Mardi 4 août 2020

Sam Rainsy mis en examen en France pour avoir diffamé Hun Sen

Par Pierre Motin | Publié le 21/06/2020 à 20:00 | Mis à jour le 21/06/2020 à 20:00
Photo : Sam Rainsy. Crédits : page Facebook de Sam Rainsy
sam rainsy mise examen

L’opposant cambodgien Sam Rainsy a été mis en examen par la justice française le 8 juin pour diffamation publique envers le premier ministre Hun Sen.

Sam Rainsy, ancien dirigeant du parti de sauvetage national du Cambodge (CNRP) dissous en novembre 2017, a été mis en examen lundi 8 juin par le tribunal judiciaire de Paris pour diffamation publique envers le premier ministre cambodgien Hun Sen.

Selon le communiqué publié par le cabinet d’avocats Leick Raynaldy et associés, cette mise en examen vise l’intégralité des imputations visées dans la plainte déposée le 20 août 2019 par le premier ministre cambodgien Hun Sen.

Sam Rainsy avait affirmé en juin 2019 que le premier ministre avait tué l’ancien chef de la police nationale Hok Lundy en ordonnant l'explosion d'un hélicoptère que Hok Lundy avait emprunté pour effectuer un trajet entre Phnom Penh et Svay Rieng en 2008.  Sam Rainsy avait également assuré que le chef adjoint de la police nationale et fils de  Hok Lundy, Dy Vichea, et le ministre de l'Intérieur, Sar Kheng, avaient l'intention de se venger de Hun Sen. Deux plaintes distinctes avaient été déposées dans les semaines qui ont suivi par Hun Sen et Dy Vichea.

D’après les avocats de Hun Sen, le juge d’instruction français a « considéré qu’il existait des indices graves et concordants rendant vraisemblable que M. Sam Rainsy ait pu participer à la commission des faits reprochés »

L’opposant cambodgien a accueilli positivement sa mise en examen, car celle-ci constitue à ses yeux une tribune contre son adversaire politique. « Hun Sen est tombé dans mon piège, s'est réjoui Sam Rainsy sur sa page Facebook. Il me donne une occasion en or de dénoncer ses crimes pour la première fois devant un tribunal indépendant ». L’ancien président du CNRP mentionne notamment l’attaque à la grenade à Phnom Penh le 30 mars 1997, le meurtre de Piseth Pilika en 1999, l'assassinat du syndicaliste Chea Vichea en 2004, le meurtre du défenseur de l'environnement Chhut Vuthy en 2012 et l'assassinat de l’analyste Kem Ley en 2016.

Sam Rainsy, qui possède les nationalités française et cambodgienne, vit à Paris depuis 2015. Il a fait l’objet de multiples plaintes déposées par Hun Sen, et a été condamné à plusieurs reprises par la justice cambodgienne.

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

LEBRETON lun 22/06/2020 - 12:00

Le monsieur mort dans cet hélicoptère était , si ma mémoire est bonne , le maire de Phnom Penh et non le chef d'une police

Répondre
Commentaire avatar

1er Investisseur à SHV mar 23/06/2020 - 10:13

Non LEBRETON, c'est bien HOK LUNDY qui était, aussi, dans l'hélico

Répondre

Expat Mag

Bombay Appercu
CULTURE

Le saviez-vous : l'Inde est à l'origine du tissu provençal

Le textile est à l’origine d’un lien historique entre l’Inde et la Provence et notamment Marseille. Retour sur les cotonnades indiennes et la naissance du tissu provençal.