Vendredi 22 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le Cambodge recule sur l’interdiction de métiers pour les étrangers

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 07/10/2019 à 11:24 | Mis à jour le 07/10/2019 à 11:53
Photo : Crédits : Juan Antonio Segal / Flickr Creative Commons
interdiction métiers étrangers cambodge

Le ministère du travail cambodgien a mis fin à la récente interdiction faite aux ressortissants étrangers d’exercer une dizaine de professions.

Le ministère du travail cambodgien a mis fin à la récente interdiction faite aux ressortissants étrangers d’exercer dix types d’emplois. Dans une déclaration publiée samedi 5 octobre, le ministre du travail Ith Samheng a déclaré que l’interdiction décidée fin août n’était plus en vigueur.

« La suspension de l’interdiction est due à la demande d’expertise étrangère dans le secteur des services, et a pour objectif d’encourager l’investissement au Cambodge, a déclaré le ministre du travail. Pour ces raisons, le ministère a décidé de permettre aux ressortissants étrangers d’être employés dans n’importe quel secteur et de travailler à leur compte. » 

Un prakas publié le 28 août avait interdit aux étrangers les professions de chauffeur de tout type de véhicule, de vendeur de rue, de masseur, de coiffeur, de cordonnier et cireur de chaussures, de tailleur, de mécanicien, de fabricant de souvenir cambodgiens, d’instruments de musique khmers, de statues de bouddha et de bols d’aumône, et d’orfèvre et joaillier.

Vorn Pov, le président de l’Independent Democracy of Informal Economy Association, a fait part de son incompréhension face à cette mesure, soulignant que les emplois visés par le prakas n’étaient pas susceptibles d’attirer des investissements.

Plus de 160 000 étrangers travaillent actuellement au Cambodge, dont plus de 100 000 ressortissants chinois. Début juillet, un rapport publié par la la province de Preah Sihanouk révélait que 90% des entreprises de la province sont désormais possédées par des Chinois. Le géant asiatique est régulièrement pointé du doigt pour sa tendance à accompagner ses investissements dans des pays en développement par un afflux de travailleurs chinois, qui prive alors les populations locales des retombées économiques liées à ces investissements.

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir