Dimanche 31 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un journaliste de Kampong Chhnang poursuivi pour "incitation au crime"

Par Pierre Motin | Publié le 19/05/2020 à 20:00 | Mis à jour le 19/05/2020 à 20:00
Photo : Le journaliste Sok Oudom. Crédits : Facebook
sok oudom journaliste cambodge

Sok Oudom, le responsable d’une radio de la province de Kampong Chhnang, a été arrêté le 13 mai. Il est poursuivi pour « incitation à commettre un crime ».

Mercredi 13 mai, la police cambodgienne a arrêté Sok Oudom, le responsable d’une radio locale de la province de Kampong Chhnang, pour « incitation à commettre un crime ».

Plusieurs ONG de défense des droits de l’homme, dont le Centre cambodgien pour les droits de l’homme (CCHR) et la Ligue cambodgienne pour la défense des droits de l’homme (LICADHO) demandent au gouvernement cambodgien d’abandonner les poursuites contre Sok Oudom et Sovann Rithy.

Selon les ONG, le journaliste a régulièrement fait état des conflits fonciers locaux. La veille de l’arrestation de Sok Oudom, le ministère de l’information cambodgien avait révoqué la licence du média. D’après le ministère, cette décision a été motivée par le fait que cette radio « exagérait la vérité, incitait à la violence, causait des troubles et de l’insécurité dans le société, en violation avec les normes professionnelles qui s’appliquent aux journalistes ».

L'incarcération de Sok Oudom fait suite à l'arrestation du journaliste Sovann Rithy au début du mois d'avril pour avoir cité les propos du premier ministre Hun Sen lors d'un discours public sur la réponse du gouvernement à la pandémie mondiale de Covid-19. Avoir repris les propos du premier ministre, Sovann Rithy été arrêté et inculpé deux jours plus tard pour « incitation à commettre un crime ». Le lendemain de son arrestation, la licence de la chaîne d'information TVFB était retirée par le ministère de l’information.

« Nous appelons de toute urgence le gouvernement à abandonner toutes les poursuites contre les journalistes emprisonnés Sok Oudom et Sovann Rithy, à mettre fin au harcèlement d’autres journalistes au Cambodge, et à rétablir les licences de leurs médias », a déclaré Chak Sopheap, directrice du CCHR. Les deux journalistes risquent jusqu'à deux ans de prison s'ils sont reconnus coupables.

Les ONG indiquent que depuis le début de l'année, au moins une douzaine de journalistes ont été convoqués et interrogés par la police et les autorités judiciaires à la suite de leurs reportages.

« Le journaliste Sok Oudom devrait être immédiatement libéré et toutes les charges retenues contre lui devraient être abandonnées, a déclaré Shawn Crispin, représentant du Committee to Protect Journalists en Asie du Sud-Est. Les autorités cambodgiennes doivent cesser de traiter les journalistes indépendants comme des ennemis de l'État. » 

 

 

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire au Cambodge ?

BONNES ADRESSES

The Bookish Bazaar, le café-librairie de Kampot

Le Bookish Bazaar est à la fois un café, une librairie, une boutique de souvenirs, une galerie et une salle de jeux. Il s’agit d’un lieu atypique où l’on respire l’atmosphère de Kampot.

Expat Mag

Lima Appercu

Pourquoi le confinement ne fonctionne pas au Pérou ?

Le Pérou est le premier pays en Amérique latine à avoir décrété l’état d’urgence (16 mars), mais il est malgré tout devenu le deuxième pays le plus touché par l’épidémie du Covid-19, après le Brésil.