
Les rangers sont actuellement en première ligne de l'urgence COVID-19 et sont la clé de la sauvegarde des modes de vie des populations dont les vies et les cultures sont inséparables de la nature. Les rangers constituent l'épine dorsale des zones protégées du Cambodge, tant au niveau des paysages que des rivières.
 
Crackdown on illegal fishing by the River guards Mekong dolphin habitat.
La répression de la pêche illégale  protège l'habitat des dauphins du Mékong Credit Mok Ponlok / WWF Cambodia

 

 

200 rangers au Cambodge

 
 
Dans les paysages des plaines orientales du Cambodge et de la forêt inondée du Mékong, où le gouvernement royal et le WWF coopèrent pour la gestion des zones protégées, un total de 200 rangers et gardes fluviaux travaillent jour et nuit pour préserver la diversité biologique et les services écosystémiques qui assurent la vie essentielle, notamment la nourriture, l'eau, l'énergie et l'air, et créent des emplois et des revenus pour les communautés locales. Leurs efforts sont également complétés par la participation de 660 équipes de patrouilleurs communautaires qui soutiennent les activités dans les zones de forêts communautaires.
 

Un travail difficile 

 
Cependant, ils sont exposés à des conditions environnementales difficiles et dangereuses telles que les inondations, les incendies, les animaux dangereux, les maladies comme le paludisme, la dengue, le COVID, tout en courant le risque d'être pris pour cible parce qu'ils s'opposent à la chasse illégale, à l'exploitation forestière, à la pêche et à l'empiètement des terres.
 

 

 
"Alors que de nombreuses personnes travaillent à domicile en raison de la pandémie de COVID-19, les rangers poursuivent leurs tâches quotidiennes en première ligne de la conservation", a déclaré M. Keo Sopheak, directeur du département provincial de l'environnement de Mondulkiri.
 
Qu'il s'agisse de retirer les pièges, de prévenir le braconnage des animaux sauvages et la destruction des habitats, comme l'exploitation forestière illégale et l'empiètement des terres sur les paysages forestiers, ou de combattre le commerce illégal d'animaux sauvages à la source, ces rangers travaillent sans relâche pour renforcer les lois du Cambodge, tout en mettant fin aux contacts directs entre l'homme et le commerce d'animaux sauvages à haut risque.
"Non seulement ils empêchent les crimes contre la faune sauvage, protègent les habitats forestiers, mais ils préviennent également les risques de propagation des zoonoses", a ajouté M. Sopheak.
 

La répression du braconnage au Cambodge

 
Grâce à la répression du trafic illégal d'espèces sauvages au cours du premier semestre de cette année  au Mondulkiri, 60 kilogrammes de viande de brousse ont été confisqués et détruits. Au cours des cinq dernières années, 3 319 kilogrammes de viande de cerf aboyeur, de tortue allongée, de cochon sauvage, de lézard d'eau, de porc-épic ainsi que de banteng, de gaur et de paon vert ont été confisqués, ainsi que 176 animaux morts destinés à la viande ou à la médecine.
 
Ranger setting-up camera trap wildlife research ©Eam Sam Un_WWF
Ranger installant un piège à caméra pour la recherche sur la faune 
 
Une étude récente du WWF a montré que de nombreux animaux visés par le braconnage et le piégeage, notamment les sangliers, les civettes palmistes et les pangolins, présentent le plus grand risque de transmission de zoonoses.
 

Une approche holistique de la santé

 
Afin de garantir la sécurité et la santé des Cambodgiens et d'éviter que la prochaine épidémie de zoonose ne se déclare ici, le WWF préconise l'adoption d'une approche "One Health", qui associe la santé des personnes, des animaux et de notre environnement commun, et demande instamment que cette approche soit prise en compte dans les décisions relatives à la faune sauvage, aux changements d'affectation des terres et au développement.
 
Dans un communiqué le WWF poursuit « L'application de la loi est un élément clé pour les zones protégées dans les paysages des plaines orientales et des forêts inondées du Mékong, sous la gestion des ministères de l'environnement et de l'agriculture, des forêts et de la pêche. Au cours des deux dernières décennies, le WWF Cambodge a apporté un soutien actif à la mise en œuvre et à l'application des lois sur les aires protégées, les forêts et la pêche, en complément d'autres initiatives du WWF sur l'engagement communautaire et la recherche sur la biodiversité, grâce au soutien continu de l'USAID, de l'UNION EUROPÉENNE, et de nombreuses ONG
 
Rangers during patrol in EPL (c)Panha Makara-WWF

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale