TEST: 2248

Hommage à un grand ami du Cambodge, Claude Vincent

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 28/02/2022 à 18:45 | Mis à jour le 01/03/2022 à 12:48
Photo : L'équipe de l'ONG Sipar est photographiée à la fin des années 2010 avec Claude Vincent, le président de l'ONG, cheveux blancs et t-shirt bleu, debout au fond à gauche. Crédit photo : Sipar
photo groupe sipar

Claude Vincent, qui pendant plus de 24 ans, a été président de l'ONG Sipar, est décédé mi-février à l'âge de 90 ans. Le quart de siècle qu'il a consacré à la promotion de la lecture et au soutien du secteur éducatif dans son ensemble au Cambodge, mérite d'être reconnu.

 

Une ONG née dans les camps en Thaïlande

 

Lorsqu'il a pris sa retraite après une carrière d'ingénieur au début des années 1990, l'ONG Sipar était en activité depuis une dizaine d'années. Fondée par 2 françaises, Magali Petitmengin et Bernadette Petitmengin en 1982, avec un siège situé dans la ville de Versailles près de Paris, avait d'abord été lancée pour aider à l'intégration des réfugiés cambodgiens en France en leurs enseignant la langue française.

 

Après la signature des Accords de paix de Paris en octobre 1991, ces camps ont été fermés et les réfugiés sont retournés au Cambodge. Alors, comme M Petitmengin et B Chaventon, toujours vice-présidente de Sipar, l'ont expliqué à l'occasion du 40e anniversaire de l'ONG début 2022, Sipar a décidé de venir au Cambodge pour accompagner les personnes aidées auparavant et les autres plus généralement.

 

Contribuer à la formation des enseignants au Cambodge

 

"A peu près tout ce qui était lié à la connaissance avait disparu, les livres brûlés, le système éducatif effacé", en raison du régime des Khmers rouges d'avril 1975 à janvier 1979. Sur les 21 000 enseignants, il n'en restait que 2 000, affirment-elles. " Le ministère cambodgien de l'éducation a demandé à Sipar de contribuer à la formation des enseignants dans les écoles. »

 

"Sipar s'est donc orienté vers l'aide au développement", poursuivent-elles.

 

Aider un pays à se développer, c'est former des formateurs, des enseignants et des administrateurs qui vont eux-mêmes conduire le pays vers l'autonomie.

 

Lorsqu'il devint président de Sipar en 1995, Claude Vincent a engagé l'ONG dans cette nouvelle voie pour, finalement, préciser son objet : distribuer des livres partout, dans les écoles bien sûr, mais aussi dans les usines, les prisons, les régions reculées du pays, les villages flottants.  

 

enfant en train de lire
Sipar

 

Sipar éditeur de livres en khmer

 

"C'est donc en 2000 que Sipar est devenue une maison d'édition afin de répondre à un besoin énorme dans le pays, distribuer des livres écrits en khmer et les faire lire", expliquent M Petitmengin et B Chaventon.

 

Les livres, l'accès à la lecture et l'alphabétisation sont nos moteurs. A ce jour, plus de 2,8 millions de livres ont été imprimés. Une équipe de 60 personnes, 100 % locale, travaille chaque jour au Cambodge non seulement dans l'édition mais aussi dans le développement et la gestion de programmes innovants destinés aux enfants, aux jeunes et aux adultes.

 

"Quatorze bibliothèques mobiles sillonnent le pays pour apporter des livres dans les zones reculées", expliquent M Petitmengin et B Chaventon. "Nous avons créé des bibliothèques dans des prisons, des usines, des hôpitaux et, bien sûr, des écoles. Des centaines de jeunes volontaires prennent le relais dans les villages pour mener à bien cette mission. Sipar continue d'innover chaque jour et notamment à travers son dernier programme dont l'objectif est d'aider les lycéens dans leur processus d'orientation après le baccalauréat."  

 

En 2019, Claude Vincent avait passé le flambeau à Patrice Lucas. Jusqu'à 87 ans, il a contribué à mettre des livres à disposition, non seulement des enfants, mais aussi des Cambodgiens de tous âges dans le pays, pour qu'ils puissent apprendre, se divertir, rêver et réussir dans la vie.

 

Respects.

 

Cet article est initialement paru sur Cambodianess.com

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale