Lundi 23 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Faire du volontariat au Liban avec France Volontaires

Par Noémie de Bellaigue | Publié le 31/01/2019 à 15:22 | Mis à jour le 01/02/2019 à 10:11
Volontariat Liban

La représentante de France Volontaires à Beyrouth présente pour lepetitjournal.com Beyrouth la plateforme de mise en relation entre structures françaises et libanaises et son fonctionnement.

 

Créée en 1963 sous l’initiative du président français Charles de Gaulle, l’Association française des volontaires du progrès (AFVP) permet aux jeunes d’effectuer des missions de volontariat, en France dans un premier temps, et ensuite à l’étranger. En 2009, l’association devient un opérateur du ministère français des Affaires étrangères. Une plateforme en ligne mettant en lien les volontaires avec les structures proposant des missions est crée. L’AFVP devient France Volontaires (FV) et se positionne davantage comme un accompagnateur des acteurs du volontariat.

 

France Volontaires au Liban

Présent au Liban depuis 2012, France Volontaires ouvre en 2016 un bureau au sein du campus de l’Ambassade de France à Beyrouth pour gérer la coordination et l’encadrement des volontaires dans le pays du Cèdre. « Les premières années, nous nous sommes efforcés de dresser un état des lieux », se souvient Jihane Elayachi, la représentante de FV au Liban.  « Il s’agissait de déterminer savoir quel étaient le potentiel du volontariat et les ONG avec qui travailler afin d’élaborer la stratégie de France Volontaires Liban », ajoute-t-elle.

Mme Elayachi est en contact avec les structures françaises partenaires de FV qui envoient des missions à l’étranger telles que la Guilde européenne du Raid, la Délégation catholique de coopération ou encore le Service de coopération et de développement. Son rôle est d’accompagner ces organismes dans leurs envois de missions et de les aider à identifier de nouvelles structures d’accueil sur place.

Au Liban, les volontaires sont principalement envoyés dans des ONG et des établissements scolaires. « Il pourrait y avoir des volontaires dans des entreprises mais le Liban n’a pas cette mentalité. La Sureté Générale ne délivre pas de visa pour un volontaire qui perçoit une indemnité versé par une entreprise libanaise », explique la représentante de FV. Chaque année, France Volontaires Liban prend en charge une soixantaine de volontaires.

A cause de la guerre en Syrie et les tensions avec Israël, seules les missions dans les « zones jaunes », telles que définies par le ministère des Affaires étrangères, sont autorisées. Les missions aux frontières nord, est et sud sont proscrites. 

 

Les principales formes de volontariats
Au Liban, France Volontaires propose plusieurs formes de volontariats que vous pouvez découvrir sur leur site internet. 

- Le volontariat de solidarité internationale (VSI)
Il s’agit d’un volontariat de compétences, disponible à partir de 18 ans. « En général, les personnes sous ce statut ont déjà une ou plusieurs expériences professionnelles. Ce type de profil est recherché par les associations libanaises cherchant à renforcer leurs équipes locales, notamment en formant un local qui reprendra le poste. C’est cet esprit de transmission que nous cultivons au sein de France Volontaires », explique Jihane Elayachi.

- Le service civique
A l’origine limité à la France, ce volontariat désormais élargi à l’international promeut l’action citoyenne dans le domaine public. Il concerne les 18-25 ans. « Au Liban, les demandes de service civique montent en flèche. Ce type de volontariat est très sollicité par les établissements scolaires, notamment pour promouvoir la francophonie. Les volontaires accompagnent les élèves pour les aider à renforcer leur français », détaille Mme Elayachi.

 

Processus et organisation sur place
Le candidat répond aux propositions de missions via le site internet de France Volontaires. Les structures d’accueil font leur sélection sur dossier « avec une attention particulière à la lettre de motivation », précise la représentante de FV. France Volontaires peut être sollicité lorsque l’organisme sur place souhaite une expertise supplémentaire quant au dossier. Une fois la candidature acceptée, France Volontaires s’occupe du suivi et de l’accompagnement administratif (visa) et dans quelques cas logistique (logement). Au Liban, un bureau à la Sureté Générale a été spécialement ouvert  pour accueillir les ONG afin de faciliter les procédures d’obtention de visa et de titres de séjour.

Selon leurs capacités, la structure d’envoi ou celle d’accueil prend en charge le billet d’avion. Si aucune d’elles ne peut le financer, le billet est à la charge du volontaire. La rémunération est assurée à 70% par l’État français. Le reste est déterminé par une convention de partenariat entre la structure d’envoi et la structure d’accueil. Le logement est pris en charge jusqu’à une hauteur définie par la structure d’accueil.

 

La Journée du Volontariat Français

Chaque mois d’octobre, la plateforme organise la Journée du volontariat français pendant laquelle sont organisés des activités, des conférences ainsi que des projections visant à présenter la plateforme.

 

Les Libanais peuvent faire, eux aussi, du volontariat en France

En septembre dernier, France Volontaires a mis en place un projet en partenariat avec le conseil départemental de l’Aude, pour permettre à des jeunes du monde entier d’effectuer un service civique en France. Pour cette première année, l’Aude accueille trois volontaires étrangers, dont un Libanais. Ils font le tour des établissements scolaires du département pour parler de citoyenneté avec les élèves et partager leurs cultures. « Au Liban, ces missions de réciprocité sont difficiles à mettre en place mais de nombreux Libanais, souhaitant vivre ce genre d’expérience, nous sollicitent. Nous espérons l’ouverture de davantage de missions de ce type en 2019, notamment avec l’appui et en collaboration avec les collectivités territoriales ».

 

 

10609615_1715860111963051_3896802397886420742_n

Noémie de Bellaigue

En vadrouille, à la recherche des clés de compréhension du Liban au coeur d'une région bouillonnante !
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Beyrouth

ENVIRONNEMENT

L’USEK s’associe au projet CEDRO, financé par l’Union européenne

L’Université Saint-Esprit De Kaslik (USEK) s’associe au projet CEDRO, financé par l’Union européenne, pour mettre en œuvre une stratégie relative à l’énergie durable au niveau de l’Université.

Expat Mag

ENSEIGNEMENT

Rémunération des profs : la France peut mieux faire !

De nombreux enseignants publient sur les réseaux sociaux leurs rémunérations sous le hashtag #balancetafichedepaiedeprof. Pourquoi ? Pour protester contre leurs salaires et leurs conditions de travail