Dimanche 25 février 2018
Cambodge
Cambodge
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Dix étrangers, arrêtés à Siem Reap, risquent un an de prison

Par Leïla PELLETIER | Publié le 30/01/2018 à 19:00 | Mis à jour le 09/02/2018 à 08:40
Photo : Une photo des dix prévenus postée par la police nationale
étrangers prison, Cambodge, Siem Reap, expatriation

Jeudi dernier, un groupe de 10 étrangers a été arrêté par la police cambodgienne lors d’une fête à Siem Reap. Accusés de « danses pornographiques », ils encourent jusqu’à un an de prison.

Parmi près de 80 personnes interpellées lors de cette fête en « vêtements sexys », cinq Britanniques, deux Canadiens, un Norvégien, un Néerlandais et un Néo-Zélandais, désignés comme les organisateurs de l’événement, ont été incarcérés puis appelés à comparaitre trois jours après leur arrestation devant la justice cambodgienne ce dimanche.

Sur des photos publiées par la police cambodgienne, des couples apparaissent en train de simuler des actes sexuels. Les prévenus n’apparaissent pourtant sur aucun de ces clichés. Tous nient d’ailleurs les faits, appuyés de leur avocat Sourng Sophea qui plaide leur innocence.

Samrith Sokhon, procureur de la cour provinciale de Siem Reap a déclaré que : « Toute production par une personne de pornographie est contraire aux traditions du Cambodge. » Duong Thavry, de la police locale, ajoute : « Nous sommes intervenus parce qu'ils avaient commis des actes contraires à notre culture. »

Depuis plusieurs années, le Royaume tente de moraliser les touristes pour qu’il aient un comportement plus respectueux. En janvier 2015, des touristes se sont vus expulsés du Cambodge après s'être photographiés nus dans un des temples du complexe d'Angkor. Ils avaient été condamnés à six mois de prison avec sursis et interdits de séjour au Cambodge pendant quatre ans.

0 CommentairesRéagir

Que faire au Cambodge ?

EXPO

Passé, présent et avenir de Kep à l’Institut Français

Du petit port de pêche à un développement éco-responsable en passant par la “Saint-Tropez de l’Asie du Sud-Est” dans les années 60, Kep a connu de nombreux visages depuis l’époque du protectorat...