Les Indiens parmi les plus âgés lors de leur premier rapport sexuel

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 05/07/2022 à 00:30 | Mis à jour le 05/07/2022 à 00:30
Photo : Des postures sexuelles sur les bas-côtés du temple de Konark en Inde
Des postures sexuelles sur les bas-côtés du temple de Konark en Inde

L'enquête NFHS (National Health Family Survey : enquête nationale sur la santé familiale) publiée en mai 2022, ainsi que des enquêtes similaires menées dans le monde en développement par le biais du système d'enquêtes démographiques et sanitaires (EDS), révèle que les jeunes Indiens sont parmi les plus âgés dans le monde au moment de leur premier rapport sexuel, qu'il existe un lien étroit entre le mariage et le premier rapport sexuel et la différence d'âge entre les femmes indiennes et les hommes indiens au moment du premier rapport sexuel est de quasiment 6 ans.

 

Les données de l’enquête NFHS sur la sexualité des jeunes Indiens

Selon les données de la NFHS, l'âge médian de la femme indienne lors du premier rapport sexuel est de 18,9 ans et l'âge médian de l'homme indien est de 24,8 ans. En France, selon le Baromètre Santé de 2016, l’âge au moment du premier rapport sexuel s’est stabilisé au cours de la dernière décennie et s’élève aujourd’hui à 17,6 ans pour les filles et 17,0 ans pour les garçons, sans différence notable selon le milieu social. 

 

En outre, près de deux jeunes hommes indiens sur trois (âgés de 15 à 24 ans) n'avaient jamais eu de rapports sexuels au moment de l'enquête, un chiffre qui n'est dépassé que par six autres pays, dont l'Afghanistan, le Bangladesh et le Pakistan. En revanche, seule une femme sur dix à la fin de la vingtaine n'avait pas encore eu de rapports sexuels.

 

En Inde, le premier rapport sexuel est encore étroitement lié au mariage 

L'âge auquel les hommes et les femmes en Inde déclarent avoir eu leur premier rapport sexuel est étroitement lié à l'âge du mariage, observe la NFHS. 

La première expérience sexuelle étant étroitement liée au mariage, l'âge du premier rapport sexuel a augmenté, contrairement à l'idée reçue selon laquelle les jeunes ont des rapports sexuels de plus en plus tôt. En moyenne, l'homme indien a aujourd'hui des rapports sexuels plus de deux ans plus tard qu'il y a 15 ans. Cela s'explique par le fait que les Indiens se marient plus tard - l'âge médian est aujourd'hui de 19 ans pour les femmes et de 25 ans pour les hommes. Ceux qui vivent dans les villes, qui sont plus scolarisés et plus riches se marient - et ont donc des rapports sexuels - plus tard.

 

  2005 -  2006 2015 -  2016 2019 - 2021
  hommes femmes hommes femmes hommes femmes
Age lors du 1er mariage 22,7 16,8 24,5 18,6 24,9 18,8
Age lors du 1er rapport sexuel 22,6 17,6 24,3 19 24,8 18,9

 

Le lien entre le mariage et le premier rapport sexuel soulève des questions sur l'autonomie des femmes. En 2006-2007, une enquête menée auprès des jeunes par l'Institut international des sciences de la population (IIPS) avait révélé que seuls 15 % des hommes avaient eu des rapports sexuels avant le mariage. La même enquête a révélé qu'une jeune femme sur quatre a déclaré que sa première expérience sexuelle au sein du mariage avait été forcée. 

 

Les jeunes Indiens ont encore des notions conservatrices sur les rapports sexuels

Les chiffres témoignent également d'un contrôle strict des fréquentations entre jeunes avant leur mariage. 

Contrairement aux idées reçues sur la manière et le lieu de vie des jeunes, les données d'une étude menée en 2017 auprès des jeunes par le programme Lokniti du Centre d'étude des sociétés en développement et de l'Institut Konrad Adenauer Stiftung montrent que pour la grande majorité des jeunes Indiens, le foyer se résume à deux choses : le domicile de leurs parents, puis le domicile conjugal. Seulement 4 % des jeunes interrogés vivent seuls, avec des amis ou dans un foyer. 

 

Age 15-17 18-21 22-25 26-29 30-34
Habite avec les parents 96 % 83 % 67 % 48 % 33 %
Habite avec son conjoint 1 % 12 % 25 % 48 % 63 %
Habite seul(e) / avec un(e) ami(e) / dans un foyer 3 % 5 % 7 % 4 % 3 %

 

 

Deux jeunes sur cinq seulement ont déclaré avoir un ami proche du sexe opposé. Les attitudes à l'égard des relations amoureuses avant le mariage étaient conservatrices chez les jeunes eux-mêmes. Plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré qu'elles désapprouvaient les rencontres entre hommes et femmes avant le mariage, et deux personnes sur trois étaient opposées à ce que des hommes et des femmes non mariés vivent ensemble.

 

  Hommes Femmes
% ayant eu un partenaire romantique avant le mariage 22,7 % 14,7 %
% ayant eu une relation sexuelle avant le mariage 9,4 % 3 %

 

 

Plusieurs autres enquêtes confirment celle de la NFHS

Le quotidien Mint s’est posé la question :

 

Mais qu'en est-il des personnes interrogées qui hésitent à parler de sujets sensibles ? 

Les enquêteurs de la NFHS n'excluent pas cette possibilité, mais ils soulignent la formation approfondie que suivent les recenseurs. "Je pense qu'il est faux de dire que les Indiens ne s'ouvriront pas aux questions sensibles pendant les enquêtes. Lorsque nous menions une enquête, les jeunes des villages suivaient nos équipes et voulaient leur parler, y compris sur les questions relatives à l'activité sexuelle", a déclaré Usha Ram, professeur à l’IIPS.

 

Si les relations amoureuses sont peut-être plus courantes qu'on ne le dit, d'autres sources suggèrent que les conclusions de la NFHS sur les relations sexuelles avant le mariage sont largement justes. En 2016-17, le Population Council of India a mené des enquêtes auprès des jeunes dans l'Uttar Pradesh et le Bihar, en utilisant de multiples mesures pour permettre la déclaration d'informations sensibles, notamment des "bulletins secrets". Les taux de rapports sexuels avant le mariage pour les adolescents plus âgés ont été comparés aux conclusions de la NFHS ; même au sein de la minorité qui avait des relations avant le mariage, l'intimité était largement limitée aux câlins.

 

 

 


L'enquête nationale sur la santé des familles (NFHS) est une enquête à grande échelle, à plusieurs cycles, menée auprès d'un échantillon représentatif de ménages dans toute l'Inde. Trois cycles de l'enquête ont été menés depuis la première enquête en 1992-93. L'enquête fournit des informations au niveau de l'état et du pays sur la fécondité, la mortalité infantile et juvénile, la pratique du planning familial, la santé maternelle et infantile, la santé reproductive, la nutrition, l'anémie, l'utilisation et la qualité des services de santé et de planning familial.

L'assistance technique pour la NFHS a été fournie principalement par ICF (un cabinet de conseil américain spécialisé dans le numérique) et d'autres organisations sur des questions spécifiques. Le financement des différents cycles de NFHS a été assuré par USAID (l'agence américaine pour le développement international), DFID (le département pour le développement international du gouvernement anglais), la Fondation Bill et Melinda Gates, UNICEF, UNFPA, et le Ministère indien de la Santé et du Bien-être de la Famille.


 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale