Lundi 23 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un nouveau rendez-vous avec l'art au Java Café de Toul Tom Poung

Par Leïla PELLETIER | Publié le 06/03/2018 à 19:00 | Mis à jour le 07/03/2018 à 10:05
Photo : Un troisième Java Café à Phnom Penh © Photo fournie
java-cafe-toul-tom-poung

Après Sihanouk Boulevard et Toul Kork, le quartier de Toul Tom Poung (Marché Russe) accueille à son tour une nouvelle succursale du Java Café, qui ouvre demain jeudi 8 mars. Si l’amour de l’Art est au centre de ces trois établissements, leurs concepts respectifs sont assez différents ; une bonne occasion de les redécouvrir. Rencontre avec la propriétaire, Dana Langlois.

Dana Langlois, d’origine américaine, est arrivée au Cambodge en 1998 en tant que volontaire. Intéressée depuis toujours par les arts, elle aimait l’idée d’ouvrir un café-galerie. « J’ai voulu créer un lieu au concept un peu différent de ce qui existait déjà ici, où les gens puissent se retrouver », déclare-t-elle.

 

A l’origine de Java 

Java est un mot argotique pour « café » principalement utilisé dans le monde anglophone « a cup of Java. » « C’est un nom facile à se rappeler et à prononcer dans toutes les langues. J’aime aussi beaucoup l’expression « faire la java », c’est une autre raison moins connue qui m'a poussée à faire ce choix », s'amuse Dana.

Le premier Java Creative Café sur Sihanouk Boulevard a vu le jour il y a 18 ans, en 2000. Le second à Toul Kork a été ouvert il y a presque trois ans. 

« Si nous ouvrons le troisième ce 8 mars, c’est parce que mon associé cambodgien est allé consulter les moines qui lui ont dit que cette date était propice à l’inauguration ! », dit-elle ravie. Il s'agit donc du Java Toul Tom Poung and Theater.

 

Un rendez-vous avec l’Art...

Le Java Creative Café propose une nouvelle exposition tous les deux mois. « Le premier artiste que j’ai accueilli était Thaï, je l’ai rencontré lors d’un voyage », se rappelle Dana. C’est petit à petit qu’elle réussit à se faire un nom et à attirer de plus en plus de visiteurs. Au fil des années, elle a pu mettre au point un programme incluant de plus en plus d’artistes cambodgiens. « J’ai pu développer des relations de confiance et à long terme avec certains. Ils exposent régulièrement au Java et il est intéressant de suivre l’évolution de leur travail », explique-t-elle. L’art cambodgien est en quelque sorte devenu son domaine d’expertise.

« J’ai pu constater que les artistes sont passés par différentes phases. Ce n’est que mon observation personnelle mais je vois un activisme plus développé dans leur art, ils se centrent davantage sur eux, sur l’individu », déclare Dana. D’après la photographe, la scène artistique contemporaine cambodgienne est principalement constituée de jeunes, la plupart sortis de l’école. Ils manquent souvent de moyens financiers mais sont motivés et plein d’initiatives. En apprenant plusieurs langues étrangères et en se lançant dans la recherche de résidences d’artistes, ils arrivent à se faire connaître, progressent et ont plus de chance de se bâtir une carrière solide. 

A Toul Kork, il s’agit d’un concept d’exposition différent qui met les jeunes générations en compétition. Le Creative Generation Project a été lancé il y a un an et se concentre sur des artistes cambodgiens âgés de 18 à 30 ans. Ils sont généralement étudiants ou jeune diplômés des Beaux-Arts, en photographie, en architecture, en mode et design. Après l’envoi de leur candidature en individuel ou en groupe, un jury sélectionne six projets gagnants. C’est sur l’esthétique et le contenu qu’ils sont jugés.

Le Java Café de Toul Tom Poung a été pensé pour accueillir différents types d’événements en lien avec les arts visuels et les arts vivants. 

 

... Sous toutes ses formes

« J’ai imaginé l’espace de ce troisième lieu pour occasionnellement organiser des discussions, lectures de poésie, des représentations de danse, de musique, des projections, etc », explique-t-elle. L’art sera présenté sous toutes ses formes.

Dana Langlois a souhaité travailler avec Prumsodun Ok, directeur artistique de NATYARASA, troupe de danse gay. Le jeune homme va programmer des spectacles trois fois par semaine et va travailler avec d’autres danseurs issus d’autres troupes.

Avec les bénéfices récoltés grâce aux trois cafés, la propriétaire souhaite continuer à développer davantage de programmes artistiques. 

 

Infos pratiques :
Café and Black Box Theater
#53 rue 468, au coin de la rue163
Cérémonie de bénédiction à 7h du matin
Ouverture de 7h à 22h tous les jours 
Lancement de la partie théâtre en mai 2018

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

GASTRONOMIE

« Chez Mama Ly », l'héritage culinaire de la vlogueuse Diana Chao

Diana Chao, une Française née à Paris de parents sino-cambodgiens, a décidé de se consacrer à 100% à sa chaîne Youtube. Le but : démystifier la culture asiatique en partageant les recettes de sa mère.

Expat Mag

Bucarest Appercu

Gabriel Badea-Päun, "Les peintres roumains et la France"

La saison France-Roumanie s'est achevée cette année, l'occasion de faire le point sur les lacunes que nous avons en France sur la culture roumaine et sur les liens qui unissent encore nos deux culture