TEST: 2248

Le rappeur Kea Sokun libéré après un an de détention

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 06/09/2021 à 19:00 | Mis à jour le 07/09/2021 à 10:08
Photo : Kea Sokun source FaceBook
Kea Sokun source FaceBook
Après un an d'emprisonnement pour incitation, le rappeur Kea Sokun, 22 ans, a été libéré d'une prison de Siem Reap vendredi. Il est rentré chez lui sans regretter ses chansons ni son refus de s'excuser pour les paroles devant le tribunal.
 
Il avait été condamné le 22 décembre 2020 à 18 mois de prison dont six avec sursis et sa condamnation avait été confirmée en juin 2021. Ces jugements avaient été critiqués par les associations de défense des droits de l’Homme et par l'Association du Barreau Américain.
 

Des chansons critiquant le gouvernement.

Le jeune homme avait été condamné pour les paroles de ses chansons "Khmer Land"  4,2 millions de vues sur YouTube et "Sad Race" 1,2 millions de vues.  Ces chansons reprochent au gouvernement d'avoir mené le Cambodge au déclin économique et exhortent la population à se dresser contre l'oppression et la corruption. Les paroles accusent également le gouvernement de céder des territoires au Viêtnam. Une ligne rouge à ne pas franchir depuis longtemps.
 

Retour à la maison et bénédiction

Selon VOD,  arrivé de la prison de Siem Reap en tuk-tuk, Sokun a reçu les bénédictions bouddhistes de sa famille devant leur maison, juste en bas de la route d'Angkor Wat.
 
Sokun a marché sur trois feux lors d'une cérémonie de purification avant de s'agenouiller devant sa mère et son père qui ont versé de l'eau parsemée de fleurs sur la tête de leur fils pour lui souhaiter la bienvenue.
 
"Je veux d'abord passer du temps avec ma famille", a déclaré Sokun. "Je vais me reposer un peu, mais je veux continuer à faire de la musique parce que la musique est un art qui peut refléter la société. » a-t-il déclaré à VOD.
 
Kea Sokun reste encore sous le coup de 6 mois de prison avec sursis.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale