Lundi 16 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Exposition : 40 ans de mémoire pour les victimes du centre S-21

Par Pierre Motin | Publié le 22/08/2019 à 20:10 | Mis à jour le 22/08/2019 à 20:10
Photo : Crédits : musée du génocide de Tuol Sleng
exposition tuol sleng S21

Le musée du génocide de Tuol Sleng a inauguré lundi 19 août une exposition temporaire sur l’histoire du bâtiment qui abritait la prison S-21, lieu emblématique des crimes commis par le régime khmer rouge.

40 ans après la chute du régime khmer rouge, le musée du génocide de Tuol Sleng a inauguré lundi 19 août une exposition sur l’histoire du bâtiment qui abritait la prison S-21, dans laquelle ont été détenues et torturées plus de 18 000 personnes durant le régime khmer rouge sous la supervision de Kang Kek Ieu, alias Douch. La visite suit l’histoire de Tuol Sleng, d’abord lycée, puis centre de torture et désormais musée et lieu de mémoire, d’archive et de justice.

Dès sa découverte en 1979 lorsque l’armée vietnamienne chasse les Khmers rouges de Phnom Penh, le musée devient un lieu de témoignage des atrocités commises au nom de l’idéologie ultra-maoïste du régime de l’Angkar. Progressivement, Tuol Sleng est devenu un musée à part entière - qui accueille 80 000 étrangers chaque année - mais aussi un centre d’archive et de restauration.

La date choisie pour le vernissage de l’exposition a été choisie pour commémorer le 19 août 1979, lorsqu’a été ouverte pour la première fois l’exposition permanente du musée Tuol Sleng, immédiatement devenu un symbole des crimes khmers rouges.

« L’exposition montre la progression du travail de mémoire réalisé, de la publication des premières brochures sur les crimes commis à S-21 jusqu’à la numérisation et la restauration des documents et objets retrouvés lors de la fuite des Khmers rouges », indique Florian Chavigny, chargé de projet au musée de Tuol Sleng . Une base de données sur les victimes du régime khmer rouge, réalisées à partir de plus de 400 000 pages de documents, devrait être rendue accessible sur internet en décembre 2019.

 

exposition musée tuol sleng
Une des salles de l'exposition. Photo fournie

 

Le parcours aborde en outre la question de la justice pour les victimes. Des panneaux expliquent le premier procès organisé dans l’urgence par le régime pro-vietnamien de la république populaire du Kampuchéa, qui a condamné in abstentia les principaux responsables du régime de l’Angkar. Le travail des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC), le tribunal mixte chargé de juger les crimes des Khmers rouges, qui a condamné Douch, Nuon Chea et Khieu Samphan, est aussi expliqué.

L’exposition se termine par un espace de mémoire et de recueillement, dans lequel sont affichés les noms de 180 des 18 000 victimes du camp S-21, une photo des rares survivants - seuls 12 détenus ont survécu à l’évacuation du camp - et un extrait du jugement de Douch, condamné par les CETC à la prison à perpétuité pour meurtre, torture, viol et crimes contre l’humanité en 2012.

L’exposition, située au deuxième étage, est accessible à tous les visiteurs du musée du génocide de Tuol Sleng jusqu’au 19 août 2020. Prix d’entrée au musée : 5 dollars pour les étrangers, gratuit pour les Cambodgiens.

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Nous nous finançons en partie par la publicité mais considérons que  la meilleure garantie pour offrir un contenu de qualité est d’être également financé par vous, fidèles lecteurs.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.