Mercredi 27 janvier 2021

Un Noël pas comme les autres en Allemagne. Témoignages

Par Juliana Bitton | Publié le 25/11/2020 à 14:00 | Mis à jour le 26/11/2020 à 09:19
Photo : © Unsplash
Noël covid expatriés allemagne

L’année 2020 qui s’achève bientôt aura été fortement marquée par la crise sanitaire. Noël approche à grand pas et aura probablement le goût amer de la séparation pour de nombreux expatriés en Allemagne. En effet, même si Emmanuel Macron a annoncé ce mardi 24 novembre qu'il allégeait les mesures pour permettre aux Français de « passer Noël en famille » dans le respect des règles sanitaires, avec les risques de contamination, beaucoup se retrouvent coincés en Allemagne et ne veulent pas passer Noël en famille afin de protéger leurs proches mais aussi éviter l'éventuelle quarantaine du retour. Comment se retrouver autour du sapin tout en respectant les gestes barrières, en particulier en présence de personnes âgées et à risque ?

Julie (24 ans), Chiara (21 ans) et Oscar (24 ans) sont tous les trois Français et font leurs études à Berlin. Félicien (18 ans) est allemand, mais ses parents sont expatriés et viennent de France. Bradon (23 ans) est originaire du Cameroun et réalise un stage dans la capitale allemande. Enfin, Amandine (38 ans) et Delphine (44 ans), nées en France, travaillent toutes deux à Berlin. Ils et elles nous en disent plus sur leurs projets de fin d’année. Témoignages.

 

Noël 2020 : apprendre à ne plus s’organiser...

Pour Julie, bien qu’elle soit sûre de rentrer pour Noël, les retrouvailles sont incertaines : « je pense que l’on va organiser cela au dernier moment. D’habitude, je fête Noël avec toute ma famille et tous mes cousins mais cette année je serai certes auprès de ma famille mais de manière « réduite », c’est-à-dire juste avec mes parents et mes frères, peut-être mes grands-parents également mais dans tous les cas, ce sera un Noël en petit comité et un peu éparpillé ». 

Félicien est du même avis : « idéalement avec mes parents, on aimerait bien aller en France rejoindre le reste de la famille, mais avec l'incertitude à propos des règles imposées par les gouvernements, on ne peut pas vraiment avoir de plans précis. »

Ce sera le Noël des amis cette année

Chiara et Oscar rentrent aussi chez leurs parents, mais Oscar précise que « l’éventualité d’annuler au dernier moment n’est pas exclue, ça dépendra de la situation. »

Pour Amandine, cela s’annonce plus compliqué : « si les conditions autour de Noël restent comme en novembre, ce sera trop compliqué de se rendre en France car cela suppose une quarantaine d’une semaine au retour et avec l’école des enfants c’est trop compliqué. »

Delphine pense rester en Allemagne pour Noël : « nous restons à Berlin en cercle réduit. Ce sera le Noël des amis cette année ! »

Quant à Bradon, rentrer au Cameroun ou recevoir sa famille en Allemagne est trop compliqué donc il restera en Allemagne.

avec ma grand-mère qui est dans un EHPAD en France, ce n'est vraiment pas simple

 

Noël et covid expatriés
© Unsplash

 

Entre séparation douloureuse et adaptation

Félicien trouve la séparation avec sa famille douloureuse. Même s’il essaie de rester en contact, il précise : « c'est compliqué d'être séparé surtout que mes parents et moi avons pu seulement aller une ou deux fois en France au cours de l'année, on essaie de s'appeler régulièrement, mais par exemple avec ma grand-mère qui est dans un EHPAD (Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, ndlr) en France, ce n'est vraiment pas simple. »

Chiara aussi ne supporte pas beaucoup cette séparation car elle a l’habitude de rentrer dans sa famille au moins une fois par mois.

Delphine trouve cette séparation très pesante, elle ajoute : « en particulier de ne pas pouvoir aider, accueillir et être là pour ma maman. »

Bradon, lui, est habitué à vivre seul loin de sa famille depuis longtemps, mais sa famille lui manque tout de même beaucoup.

Julie n’a pas pu être auprès de sa famille durant les deux confinements français. Mais concernant la séparation elle explique : « je ne la gère pas trop mal, même si évidemment quelquefois ils me manquent et je suis contente de bientôt les retrouver ! »

Pour Amandine qui a eu la chance de voir sa famille durant l’été, « ça ne me pèse pas trop encore. C’est surtout dommage pour les enfants. Mais le fait de moins voyager permet aussi de se reposer un peu. »

Enfin de son côté, Oscar explique que pour le moment il arrive à supporter cette séparation. Toutefois, il nous confie, « je ressens une plus grande frustration à être séparé de mes amis que de ma famille ! »

 

Qu’en est-il des cadeaux ?

 

Noël et covid expatriés
© Unsplash

 

Pour toutes les personnes que nous avons interrogées, il y aura des cadeaux ! Le coronavirus n’empêchera pas ce plaisir d’offrir. Concernant Delphine qui ne se rend en France à Noël qu’une fois tous les deux ans, elle explique qu’elle enverra « un gros colis avec des biscuits et truffes faites maison, un choix de chants de Noël que nos familles même à distance chanteront le soir de Noël, une petite figurine en pâte de verre traditionnelle pour ajouter à la collection, des étoiles en dentelle découpées par mes enfants, des bandes dessinées et des objets insolites trouvés dans les marchés aux puces. » Elle précise également : « Par la poste, pas d’Amazon. »

j’attendrai sûrement que la situation se calme et j’offrirai les cadeaux plus tard

En revanche, pour Amandine, cela dépendra de sa présence ou non auprès de sa famille, « si on ne se voit pas, j’enverrai les cadeaux par la poste ou ferai des livraisons via internet. »

Julie elle, pense offrir des présents à ceux qui seront présents, « pour les autres, j’attendrai sûrement que la situation se calme et j’offrirai les cadeaux plus tard. »

Félicien de son côté pense que les cadeaux « vont se limiter au strict minimum et du coup, ce sera peut-être un petit paquet pour les plus proches au nom de ma famille. »

Enfin, Chiara sortira ses cadeaux tout droit de sa valise tandis qu’Oscar les achètera à son arrivée en France.

 

L’esprit de Noël malgré tout au rendez-vous

Chiara aurait voulu se rendre sur les marchés de Noël, en particulier celui de Strasbourg. Mais pour elle « s’il y a une bonne ambiance à la maison avec la famille, l’esprit de Noël est toujours présent. »

la famille entière se réunira tout de même, mais sur zoom

A l’instar de Chiara, Félicien imagine qu’il n’y aura pas autant de « Christmas Spirit » et que cela est dommage, mais il pense qu’avec sa famille « se faire des petits Glühwein (vin chaud, ndlr) à la maison, ça peut faire du bien. » Il ajoute que la famille entière se réunira tout de même, mais sur zoom !

 

Noël et covid expatriés
© Unsplash

 

Oscar comme Bradon n’ont pas l’impression de vivre chaque année cette euphorie autour de Noël. Oscar explique « je n’ai pas été élevé dans une famille qui m’a transmis l’esprit de Noël donc en ce qui me concerne ça ne change pas grand-chose. » et Bradon de préciser « dans mon cas, de toute façon je n’ai pas trop la culture de Noël autour des marchés et des messes... »

On va s’adapter et puis ce n’est pas la fin du monde

Pour Julie, l’esprit de Noël va de pair avec les festivités, mais « il s’agit aussi d’être réunis et de cuisiner quand il fait froid et qu’il y a de la neige... en fonction des familles on s’habille bien, on décore, il y a toutes ces traditions et pas que les marchés de Noël ! On va s’adapter et puis ce n’est pas la fin du monde ! » (Rires)

Pour Delphine, comme durant ces 7 derniers mois, il faudra être très inventif ! Elle explique : « Nous parlons beaucoup de faire un Noël des amis, d’aller chez les uns et les autres fêter noël, d’organiser des moments insolites dehors, d’en profiter pour nager dans les lacs, se balader en forêt, etc. Avec une seule famille amie à la fois bien sûr. L’esprit sera là et peut-être la seule chose à retenir de tout ça, c’est de réaliser à quel point toutes ces choses nous manquent. »

 

Juliana Bitton

Juliana Bitton

Passionnée par le cinéma, la littérature féministe, les voyages et la photographie, Juliana est rédactrice web pour Lepetitjournal.com Allemagne.
0 Commentaire (s)Réagir