40 individus s’évadent d’un casino cambodgien

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 22/08/2022 à 06:00 | Mis à jour le 22/08/2022 à 06:42
Photo : évasion de 40 vietnamiens d'un casino au cambodge
évasion de 40 vietnamiens d'un casino au cambodge

Jeudi une video montrant une quarantaine d’individus s’enfuyant d’un casino cambodgien a été postée sur les réseaux sociaux. Les fugitifs ont ensuite sauté dans la rivière pour rejoindre le Vietnam voisin.

Cette même video montre des agent de sécurité du casino poursuivant les fugitifs avec des verges métalliques.  

 

La deuxième vidéo, apparemment tournée du côté vietnamien, montre des personnes dévalant un talus et sautant dans la rivière. On les voit traverser la rivière à la nage. Elle montre également qu’un des fuyards a été rattrapé par des hommes habillés de noirs .

 

 

40 évadés d’un casinos cambodgiens

 

Les autorités vietnamiennes affirment qu'un total de 42 personnes ( 35 hommes et 5 femmes) ont tenté de s'échapper d’un casino situé au Cambodge. Selon le média vietnamien Zing News, 40 personnes ont été conduites dans un centre communautaire du district d'An Phu, dans la province d'An Giang. Les autorités recherchent un jeune de 16 ans qui a disparu. Une autre personne a été attrapée par ce qui semble être des gardes du casino.

 

Après une réunion vendredi, le ministre de l'Intérieur Sar Kheng a déclaré à la presse que les personnes qui se sont échappées étaient employées illégalement par le casino et avaient fui après que les travailleurs n'aient pas reçu les salaires promis.

 

Selon le général Vannthan, porte-parole du département de l’immigration, le directeur du casino, un ressortissant chinois, a admis avoir forcé les travailleurs à travailler contre leur gré, mais a affirmé que les évadés devaient de l'argent à la société. Il a été arrêté.

 

 

Le trafic d'êtres humains sous la forme d'escroqueries à l'emploi n'est pas nouveau dans le Royaume. De nombreux cas d'étrangers forcés à travailler en infraction avec la loi  ont été signalés ces derniers mois. 

Les victimes, généralement attirées par des promesses de salaires alléchants, se retrouvent séquestrées et forcées à travailler pour rembourser les frais dus par leur venue.

 

Le cambodge pointé sur la question du trafic d’êtres humains

 

Am Sam Ath, directeur adjoint du groupe de défense des droits LICADHO,  cité par le Phnom Post a exprimé son inquiétude quant au trafic d'êtres humains au Cambodge : "Récemment, nous avons vu des médias internationaux et des institutions internationales publier des rapports concernant les problèmes de traite des êtres humains dans le Royaume, notamment l'exploitation du travail en ligne."

 

Le 19 juillet dernier, les Etats-Unis avaient ajouté le Cambodge à la liste noire de la traite des êtres humains, alléguant la faiblesse des efforts déployés pour mettre fin au travail sexuel forcé ou aider les travailleurs migrants. Bien que Mme Chou Bun Eng, secrétaire d'État au ministère cambodgien de l'Intérieur et vice-présidente permanente du Comité national  de lutte contre la traite des êtres humains, ait déclaré que ce classement était "absolument injuste", le gouvernement et la police se mobilisent pour contrer ce fléau qui donne une bien piètre image du royaume. 

 

Le ministre de l'Intérieur a confié qu’il prévoyait des opérations pour lutter contre la traite des êtres humains et qu'il était sur le point d'organiser une réunion avec des partenaires internationaux qui permettrait de traduire en justice un certain nombre de responsables de la traite.

 

Pour ne rien manquer de l’actualité francophone du Cambodge, pensez à vous abonner à notre lettre d’information en cliquant sur ce lien. Précisez bien : l’édition du Cambodge et hop le tour est joué.

À bientôt.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale