La police cambodgienne a secouru 890 victimes de la traite en huit mois

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 30/08/2022 à 01:00 | Mis à jour le 30/08/2022 à 01:00
Photo : Sâr Kheng, vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur et président du Comité national de lutte contre la traite des personnes.
vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, Samdech Krolahom, aussi président du Comité national de lutte contre la traite des personnes.

Après des mois de dénégations de la part des autorités, le ministre de l'Intérieur, Sar Kheng, a reconnu que des ressortissants étrangers avaient été victimes de trafic au Cambodge, qu'ils étaient passés entre les mains de gangs, qu'ils avaient subi des violences et des menaces et qu'ils appelaient à l'aide et au secours depuis plus d'un an.

 

Selon un communiqué publié par le ministère de l’Intérieur, lors d'une réunion consacrée à la lutte contre la traite des êtres humains vendredi matin, il a condamné ces "actes inhumains", exprimé ses regrets et remercié les personnes qui ont fourni des informations sur ces cas,.

 

La semaine dernière, la police a lancé sept opérations de sauvetage pour extraire des victimes de la traite des êtres humains de six nationalités différentes, poursuit le communiqué, qui ajoute que d'autres cas feront l'objet d'enquêtes et de mesures de répression.

 

Pris au piège de la servitude pour dette.

Des milliers de ressortissants étrangers ont travaillé dans des centres d'escroquerie en ligne au Cambodge. Beaucoup d'entre eux ont été attirés dans le pays et pris au piège de la servitude pour dettes. Ils se sont adressés à la police, aux administrations provinciales ou à la page Facebook du Premier ministre Hun Sen pour faire part de leurs allégations de torture et de travail forcé.

 

De nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer le manque d'action et l'impunité dont jouissent les syndicats du crime - un bénévole tentant de secourir des victimes de la traite des êtres humains a été emprisonné et d'autres ont été contraints à la clandestinité. Cependant, le ministère de l'Intérieur a déclaré avoir agi rapidement, sauvant 865 étrangers cette année et envoyant 60 auteurs présumés devant les tribunaux.

 

865 victimes sauvées par les autorités cambodgiennes

Selon lui, depuis plus d'un an, les autorités cambodgiennes recevaient des demandes de sauvetage et d'intervention pour des victimes étrangères de la traite des êtres humains, et les autorités ont trouvé et sauvé la plupart d'entre elles en temps voulu.

 

Sur la base des résultats des recherches et des interrogatoires, il a été constaté qu'un grand nombre de ces étrangers ont été trompés par des gangs criminels dans leur propre pays et leurs complices au Cambodge en utilisant les médias sociaux pour les inciter à traverser la frontière illégalement sous la promesse d'emplois bien rémunérés.

 

"Ces personnes ont ensuite été affectées à des jeux d'argent en ligne illégaux et sont devenues des victimes de la traite d’êtres humains. (…) Dans certains cas, elles ont été confrontées à des violences et des menaces si elles ne suivaient pas les ordres des criminels."

 

Le ministre de l’Intérieur considère ce trafic comme l'une des formes les plus graves de criminalité transnationale. Le communiqué indique :

 

Au nom du gouvernement royal du Cambodge et du Comité national de lutte contre la traite des êtres humains, Samdech Kralahom [Sar Kheng] a exprimé son regret et condamné ces actes inhumains. Samdech a également remercié et salué les diverses informations fournies par des personnes et des représentants étrangers au Cambodge concernant cette affaire. 

 

Des opérations toujours en cours 

Le porte-parole du ministère, Khieu Sopheak, a déclaré que la police est intervenue dans une affaire de trafic de main-d'œuvre à Sihanoukville pour sauver une femme, arrêtant 11 individus et confisquant une arme de poing.

 

Sopheak souhaite recevoir des informations plus précises et plus détaillées afin d'entreprendre d'autres sauvetages. Cette semaine, des raids ont été menés dans les provinces de Preah Sihanouk, Pursat, Svay Rieng et Oddar Meanchey, a-t-il indiqué, ajoutant que des ressortissants chinois, vietnamiens, américains, cambodgiens, indonésiens et philippins ont été retirés des enceintes de Sihanoukville.

 

Une déclaration de l'administration provinciale de Preah Sihanouk datée de mercredi 24 aout indique que les autorités enquêteraient sur le trafic et la détention de main-d'œuvre et mettraient fin à ces opérations.

 

Il est strictement nécessaire de fermer ces entreprises et d'amener les auteurs et les propriétaires qui ont participé à la conspiration à être sévèrement punis conformément à la loi. Il n'y a aucune exception.

 

Les complexes dans lesquels de telles opérations ont été signalées sont liés au magnat Try Pheap à Pursat, au sénateur Kok An à Sihanoukville et à toute une série d'hommes d'affaires et de criminels chinois. Aucun détail n'a encore été obtenu sur les suspects jusqu'à présent visés ou arrêtés par les autorités.

Plus tôt cette année, la police nationale a déclaré que les médias exagéraient les récits de détention et d'extorsion.

 

Mech Dara

 

Avec l'aimable autorisation de VOD, qui a permis de traduire cet article et ainsi de le rendre accessible au lectorat francophone.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale