Lundi 18 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Jeunes reporters de CIS : à la rencontre du ballet royal cambodgien

Par CIS - Canadian International School of Phnom Penh | Publié le 30/06/2019 à 20:00 | Mis à jour le 01/07/2019 à 18:23
Photo : Le prince Tesso Sisowath.
tesso ballet royal cambodge

Comment la danse traditionnelle cambodgienne a-t-elle survécu au régime des Khmers rouges ? Quel est le quotidien des danseurs et danseuses du ballet royal cambodgien ? Les élèves du programme bilingue de la Canadian International School ont posé leurs questions au prince Tesso Sisowath.

Dans le cadre de la série Jeunes reporters de CIS, Kotone, Qiqi, Abhi, Lisa, Luca et Kenny, élèves du programme bilingue français anglais à l’école canadienne internationale de Phnom Penh, se sont rendus à la salle de spectacle en plein air de Cambodia Living Arts, dans l’enceinte du musée nationale, afin d’interviewer le prince Tesso Sisowath, directeur du ballet royal cambodgien.

Kotone demande au prince Tesso comment il est devenu directeur de la troupe royale de danse du Cambodge. « C’est une tradition dans la famille royale où chacun a une activité artistique.Comme vous le savez, sa Majesté le roi Sihanouk était compositeur, chanteur, réalisateur, explique le prince Tesso. Mes soeurs sont danseuses et je les suivais quand j”étais jeune. Arrivé au Cambodge, j’ai assisté la princesse Bopha Devi et mon travail essentiel est de préparer les tournées du ballet royal. »

Lisa sait que la danse traditionnelle cambodgienne a failli disparaître durant la période des Khmers rouges. Elle s’interroge : comment la famille royale a-t-elle fait pour ressusciter cet art millénaire ? Le prince Tesso explique que sur les 300 danseuses du ballet, seules 40 ont été retrouvées dans les camps de Thaïlande à la fin du régime khmer rouge. La princesse Bopha Devi a par la suite remonté la troupe avec les survivants, puis a obtenu l’aide de la France, de l’UNESCO et du Japon dans les années 90 pour remettre sur pied le ballet.

Quelle sont les liens que la famille royale entretient avec la francophonie aujourd’hui ? « Le français est une langue que la famille royale pratique encore. Sa Majesté le roi Sihamoni parle aussi français, et quand je le rencontre nous parlons d’ailleurs cette langue, indique le prince Tesso. Nous sommes attachés aux valeurs qui tournent autour de la francophonie, qui sont liées au savoir vivre mais aussi à une certaine façon de voir les choses en matières sociale et culturelle, puisque la France soutient particulièrement les arts au Cambodge. »

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles