Mardi 20 octobre 2020

La European Foundation for Cambodian Children fête ses cinq ans

Par Virginie Vallée | Publié le 04/12/2019 à 20:00 | Mis à jour le 04/12/2019 à 20:00
Photo : Les élèves de l'EFCC. Crédits : VIrginie Vallée / Lepetitjournal.com Cambodge
efcc ONG cambodge école

À l’occasion de ses 5 ans, La European Foundation for Cambodian Children annonce l’ouverture d’une deuxième classe Montessori pour les jeunes Cambodgiens défavorisés dès le mois de janvier prochain.

Ce jeudi 28 novembre est jour de fête à la European Foundation for Cambodian Children. Spectacle des enfants, kermesse, pizza au déjeuner et gâteau pour le goûter, l’établissement fête ses cinq ans. Ni tout à fait une école ni tout à fait un centre de loisirs, l’European Foundation for Cambodian Children est une organisation qui existe grâce à Jean-Michel Fournier et Graham Moir. Les deux compères se sont donnés pour mission d’éduquer et de soigner des enfants cambodgiens défavorisés. Aidés d’une équipe de 13 salariés cambodgiens et d’une demi douzaine de volontaires, principalement français, l’ONG permet aux enfants qui n’ont jamais été scolarisés d’avoir accès à l’éducation et aux soins.

Après négociations avec les familles pour choisir quel enfant au sein de la fratrie bénéficiera d’un apprentissage, « généralement le plus jeune car les autres doivent travailler », précise Anne-Sophie, volontaire à l’EFCC, l’équipe se charge des formalités. Les enfants sont inscrits dans une école publique et accueillis du lundi au vendredi au centre où sont dispensés des cours de maths, d’anglais et de khmer, et où sont préparés des repas équilibrés pour le déjeuner ainsi qu’un goûter. Des activités extra-scolaires sont proposées et animées par les volontaires alors que les cours sont prodigués par des enseignantes cambodgiennes salariées. Un professeur de yoga intervient chaque premier mercredi du mois et des sorties ponctuelles sont organisées à la piscine ou bientôt dans un centre d’escalade.

 

classe efcc cambodge
Une salle de classe de l'EFCC. Crédits : Virginie Vallée / Lepetitjournal.com Cambodge

 

Le rituel quotidien commence par le ramassage scolaire en van et en tuktuk dans les villages de Russei, Ruls et Barku des 60 enfants. À partir de sept heures les enfants arrivent au centre, prennent une douche et se brossent les dents. Petite séance d’éducation civique avec le chant de l’hymne nationale dans la cour. Ensuite, les plus grands sont accompagnés à l’école publique alors que les plus jeunes suivent des cours sur place. Des cours ont lieu aussi l’après-midi pour renforcer le niveau de tous. Soutenue par d’autres ONG, des visites annuelles sont organisées chez le dentiste et l’ophtalmologiste. À partir de janvier une équipe de médecins viendra deux fois par an pendant 15 jours pour effectuer un bilan de santé complet des enfants et de leurs familles.

Depuis 2018 le centre a formé les enseignantes et mis en place une classe Montessori pour les tout-petits. « La méthode fait ses preuves. Les enfants s’épanouissent dans cet environnement. Pour ceux déjà scolarisés nous utilisons l’apprentissage traditionnel mais pour ceux qui débutent leur scolarité, Montessori est une pédagogie qui fonctionne très bien », se félicite Jean-Michel Fournier qui cite les résultats obtenus par Céline Alvarez en 2014 dans son étude réalisée en zone d’éducation prioritaire en France en 2014. La deuxième classe ouvrira donc dès janvier 2020 après la formation de deux nouvelles enseignantes. Le co-directeur de l’établissement ne souhaite pas « une classe à la manière Montessori mais une vraie classe Montessori ». Une méthode qui selon lui respecte, stimule et canalise les enfants. Le mobilier et le matériel utilisés dans la classe ont une taille adaptée aux enfants, et ceux-ci choisissent les activités qu’ils veulent faire en dehors des temps collectifs. En plus des bonnes acquisitions de connaissances scolaires, les enfants gagnent en autonomie, sont plus responsables et plus calmes. Une manière douce d’enseigner à des enfants défavorisés.

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien. L'information a un coût.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Inondations : La Thaïlande ouvre ses barrages.

Alors que les eaux commencent à se retirer dans les provinces de Pursat, Battambang et Pailin ainsi qu'à Phnom Penh, Banteay Meanchey continue de faire les frais des inondations de ces derniers jours.

Vivre au Cambodge

SOCIÉTÉ

Femmes et Entrepreneuses au Cambodge : atelier à l’Ambassade de France

Pour la deuxième année consécutive, l’Ambassade de France et la BRED s’associent pour l’organisation d’une table ronde mettant à l’honneur 17 femmes cambodgiennes cheffes d’entreprises.