La population de l'Inde devrait dépasser celle de la Chine en 2023

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 11/07/2022 à 17:40 | Mis à jour le 12/07/2022 à 11:32
3 garçons indiens et 2 fillettes chinoises

L'Inde devrait dépasser la Chine en tant que pays le plus peuplé du monde en 2023, selon le rapport World Population Prospects 2022, publié par l'ONU à l'occasion de la Journée mondiale de la population, le 11 juillet 2022.

 

La population mondiale devrait atteindre huit milliards d'habitants le 15 novembre 2022, selon le rapport. Elle croît à son rythme le plus lent depuis 1950, puisqu'elle est passée sous la barre des 1 % en 2020.

"Cette année, la Journée mondiale de la population tombe au cours d'une année charnière, puisque nous attendons la naissance du huit milliardième habitant de la Terre. C'est l'occasion de célébrer notre diversité, de reconnaître notre humanité commune et de nous émerveiller des progrès en matière de santé qui ont permis d'allonger la durée de vie et de réduire considérablement les taux de mortalité maternelle et infantile", a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres.

 

Selon les dernières projections des Nations unies, la population mondiale pourrait atteindre environ 8,5 milliards en 2030 et 9,7 milliards en 2050. Un pic d'environ 10,4 milliards de personnes est prévu au cours des années 2080 avec une stabilisation possible à ce niveau jusqu'en 2100.

 

En 2022, les deux régions les plus peuplées sont en Asie

Selon le rapport World Population Prospects 2022, l'Asie de l'Est et du Sud-Est représente 29 % de la population mondiale (2,3 milliards de personnes) et l'Asie centrale et du Sud  26 % (2,1 milliards de personnes).

La Chine (en Asie de l'Est) et l'Inde (en Asie du Sud) représentent la majeure partie de la population de ces deux régions. Selon le rapport, la population de l'Inde s'élève à 1,412 milliard d'habitants en 2022, contre 1,426 milliard pour la Chine.

 

L'Inde devrait dépasser la Chine en tant que pays le plus peuplé du monde en 2023.

L'Inde devrait avoir une population de 1,668 milliard d'habitants en 2050, loin devant les 1,317 milliard d'habitants de la Chine à la même date.

 

Des danseuses de l'école Kalakshetra à Chennai
@Nondini

 

Au cours des trois prochaines décennies, les régions du monde connaîtront des taux de croissance différents de leur population. Par conséquent, la répartition régionale de la population en 2050 sera sensiblement différente de celle d'aujourd'hui. L'Asie centrale et du Sud devrait devenir la région la plus peuplée du monde d'ici 2037, car la population de l'Asie de l'Est et du Sud-Est pourrait commencer à décliner au milieu des années 2030.

 

L'Inde parmi les 8 pays à la plus forte croissance de population dans le monde

Plus de la moitié de l'augmentation prévue de la population mondiale jusqu'en 2050 sera concentrée
dans huit pays seulement : la République démocratique du Congo, l'Égypte, l'Éthiopie, l'Inde, le Nigeria, le Pakistan, les Philippines et la République-Unie de Tanzanie.

 

Mais l'indice synthétique de fécondité est en baisse au niveau national en Inde

Cependant, selon l'enquête nationale sur la santé familiale (NFHS) publiée par le ministère indien de la Santé et de la Famille en mai 2022, l'indice synthétique de fécondité (ISF), c'est-à-dire le nombre moyen d'enfants par femme, a encore diminué, passant de 2,2 à 2,0 au niveau national entre les deux dernières enquêtes. Seuls cinq États indiens se situent au-dessus du seuil de remplacement de la fécondité de 2,1 - Bihar (2,98), Meghalaya (2,91), Uttar Pradesh (2,35), Jharkhand (2,26) et Manipur (2,17).

De plus, les grossesses chez les adolescentes indiennes ont baissé à 43 % selon la dernière enquête (2019-2021), contre 51 % lors de l'enquête précédente (2015 - 2016). De même, les femmes sont moins nombreuses à se marier avant l'âge de 18 ans - 23,3 % contre 26,8 %. 

 

3 fillettes indiennes dans le Maharashtra
@Nondini

 

 

L'Inde parmi les pays dont la population a émigré de manière importante

Selon le rapport, dix pays ont connu une sortie nette de plus d'un million de migrants entre 2010 et 2021.

Dans de nombreux pays, ces sorties sont dues à des mouvements temporaires de main-d'œuvre, comme au Pakistan (sortie nette de -16,5 millions entre 2010 et 2021), en Inde (-3,5 millions), au Bangladesh (-2,9 millions), au Népal (-1,6 million) et au Sri Lanka (-1 million).

Dans d'autres pays, dont la Syrie (-4,6 millions), le Venezuela (-4,8 millions) et le Myanmar (-1 million), l'insécurité et les conflits ont entraîné des sorties nettes de migrants au cours de la décennie.

 

Impact de la pandémie de COVID-19 sur la population mondiale

La pandémie COVID-19 a affecté toutes les composantes de l'évolution démographique, selon le rapport. L'espérance de vie mondiale à la naissance est tombée à 71 ans en 2021. De plus, la pandémie a fortement restreint toutes les formes de mobilité humaine, y compris les migrations internationales. Bien qu'il reste difficile d'évaluer l'ampleur de l'impact de la pandémie sur les tendances migratoires, le rapport prévoit une réduction de moitié du solde migratoire en 2020 et 2021.

 

 


La révision 2022 du World Population Prospects est la vingt-septième édition des estimations et projections démographiques officielles des Nations Unies, préparées par la Division de la population du Département des affaires économiques et sociales du Secrétariat des Nations Unies. Elle présente des estimations de la population de 1950 à nos jours pour 237 pays ou zones, étayées par des analyses des tendances démographiques historiques. Cette dernière évaluation tient compte des résultats de 1 758 recensements nationaux de la population effectués entre 1950 et 2022, ainsi que des informations provenant des systèmes d'enregistrement de l'état civil et de 2 890 enquêtes par sondage représentatives au niveau national. La révision de 2022 présente également des projections démographiques jusqu'en 2100 qui reflètent un éventail de résultats plausibles aux niveaux mondial, régional et national.


 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale