La chasse aux singes, un secret de polichinelle pour les habitants de Pursat

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 26/11/2022 à 01:00 | Mis à jour le 26/11/2022 à 01:25
Photo : Une route boueuse menant à la réserve naturelle de Phnom Samkos à Pursat (Tran Techseng/VOD)
chasse aux singes cambodge

Au Cambodge, la ville de Pursat est le théâtre d’un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur malgré son interdiction, la chasse aux singes.

 

Voeun Boran dit qu'il est un chasseur de singes raté. Au début de l'année, il a passé un mois dans la forêt voisine après avoir entendu parler des richesses qu'il pourrait y gagner. Il a vu quelques singes à longue queue dans les arbres et a installé des pièges avec du maïs comme appât. Mais il n'a réussi à attraper aucun animal.

 

Quelqu'un était déjà venu avant moi. Les singes apprennent vite. Ils ont été chassés par d'autres personnes de nombreuses fois. Maintenant, ils sont plus intelligents.

 

La région est une large vallée de fermes fruitières dispersées entre des collines boisées enveloppées de brume. En se dirigeant vers ces collines, les habitants disent qu'on pourra trouver de la viande de singe dans les restaurants. Ils nous demandent si nous sommes intéressés par l'achat de singes et nous indiquent les hauts lieux de chasse. 

La pluie tombe sur un chemin de terre défoncé qui grimpe. Les habitants hésitent de plus en plus à parler. L'un d'eux nous dit que seuls les étrangers à la région viennent chasser. Une autre déclare qu'elle sait que cela se produit, mais qu'elle ne sait pas qui est impliqué.

Finalement, un homme qui ne veut pas donner son nom commence à parler. Selon lui, la chasse aux animaux sauvages fait partie de la vie des habitants de la région depuis longtemps.

"Certaines personnes continuent à chasser, mais moi j'ai arrêté il y a longtemps", dit-il.

 

Avant, il y avait beaucoup de singes, mais maintenant il y en a très peu. Ils ont presque disparu parce que beaucoup de gens les ont piégés et attrapés. Avant, nous ne pouvions pas récolter le maïs. Quand on marchait le matin, on voyait des centaines de singes descendre pour le manger. C'était en 2016.

 

Une partie de la chasse était destinée à se procurer de la viande - une espèce de singe sans queue est particulièrement appréciée pour sa chair - mais leur capture est une entreprise plus lucrative car les prix ne cessent d'augmenter.

"Je veux suivre les chasseurs parce qu'ils gagnent très bien leur vie", dit-il. "Mais ils vont chasser pendant des mois dans la forêt, alors je ne peux pas y aller car ma famille va mourir de faim".

 

Les petits singes de moins de 3 kg sont les plus lucratifs. Ils se vendent pour 200 dollars par tête. Leur prix a plus que doublé au cours des dernières années. Ils sont soigneusement contrôlés pour vérifier qu'il ne leur manque pas de doigts ou qu'ils ne sont pas blessés.

 

Un travailleur de la ferme de singes de Vanny Bio Research, dans la ville de Pursat, a déclaré qu'il pensait que des singes sauvages étaient chassés et amenés de la région de Veal Veng, alors que la justice américaine a émis un acte d'accusation contre la direction de l'entreprise et des fonctionnaires du ministère de l'Agriculture pour avoir prétendument introduit clandestinement des singes sauvages dans des laboratoires aux côtés de macaques élevés en captivité.

 

Kong Putheara, directeur du département provincial de l'environnement de Pursat, a demandé à un journaliste où se déroule la chasse aux singes, car il n’a « jamais trouvé » de chasseurs, bien qu'il sache que l'on chasse le cerf muntjac et le cochon sauvage.

Depuis l'arrestation du fonctionnaire du ministère de l'Agriculture aux États-Unis la semaine dernière, Kong Putheara a été chargé de garder un œil sur Vanny Bio Research. Il va enquêter pour savoir si et comment des singes sauvages ont été amenés là.

Il a ajouté que, d'après son expérience, la chasse aux singes se fait probablement au moyen de filets posés dans la forêt, si cela se produit. 

 

chasseur de singes
Voeun Boran chez lui, dans le district de Veal Veng à Pursat. (Tran Techseng/VOD)

 

Plus loin sur la route de Veal Veng, nous atteignons la maison de Boran, une petite pièce en bois surélevée sur des pilotis. Trois générations - au moins six membres de la famille - y dorment ensemble.

Boran avoue avoir entendu dire que beaucoup de gens attrapaient des singes, et que cela rapportait pas mal d’argent.

Il a donc investi dans l'achat de pièges et d'appâts, et a parcouru les collines pendant un mois. D'autres utilisent des fusils à air comprimé. Mais lui n'a pas eu de chance. Il a perdu beaucoup d'argent.

Il n'est pas clair sur l'identité des acheteurs - disant qu'il n'a pas atteint ce stade - mais déclare qu'ils viennent de Phnom Penh et de la ville de Pursat.

 

Dans ce village, beaucoup de gens avaient l'habitude de chasser les singes, mais maintenant il faut aller plus loin. Avant, il y en avait beaucoup. Maintenant, on ne sait pas où ils vont.

 

 

 

Avec l'aimable autorisation de VOD, qui a permis de traduire cet article et ainsi de le rendre accessible au lectorat francophone.

 

Pour ne rien manquer de l’actualité francophone du Cambodge, pensez à vous abonner à notre lettre d’information en cliquant sur ce lien. Précisez bien : l’édition du Cambodge et hop le tour est joué.

À bientôt.

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale