Mardi 18 février 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Passerelles numériques, un tremplin vers les métiers de l'informatique

Par Virginie Vallée | Publié le 03/02/2020 à 20:00 | Mis à jour le 03/02/2020 à 20:00
Photo : Des étudiants de passerelles numériques en train de coder. Photo fournie
passerelles numériques ong cambodge

Chaque année Passerelles numériques sélectionne environ 75 élèves venant de milieux défavorisés et leur offre une chance d’améliorer leur avenir grâce à des études dans le domaine du numérique. 

Faire la connexion entre des jeunes qui n'ont pas accès aux études supérieures et des entreprises qui ont des besoins croissants dans les métiers du numérique. C'est l'objectif de  Passerelles numériques, une ONG créée en 2005 pour former des jeunes de 16 à 24 ans aux métiers de l'informatique.

La sélection des élèves de chaque promotion prend neuf mois durant lesquels les équipes de Passerelles numériques sillonnent les provinces cambodgiennes à la recherche des élèves qui pourraient intégrer l’établissement. Les critères sont tout d’abord sociaux, il faut identifier des jeunes qui ont fini leur scolarité au lycée et n'ont pas la possibilité d’accéder à des études supérieures sans un soutien de l’ONG. Une fois repérés, notamment grâce à l’appui d’associations partenaires comme Enfants du Mékong, les jeunes passent des tests de logique, d’anglais et de motivation. L’établissement s’attache à recruter au moins 50% de jeunes filles. La sélection achevée, les élèves partent pour une formation intensive de deux ans reconnue par le ministère de l’éducation, de la jeunesse et des sports cambodgien, qui s'achève par un stage de quatre mois en entreprise.

Passerelles numériques forme gratuitement des jeunes Cambodgiens aux métiers du numérique pendant deux ans, à raison de 40 heures par semaine. L'association compte aujourd'hui 1485 diplômés. La formation commence par un premier module de quatre mois durant lequel les élèves, qui vivent dans un internat la première année, bénéficient d’une mise à niveau en anglais, mathématiques et initiation à l’informatique. Suit une formation en informatique plus poussée pour enfin choisir entre deux spécialités : programmation web et mobile ou administrateur réseau. Les compétences de vie sont enseignées au quotidien. Durant la deuxième année de formation les jeunes ont un budget à gérer pour leur logement, leur nourriture et leurs fournitures. « Durant ces deux années d’études supérieures les élèves n’apprennent pas seulement un métier. On leur apprend aussi à devenir des citoyens responsables. Toute l’équipe éducative inculque les valeurs de confiance, responsabilité, solidarité, respect et exigence auxquelles nous sommes très attachés », explique Eléonore Iriart, directrice de Passerelles numériques au Cambodge, qui ajoute que les entreprises qui embauchent les diplômés apprécient ce travail sur le socle de valeurs.

 

passerelles numériques cambodge ong
Des étudiants de passerelles numériques en train de travailler. Photo fournie

 

La méthode d’enseignement utilisée par les enseignants et autres intervenants est tournée vers la participation et l'échange. Une pédagogie qui diffère des cours magistraux qui sont la norme au Cambodge, et pour laquelle un temps d’adaptation est nécessaire. Un suivi personnalisé est mis en place pour s’assurer que chaque élève reste dans la course, et la quasi-totalité des élèves sélectionnés terminent le cursus. Une méthode qui porte ses fruits puisque le taux de réussite à l’examen est excellent. D'après les chiffres compilés par l'ONG, 100% des diplômés trouvent un emploi dans les deux mois qui suivent la fin de la scolarité et 85% des élèves poursuivent leurs études, certains allant jusqu’à un niveau master. « Nos jeunes diplômés sont extrêmement motivés. Nous leur avons enseigné l’autonomie, la prise d’initiative, des qualités très recherchées dans le monde du travail. Ils progressent rapidement au sein des entreprises qu’ils intègrent. Certains ont créé ou ont pour projet de créer leur propre entreprise », confie Eléonore Iriart.  Six anciens élèves font partie de l’équipe enseignante.

L'ONG, qui est aussi présente au Vietnam et aux Philippines, s'attache désormais à développer des projets satellites, comme le NomadLab réalisé en partenariat avec l'association Sipar. Cette initiative vise à mettre à disposition des tablettes dans les bibliothèques pour rendre accessible l’outil numérique à des jeunes qui en sont privés, et mettre au service de ces jeunes l'expertise de Passerelles numériques en matière de pédagogie.  

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir