Vendredi 17 septembre 2021

Association AADI : Déconstruire les préjugés culturels entre l’Inde et la France

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 16/07/2021 à 01:02 | Mis à jour le 16/07/2021 à 01:02
AADI incubateur culturel pour les jeunes

L’association AADI dont la vocation est de favoriser les échanges et une meilleure connaissance réciproque entre l’Inde et la Bretagne a lancé un programme innovant d’incubation culturelle en mode virtuel pour pallier à l'immobilité forcée due à la pandémie. Conçu "par des jeunes pour les jeunes", c'est un programme d’analyses et d'études comparatives sur 8 thèmes actuels. La première édition a démarré mi juin 2021. 

 

La rédaction a rencontré Mathilde Berric, une des deux créatrices du programme pour l’association AADI. 


 

Mathilde Berric, une ancienne du programme d'échanges scolaires d'AADI

Mathilde Berric a bénéficié en 2014 du programme d'échanges scolaires d'AADI en passant une quinzaine de jours dans une famille indienne à Mumbai. Sa découverte de l’Inde par l'intérieur lui a laissé un souvenir marquant et elle est revenue dans le pays plusieurs fois depuis. C’est ainsi qu'elle est devenue bénévole au sein de l’association AADI.

 

 

La suspension temporaire des échanges scolaires et l’annulation à deux reprises du festival  Armor India ont poussé Mathilde Berric à innover pour maintenir les actions de AADI et les liens entre l’Inde et la Bretagne.

 

Avec Nandini Fowkar, une jeune Indienne, professeure de français à Mumbai, elles ont développé un programme virtuel d’incubation culturelle comme une alternative aux échanges en présentiel interrompus par la pandémie (ndlr : les frontières indiennes sont toujours fermées aux touristes et les frontières françaises ne sont pas encore ouvertes pour les Indiens).

 

 

L'idée est de permettre à de petites équipes de jeunes Français et de jeunes Indiens de se mélanger et de travailler ensemble sur des thématiques d'actualité (géopolitique, liberté d'expression, développement durable, féminisme et startups) via des vidéoconférences et des partages de documents. 

 

 

Un moyen de changer les perceptions que peuvent avoir certaines personnes sur l’Inde et de sortir de l’image dépeinte par les médias et par l’enseignement scolaire : pauvreté, viols, saleté, pollution…

 

Déconstruire les préjugés culturels entre l’Inde et la France

Mathilde Berric et Nandini Fowkar, avec le soutien de Jean-Claude Breton, le fondateur de AADI, se sont fixés des objectifs précis et ambitieux :

  • Déconstruire les préjugés culturels que peuvent avoir les jeunes Français sur l'Inde et vise-versa.
  • Offrir aux jeunes d’autres possibilités d’interaction et de perfectionnement des compétences communicatives, culturelles et linguistiques.
  • Dépasser le cadre traditionnel de la salle de classe comme espace d’apprentissage.
  • Mener les étudiants, dans une perspective interculturelle, à comprendre des phénomènes sociaux, économiques, culturels, écologiques, et comportementaux.

Démarrée mi juin 2021, la première édition du programme inclut 16 étudiants participants (10 Indiens et 6 Français) et 8 mentors (5 Français et 3 Indiens).

Les mentors, tous jeunes ont des expériences variées et sont spécialisés dans un domaine de compétence : une ingénieure française travaillant en Bretagne, un Indien envoyé par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) au Tchad, une jeune Indienne ayant participé au programme d'échanges d'AADI, un Français spécialisé dans l'hôtellerie de luxe, un Français en VIE à Mumbai, un ingénieur indien installé en Bretagne et un jeune diplômé français travaillant dans une startup. Un des mentors confirme :   

 

Le programme va permettre à chacun d'échanger librement, de rechercher et d'apprendre à débattre sur des sujets importants tout en confrontant les points de vue de chacun des participants. Les jeunes vont ainsi profiter d'une construction et d'une préparation mentale et psychologique qui plus tard pourra les aider au niveau personnel ou professionnel.

 

L’Institut Français en Inde et le réseau des Alliances Françaises en Inde a apporté son soutien à AADI pour le recrutement et la sélection des participants indiens. Philippe Guillien, Attaché de Coopération pour le Français à Bombay affirme :

 

Le programme d'incubation culturelle d'AADI est un projet qu'il faut encourager et un bon exercice pour les étudiants indiens qui envisagent ultérieurement de partir faire des études en France.

 

Le module startup, un projet de coopération dans les sports nautiques

Totalement innovant, le module startup du programme d'incubation culturelle est axé sur les sports nautiques (ndlr : c'est surprenant quand on connaît Mumbai) et veut engager les jeunes dans une réflexion autour du développement de la pratique du surf au Maharashtra en s'appuyant sur l'expérience et l'expertise de la Bretagne.

AADI s'est associé à deux startups indiennes : Trampoline media et Mumbai Surf Club.
 

 

 

 

Un programme bien accueilli par les participants dont les premiers travaux seront publiés à la fin du mois d'août 2021. Ravies du succès des premières rencontres et échanges, Mathilde Berric et Nandini Fowkar songent déjà à une deuxième édition.

 

Le programme complet d'incubation culturelle  d'AADI est présent sur le compte instagram d'AADI ainsi que la présentation des participants et des mentors.

 

 

0 Commentaire (s) Réagir