Dimanche 5 décembre 2021
TEST: 2248

Un amendement exclut les binationaux des plus hauts postes de l’État cambodgien

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 26/10/2021 à 18:30 | Mis à jour le 26/10/2021 à 12:40
Photo : credit : Assemblée nationale
Assemblée nationale

L'Assemblée nationale a approuvé à l'unanimité le 25 octobre l'amendement constitutionnel interdisant aux personnes ayant une double nationalité d'occuper les plus hauts postes de l'État.

 

Le Premier ministre Hun Sen avait demandé le 6 octobre au ministère de la Justice de procéder à ces changements. désormais les postes de président de l'Assemblée nationale, de président du Sénat, de Premier ministre et de président du Conseil constitutionnel ne sont plus accessibles qu’à des personnalités n’ayant que la nationalité cambodgienne. 

 

Pour Hun Sen, il s'agit de

Faire preuve de loyauté envers la nation et d'éviter toute interférence étrangère.

 

"L'Assemblée nationale, le Sénat, le gouvernement royal et le Conseil constitutionnel sont les organes suprêmes de la nation consacrés par la Constitution du Royaume du Cambodge et ont la haute responsabilité de décider des questions importantes qui sont le nerf de la nation pour garantir l'indépendance et la souveraineté nationales", a déclaré sur Facebook Heng Samrin le président de l'Assemblée nationale cambodgienne.

 

Un amendement  pour assurer l'indépendance, la souveraineté et l’intégrité du Cambodge

 

Sur le site de l’AKP on peut lire : 

 

L'Assemblée nationale, le Sénat, le gouvernement royal et le Conseil constitutionnel sont les institutions suprêmes de la nation chargées de prendre des décisions sur des questions importantes qui sont vitales pour la nation afin d'assurer l'indépendance nationale, la souveraineté et l'intégrité territoriale du Cambodge ; les intérêts suprêmes de la nation et du peuple ; et l'opposition absolue à l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures ou à l'ordre sur les lignes politiques nationales et internationales du Cambodge.

 

À ce titre, le président de L'Assemblée nationale, le président du Sénat, le Premier ministre et le président du Conseil constitutionnel sont tous tenus de prêter serment en présence du Roi en s'engageant fermement à être fidèles à la nation et à protéger les intérêts suprêmes de la nation et du peuple cambodgien. Dans le même temps, la Constitution du Royaume du Cambodge et les lois connexes exigent également que tous les députés, sénateurs, Premier ministre et membres du CC soient des ressortissants cambodgiens de naissance.

 

Par ailleurs, le président, les vice-présidents et les membres du Comité national électoral, une institution inscrite dans la Constitution, sont aussi tenus par la loi d'être de nationalité khmère de naissance et de n'avoir qu'une seule nationalité khmère afin que les élections soit menées de manière indépendante pour assurer la protection des intérêts nationaux contre les ingérences extérieures dans les affaires internes du processus électoral.

 

Le leader de l'opposition Sam Rainsy, qui vit à Paris pour éviter une série de condamnations et qui a aussi la nationalité française, a déclaré dans un courriel à Reuters lundi que les nouvelles règles priveraient les futurs dirigeants potentiels de la chance de servir le pays au plus haut niveau.

 

"Pour des raisons historiques, notre population est répartie dans le monde entier et de nombreux Cambodgiens ayant la double nationalité ont obtenu de grands succès en dehors du pays", a-t-il déclaré.

0 Commentaire (s) Réagir