TEST: 2240

Des centaines de faux départs chez les soignants allemands

Par Guillaume Tarde | Publié le 31/01/2022 à 16:45 | Mis à jour le 31/01/2022 à 16:45
Photo : © Camilo Jimenez - Unsplash
Ambulance allemande

Si une vague d’annonces de recherche d’emploi dans le secteur dans la santé submerge certains journaux, il s’agit de faux, destinés à faire croire à un départ massif des soignants.

 

Des annonces inquiétantes…

Au 15 mars 2022, les professionnels de santé allemands devront être vaccinés pour continuer à exercer. D’après le Berliner Morgenpost, « les taux de vaccination parmi les employés du secteur de la santé sont élevés à l'échelle nationale, environ 90 % ». Si une minorité reste donc à convaincre, certains soignants opposés à cette obligation vaccinale, ont décidé de prendre les devants.

 

Début janvier, le Traunsteiner Tageblatt, un journal bavarois, a vu ses colonnes de petites annonces se remplir subitement. Même chose quelques jours plus tard pour l’Oberlausitzer Kurier qui a vu « plus de 120 petites annonces du même style, écrites par de soi-disant travailleurs du secteur de la santé », fleurir dans ses pages explique le T-Online.

 

Pourtant selon le journal, « l’objectif principal de ces annonces n’était pas de retrouver un travail. Il s’agissait avant tout d’attirer l’attention et d’instituer un climat de peur. » En effet, ces annonces ont provoqué de nombreuses réactions, laissant penser que le système de santé ne pourrait faire face à un tel manque de main d’œuvre. L’objectif est d’utiliser ces départs massifs comme un argument de pression contre l’obligation vaccinale imposée aux soignants.

 

 

… mais fantômes

Toutefois, la rédaction du T-Online a voulu vérifier ces informations et a donc tenté de contacter les auteurs de ces annonces. En les épluchant, les journalistes se sont rendu compte que certaines ne comportaient pas de numéro de téléphone ou d’adresse mail.

 

Les annonces de recherche d’emploi sans possibilité de contacter le demandeur d’emploi leur semblent suspectes mais sont pourtant bien réelles et nombreuses. Par ailleurs, derrière certains noms de façade utilisés dans les annonces se cachent les numéros de téléphone de personnes bien réelles mais sans aucun rapport avec le milieu médical.  « Derrière le numéro inscrit sur l’annonce d’une infirmière censée s’appeler Olivia se cache par exemple un homme, fan du groupe de metal Rammstei », dévoile le journal. « La sage-femme, […], n'a malheureusement pas de numéro valable, tout comme l'infirmière avec 29 ans de carrière ou un ambulancier, qui a curieusement le même numéro qu’une physiothérapeute de 34 ans » ajoute le T-Online qui travaille à vérifier les annonces avec l’aide du compte Twitter @Datenliebe1, spécialisé dans les analyses sur Telegram.

 

Si le phénomène a pu être récupéré par l’extrême droite et le député AfD Frank Peschel - « apparemment, la politique ne s'attendait pas à un nombre aussi élevé de soignants qui refusent la vaccination » - le pot aux roses a été découvert rapidement.

 

La démission de soignants est cependant un réel sujet et plusieurs personnes ont, en effet, quitté leur poste en décembre et janvier. Ces départs ne sont toutefois pas très inquiétants au regard des effectifs notamment dans le Land de la Saxe. Quand bien même 120 personnes quitteraient leurs fonctions, comme le suggèrent les fausses annonces publiées dans la région, l’impact ne serait que minime sur un effectif total de près de 15 000 soignants.

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

Sur le même sujet
Portrait Guillaume Tarde

Guillaume Tarde

Guillaume a rejoint l’équipe de la rédaction de Berlin en septembre 2021. Il est diplômé d’un master de marketing et communication. Passionné de voyages et de vélo, il aime tenir des carnets sur ses aventures.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale