Le Blues des karaokés du Cambodge

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 13/11/2021 à 02:00 | Mis à jour le 13/11/2021 à 02:00
Photo : Une ancienne serveuse dans un KTV de la ville de Takhmao, Sem Ratana, et ses enfants. Photo fournie.
Jeune femme cambodgienne avec ses enfants
Malgré la réouverture des beer gardens, les travailleurs du secteur du divertissement au Cambodge font état d'opportunités limitées en raison de la fermeture prolongée des KTV et de la fermeture définitive de nombreux autres établissements.
 
En proie à l'incertitude et à la frustration, les travailleurs du secteur du divertissement de tout le Cambodge ont demandé au gouvernement de leur apporter un meilleur soutien alors qu'ils s'efforcent de joindre les deux bouts à la suite de la pandémie de COVID-19.
 
Dans l'un de ses longs discours habituels, lors de l'inauguration du nouveau bâtiment du ministère de l'Aménagement du territoire à Phnom Penh, le Premier ministre Hun Sen a laissé entendre qu'une décision concernant la réouverture des KTV et autres lieux de divertissement serait prise en décembre 2021.
 
Alors que les beer gardens ont reçu le feu vert pour rouvrir au début du mois, les KTV et les boîtes de nuit ne savent toujours pas quand les opérations pourront reprendre. La crise du COVID-19 a entraîné une baisse des revenus dans tous les secteurs, mais les travailleurs du secteur du divertissement ont le sentiment d'avoir été négligés par le gouvernement, qui, selon eux, ne leur a offert aucun soutien, contrairement aux secteurs de l'habillement et du tourisme.
 
En outre, de nombreux travailleurs informels affirment que les beer gardens qui ont rouvert leurs portes n'ont pas réembauché tout leur personnel, optant plutôt pour une main-d'œuvre réduite et des coûts moindres.
 
C'est un problème pour des femmes comme Sem Ratana, ancienne serveuse dans un KTV de la ville de Takhmao, dans la province de Kandal.
 
Pour Ratana, la source de revenus actuelle de sa famille dépend uniquement de son mari, qui travaille comme emballeur de légumes au marché Doeurm Kor, où il gagne entre 30 000 et 40 000 riels [7,50 à 10 dollars] par jour.
 
La pandémie a considérablement réduit ce revenu et Ratana ne peut plus faire face à la plupart des dépenses quotidiennes. Elle a choisi de donner la priorité à ses enfants plutôt qu'à sa propre santé.
 
"J'ai des calculs rénaux depuis des années, mais je n'ai plus d'argent pour me faire opérer", dit-elle. "Je prends des analgésiques quand j'ai mal au ventre et que je peux me le permettre, mais pour l'instant, j'attends la réouverture des KTV, pour pouvoir espérer reprendre mon travail de serveuse."
 
La douleur, dit-elle, l'empêche d'effectuer des travaux manuels lourds, mais la famille - elle-même, son mari et leurs trois enfants - a été obligée de s'adapter à la sombre situation économique qui a bloqué la croissance du Cambodge
 
 
La fille de Ratana, âgée de 14 ans, l'aînée, a été envoyée dans une usine de confection à Takhmao City pour que la famille puisse se permettre de manger à sa faim. La perspective d'une résurrection du secteur du divertissement au Cambodge est tout ce qui donne de l'espoir à Ratana, mais même cet espoir est teinté de la crainte qu'il faille du temps pour retrouver le niveau pré-pandémique d'opportunités pour les serveuses.
 
"Le propriétaire du karaoké m'a dit qu'il n'était pas sûr de la date à laquelle il pourrait réactiver son entreprise parce qu'il avait peur de la transmission du COVID-19", a-t-elle dit. "Il a dit qu'il allait juste attendre et voir".
 
Bien que Ratana ait dit espérer retourner chez son ancien employeur, tout ce qu'elle peut faire maintenant est d'attendre et d'espérer que le gouvernement décide de proposer une sorte de programme d'aide pour les travailleurs de l'industrie du divertissement au chômage comme elle.
 
"Lorsque j'ai perdu mon emploi, je n'ai reçu aucune aide financière du gouvernement", a-t-elle déclaré. "Nous, les travailleurs informels, voulons bénéficier des services de santé et d'une assistance comme les ouvriers d'usine. Nous avons rencontré toutes sortes de difficultés car nous sommes moins instruits."
 
Mais il n'y a pas que les femmes qui subissent le contrecoup, Sok Chuon est un ancien agent de sécurité à Phnom Penh - il a perdu son emploi de gardien d'un KTV lorsque les restrictions du COVID-19 ont été introduites au début de 2020. Aujourd'hui, il travaille comme chauffeur-livreur, mais dit vivre au jour le jour car ses revenus couvrent à peine ses dépenses.
 
Rien, dit-il, ne s'est amélioré depuis ce changement de poste.
 
"J'attends la réouverture de mon ancien lieu de travail, mais je ne sais ni quand ni s'ils nous reprendraient", a-t-il déclaré. "Maintenant, je livre des marchandises juste pour gagner de l'argent pour mes dépenses quotidiennes, mais il ne me reste plus guère de quoi épargner car le prix de l'essence a fortement augmenté."
 
Le prix de l'essence, qui a augmenté de 34 % entre juillet 2020 et juillet 2021 selon les estimations de la Banque nationale du Cambodge, a suscité l'indignation des travailleurs dont le revenu est lié à leur mobilité.
 
Chuon a rejoint le chœur des travailleurs de divers secteurs informels en appelant le gouvernement à intervenir sur le prix de l'essence et à fournir une assistance financière aux personnes sans emploi.
 
Ou Tep Phallin, présidente de la Fédération cambodgienne des travailleurs de l'alimentation et des services, est l'une des personnes qui a plaidé en faveur d'une augmentation des indemnités dans le secteur du divertissement au Cambodge. Elle a prévenu que la simple réouverture des lieux de divertissement ne suffirait pas, car rien ne garantit que les clients reviendront en nombre comme avant la pandémie.
 
Selon elle, de nombreux KTV ont fermé définitivement, car les coûts de location d'un bâtiment alors que les entreprises n'étaient pas autorisées à ouvrir sont devenus insurmontables. Il y a donc moins d’emplois  et autant de travailleurs, tous désespérés après presque deux ans de chômage. Pour ceux qui trouvent un emploi, les affaires devraient être lentes au début, a déclaré Tep Phallin, notant que les restrictions peuvent limiter le nombre de clients dans une entreprise à la fois.
 
Tout cela, ainsi que la situation des travailleurs du secteur du divertissement au chômage tout au long de la pandémie, a été transmis au gouvernement par Tep Phallin, mais ne s'est pas traduit par des mesures concrètes. 
 
"Les demandes des travailleurs sont sans effet", a-t-elle déclaré. "Depuis plus de deux ans, nous réclamons le soutien de l'État, mais en vain !"
 
Selon elle, les employeurs et le gouvernement ont été plus rapides à mettre en œuvre des politiques qui privent les travailleurs de leurs avantages sociaux qu'à introduire des mesures pour protéger leur personnel.
 
Heng Sour, porte-parole du ministère du Travail et de la Formation professionnelle, a déclaré qu'il n'avait rien à dire en réponse aux allégations de Tep Phallin, mais a ajouté qu'il considérait cette déclaration comme déséquilibrée.
 
"Il n'y a rien à répondre à la dirigeante syndicale car je ne sais pas ce qu'elle a utilisé pour mesurer cette évaluation. De plus, nous n'avons aucune raison de supprimer les avantages des travailleurs. Nous les aidons beaucoup", a-t-il déclaré.
 
En ce qui concerne l'aide aux travailleurs informels, Heng Sour a expliqué que le gouvernement a des plans en cours d'élaboration pour l'assistance sociale et la création d'emplois communautaires pour les chômeurs. Il a précisé que ces plans impliquaient des subventions et le développement d'infrastructures au niveau local, mais n'a pas pu préciser ce qui se passerait exactement ni quand les travailleurs pourraient l'attendre.
 
Au cours des deux années pendant lesquelles la pandémie a ravagé les revenus, les opportunités et les droits des travailleurs, M. Sour n'a pu citer aucune politique gouvernementale qui ait soutenu les travailleurs du spectacle.
 
Les 4 et 5 novembre, le ministère du Travail a également organisé un salon en ligne pour offrir des opportunités d'emploi aux personnes qui souhaitaient trouver du travail. Selon lui, le salon a réuni une centaine d'entreprises et a offert plus de 20 000 opportunités d'emploi.
 
Cependant, Tep Phallin a déclaré que très peu de travailleurs, environ 10 %, dans le secteur des services de divertissement ont reçu des cartes d'équité ou des cartes d'identité pauvres, qui sont censées fournir des allocations à ceux qui ont perdu leur revenu.
 
Cela s'explique par le fait que certains d'entre eux se déplacent fréquemment d'une chambre à louer à l'autre, ce qui rend difficile la préparation des documents à demander un autre exemple qui démontre que le secteur informel a été laissé pour compte.
 
L'économie cambodgienne mise beaucoup sur la relance du secteur du tourisme en 2022, mais pour beaucoup de ceux qui ont un emploi informel, l'attente est trop longue.
 

Lay Sopheavotey et Teng Yalirozy 

Article précédent paru sur cambodianess.com
 
 

Complément de dernière minute : depuis la publication initiale de cet article, le Premier ministre a d’autorisé la réouverture des lieux de divertissement nocturnes, tels que les karaokés, les boîtes de nuit et les bars, à partir du 1er décembre.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale