Vendredi 22 octobre 2021
TEST: 2248

Le point sur I'industrie hôtelière de Siem Reap

Par Raphaël FERRY | Publié le 06/08/2021 à 19:00 | Mis à jour le 06/08/2021 à 11:11
Photo : Angkor village ressort, un des fleurons des hôtels de Siem Reap attend le retour des touristes
Angkor village ressort

L’industrie hôtelière de Siem Reap au Cambodge vit une des crises les plus profondes de son histoire depuis que les frontières se sont fermées au tourisme en mars 2020. Lepetitjournal.com a rencontré David Piot, président du chapitre de Siem Reap de la Cambodia Hotel Association (CHA) pour faire le point.

 

 

Quelle est la situation de l’hôtellerie à Siem Reap actuellement après 1 an et demi d’arrêt du tourisme ?

 

L’économie de la ville de Siem Reap s’est arrêtée assez brutalement depuis Mars 2020. Sans avoir accès à des statistiques poussées, je dirais qu’aujourd’hui, approximativement 10% des chambres d’hôtels disponibles avant la pandémie le sont encore. Beaucoup d’hôtels ont fermé définitivement et d’ici  la relance du tourisme international, d’autres suivront.

 

Il reste encore des hôteliers et restaurateurs qui défrayent la chronique en réussissant le pari de rester ouverts malgré la crise. Ce sont ceux qui survivront à la crise qui seront chargés de reconstruire notre industrie.

 

 

David Piot, président du chapitre de Siem Reap de la Cambodia Hotel Association (CHA)
David Piot, président du chapitre de Siem Reap de la Cambodia Hotel Association (CHA)

 

Quelles sont les conditions préalables à la réouverture des hôtels ?

 

L’hôtellerie est une industrie aux coûts fixes extrêmement élevés. De ce fait, pour réellement redémarrer l’industrie, il est important que les hôteliers aient confiance en la reprise du tourisme. Le secteur fragilisé a besoin d’une réouverture solide pour conserver le peu d’hôtels qu’il reste ; un redémarrage avec des montagnes russes d’ouvertures et de fermetures serait trop brutal pour les hôteliers les plus atteints par la crise. La véritable reprise du secteur viendra avec sa stabilité dans les secteurs suivants :

1.     Mesures sanitaires stables

2.     Arrivées de voyageurs correspondant à l’offre

3.     Mesures fiscales tolérables

 

Dernière condition indispensable au redémarrage du tourisme : l’avancement de l’immense projet d’urbanisme promettant un Siem Reap plus agréable, et plus confortable. En son état actuel, ce projet, déjà bien avancé, procure les dérangements traditionnels des travaux publics, et dissuadent naturellement un bon nombre de vacanciers. Cependant, ils devraient être terminés en fin d’année pour pouvoir recevoir les touristes de demain dans les meilleures conditions.

 

Quelles sont les difficultés que vous appréhendez pour une réouverture ?

 

Le secteur de l’hôtellerie devra faire face à trois problèmes spécifiques :

 

La rénovation des établissements

Un hôtel fermé pendant 2 ans engendre de grosses dépenses de rénovation et de rafraichissements avant une réouverture. Il faudra remettre les chambres en état, ainsi que  les climatiseurs, rafraichir la plomberie, et bien d’autres choses ce qui engendre des dépenses s’élevant facilement à plusieurs centaines de dollars par chambre. 

 

La mise aux normes

Les normes de l’hôtellerie ont changé, et les appliquer engendrera un coût supplémentaire. Les voyageurs de demain seront plus exigeants que jamais sur la propreté. Il est donc nécessaire de réviser ses procédures normalisées et s’équiper de nouveaux appareils et produits ménagers. Les clients de demain seront aussi intransigeants sur la sécurité sanitaire. Les hôteliers devront donc tester leurs employés, vérifier leurs températures, se procurer du gel hydroalcoolique et implémenter des solutions sans contact. Tout cela aussi a un coût !

 

Le recrutement :

Le recrutement constituera sans doute l’enjeu le plus redoutable à la réouverture. Avec l’arrêt économique de Siem Reap, la ville s’est vidée de sa main d’œuvre. Nos employés, autrefois à la pointe du service client, sont aujourd’hui ouvriers, agriculteurs, YouTubeurs ou marchands de crème blanchissante… Cette reconversion massive vide Siem Reap de ses professionnels du tourisme, et nous sommes confrontés à une baisse généralisée des compétences. Ce qui est naturel quand l’industrie se retrouve sans pratique pendant plus de deux ans. Tout le monde sera à reformer, et quelques mois à se remettre dans le bain seront nécessaires. Les formations, elles aussi, ont un prix.

 

Piscine du Navutu Dreams Resor à Siem Reap
Le Navutu Dream Ressort a fait le pari de rester ouvert.

 

 

Que pensez-vous des dernières déclarations du ministère du Tourisme sur la réouverture des frontières aux touristes?

 

Le ministère s’est engagé en début d’année à travailler sur une réouverture graduelle du tourisme au Cambodge. Depuis, la version finale de cette politique de réouverture elle n’a pas encore été votée, ni officialisée.

Ce qui alimente le plus les conversations aujourd’hui est une proposition de passer par une première étape de réouverture avec des groupes en voyage organisé. Les voyages organisés sont les plus faciles à tracer en cas de propagation inattendue du COVID.

 

Comme toute première étape, je ne pense pas que cette solution ait pour but d’apporter une solution directe et immédiate à la crise, elle ne sera pas parfaite, mais elle constituera la première marche du difficile chemin vers la normalité tant attendue.

 

Je reste convaincu que la réouverture sera inévitablement très graduelle et persillée d’incertitude. Très peu de pays au monde ont réussi à trouver la stabilité face à la pandémie. La réussite économique de la relance du tourisme ne dépend malheureusement pas que du Cambodge. En effet, si le pays réouvre, il reste dépendant des restrictions imposées dans les pays d’origine des touristes.

Pour qu’un voyageur se sente en confiance il doit être sûr, premièrement, de ne pas voir ses vacances gâchées par des restrictions, et deuxièmement, de pouvoir rentrer chez lui en tout confort.

 

Je pense que la politique initiale de réouverture compte moins pour l’industrie que l’obtention de l’immunité collective car seule cette immunité et le climat de confiance qu’elle promet, nous permettra le réel redémarrage de l’industrie.

Heureusement pour nous, la stratégie vaccinale du Cambodge est extrêmement efficace et mérite bien plus d’attention médiatique à l’international.

 

Qu’aimeriez-vous dire à tous ceux qui attendent avec impatience la réouverture des frontières ?

 

Dans l’industrie du tourisme, le redémarrage ne dépendra pas des nouveaux acteurs. Il se fera grâce à la force de ceux qui auront su s’accrocher. Soutenez ces amoureux du métier qui, en défiant toute logique, s’accrochent encore et toujours à leurs rêves avec une admirable abnégation, et toute la dignité du monde.

Pour certains un projet de vie, pour d’autres une histoire de famille. Ils sont tous les seuls gardiens d’un savoir-vivre qui nous semble aujourd’hui si lointain.

Nous espérons tous vous revoir bien vite pour vos prochaines vacances.

 

 

Nous vous recommandons
raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Hong Kong Appercu
MUSIQUE

Enzo de Hong Kong représentera la France pour l’Eurovision 2021

Enzo, le prodige musical de Hong Kong de 13 ans qui nous avait fait vibrer en 2020 au concours The Voice Kids, vient d'être désigné officiellement pour représernter la France à l'Eurovision