Vendredi 21 janvier 2022
TEST: 2236

La vie en Grèce - Top 7 des choses auxquelles je ne m'attendais pas

Par Lucile Rousseau | Publié le 25/07/2019 à 07:00 | Mis à jour le 26/07/2019 à 16:30
grèce découverte

Depuis la France, j’avais une représentation très vague de la société grecque et de la vie quotidienne en Grèce. Après un mois et demi passé à Athènes, j’ai appris à découvrir ce pays, sa culture et ses habitudes. Voici quelques caractéristiques de la vie en Grèce auxquelles je ne m’attendais pas mais que j’ai apprécié découvrir lors de ce séjour.  

 

1) Un rythme de vie décontracté

La première chose qui m’a surprise en arrivant en Grèce est le rythme de vie des Grecs. Bien loin de l’ambiance effrénée de Paris, la capitale grecque prend son temps. Si cela a pu m’agacer dans un premier temps, j’ai vite compris les bénéfices de ce rythme décontracté. Les Grecs prennent le temps de vivre, de profiter des instants, et c’est finalement tellement plus agréable d’adopter ce tempo. 

 

rue grèce

 

2) Un code de la route très personnel

Une autre chose qui m’a instantanément impressionnée en arrivant à Athènes : le trafic routier, qui semble être régi par des règles propres à chacun. À certaines heures de la journée, la place Syntagma prend des airs de Fast and Furious. Il n’est pas rare de croiser des conducteurs de scooters sans casques. Entre deux feux de circulation, les automobilistes n’ont pas peur d’alterner entre accélérations et freinages brusques. En tant que piéton, il faut vite se faire à l’idée que l’on n'est pas prioritaire et se résigner à attendre patiemment le voyant vert au bord d’un passage piéton. 

 

3) La qualité et la variété de la gastronomie grecque 

Cela dépend certainement des régions, mais la France compte tout de même peu de restaurants dédiés à la gastronomie grecque, en comparaison avec les établissements italiens, par exemple. C’est donc avec une image très réduite de la nourriture grecque que je suis arrivée dans ce pays. Pour moi, la cuisine grecque se résumait à l’incontournable feta, à un peu de tzatziki, et à une moussaka assez fade. En vivant en Grèce, j’ai découvert une gastronomie bien plus riche, qui sait marier viandes tendres, poissons frais et légumes de saison. Tout ce que j’ai pu goûté a ravi mes papilles. En particulier, vont terriblement me manquer : la spanakopita (tarte aux épinards-fromage), le gâteau au chocolat Mosaïc, sans oublier les innombrables salades grecques rafraîchissantes.  

 

salade grecque

 

4) La diversité des paysages

En France, lorsque la Grèce est évoquée dans les médias, les mêmes images des sites archéologiques et des maisons cycladiques sont montrées en continu. J’ai découvert que le patrimoine de la Grèce est bien plus riche que cela. Bien sûr il y a la beauté de ses îles (que leurs maisons soient blanches ou colorées), mais la Grèce c’est aussi des paysages montagneux, des falaises, d'innombrables plages, des champs d’oliviers à perte de vue et des petits villages pittoresques. 

 

pêcheur grèce

 

5) Une langue indéchiffrable 

Avant d’arriver, j’ai eu la prétention innocente de penser qu’au bout d’un mois en Grèce j’arriverais à maîtriser les bases de la langue grecque. Cela s’est avéré être bien plus compliqué. Avec son alphabet qui nous est complètement étranger et ses sons propres à la langue, il est très difficile de parvenir à déchiffrer le grec au bout de quelques semaines. Ce n’est pas une tâche impossible, mais cela demande un réel engagement et une patience à toute épreuve. Se retrouver dans un pays où l'on ne comprend absolument rien et dans lequel on ne peut même pas tenter de déduire le sens de quelques mots donne une impression particulière. Heureusement, cela ne freine pas les Grecs pour communiquer. 

 

6) La place de la religion

Avec ma vision française habituée à la laïcité, j’ai été surprise de découvrir que l’Église et l’État n’étaient pas séparés en Grèce. Encore aujourd’hui, la religion orthodoxe est omniprésente dans la vie quotidienne des Grecs. Il y a des églises à tous les coins de rue, et même si je n’ai pas assisté aux festivités de Pâques, j’en ai beaucoup entendu parler. J’ai trouvé cette particularité culturelle particulièrement intéressante, surtout venant d’un pays où la religion orthodoxe est mal connue. 

 

7) La bienveillance des Grecs

Ce qui m’a immédiatement impressionnée est la bienveillance et la gentillesse des locaux. Les Grecs sont attentifs, souvent contents d’échanger, et encore plus d’aider. Ils ne sont pas dans une attitude d’indifférence ou d’évitement. Au contraire, ils cherchent la communication, malgré la barrière linguistique. Les Grecs font preuve d’une véritable culture de l’accueil, grâce à laquelle on se sent immédiatement chez soi. Dans tous les endroits que j’ai pu visiter, mes hôtes se sont montrés extrêmement disponibles et chaleureux, tout comme les commerçants et les restaurateurs. Cet accueil m’a permis de m’adapter très vite à ce nouvel environnement, malgré les surprises des premiers jours. Au bout de seulement un mois et demi, la gentillesse des Grecs m’a véritablement touchée et c'est avec un pincement au coeur que je vais quitter ce beau pays.

 

vue athènes

 

Tα λέμε σύντομα ! À bientôt !

PHOTO PROFIL

Lucile Rousseau

Etudiante en sciences politiques et globe-trotteuse en herbe, je pose mes valises à Athènes pour quelques semaines. Je vous propose de découvrir ou redécouvrir la capitale grecque sous le regard neuf d'une novice en mythologie et horiatiki.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Athénaïs ven 26/11/2021 - 08:49

Bonjour,

je vis en Grèce depuis 7 ans et je ne partage pas du tout votre point de vue. Aux premiers abords, on pourrait être mené à penser ce que vous avez écrit. Mais en approfondissant un peu, je dirais ceci sur les points que vous avez relevés :

1. un rythme de vie décontracté :

Oui, très décontracté. C’est agréable au début, mais rapidement on se rend compte que les grecs n’ont que deux activités principales : voire du café pendant des heures (un café frappé en terrasse pendant 5-6heures) et faire du commérage ( les grecs sont de sacrés commères.). Pas de visite de musée, pas d’opéra, pas de théâtre, pas de discutions littéraire ni philosophique, pas de politique, pas de voyages… les sujets de conversation sont meurtriers tellement ils sont ennuyeux et superficiels. Les grecs manquent terriblement de culture générale et d’ouverture sur le monde.

3. La variété gastronomique? 
je ne la vois pas. La gastronomie grecque est juste de la cuisine simple de grand-mere. C’est agréable au début mais attention aux brûlures d’estomac (c’est souvent très mal cuisiné). Il n’y a aucun variété, toutes les recettes sont composées des mêmes ingrédients, des mêmes sauces, avec beaucoup d’huile évidemment. Si on compare à la cuisine méditerranéenne du sud de la France ou de l’Italie, c’est franchement décevant. Pita, et sauce tomate partout, seulement 4 fromages sont consommés (fera, graviera, halloumi et mizithra). De plus la cuisine grecque est en réalité une cuisine turque. Il n’y a rien d’authentique et de réellement grec.

6. la place de la religion?

ou plutôt de la superstition. Les grecs n’ont aucune connaissance religieuse, ni philosophique. En réalité ils sont juste extrêmement superstitieux et très contrôlants. Ils critiquent tout le monde en permanence. Tout prétexte est bon pour soupçonner quelqu’un de sorcellerie ou d’être diabolique. Ils sont restés deux cent ans en arrière, mais pas pour les bonnes choses.

7. La bienveillance des grecs?

alors la c’est le pompon. Ils sont au contraire extrêmement malveillants. S’ils s’intéressent à vous au début c’est pour ramasser  un maximum d’informations et pouvoir vous critiquer dès que vous aurez le dos tourné. Avec le temps, et si vous parlez grecs couramment comme moi pour comprendre ce qui se dit de vous, et de tous, vous serez dégoûtés de cette mentalité. Tout est relevé, tout est critiqué. Ils ont une manière de tout dénigrer car c’est un peuple profondément malheureux qui ne vit que dans le ressentiment et le dénigrement des autres. Extrêmement racistes, méprisant et prétentieux, j’en ai entendu des horreurs (et je ne parle pas d’exception): “ les grecs sont le peuple élu, supérieur aux autres peuples”, “les étrangers sont des imbeciles”, “tout est mieux en Grèce, ça ne sert à rien de voyager”,… 

quant au commérage, n’allez pas imaginer des ragots inoffensifs, mais plutôt des horreurs. Les grecs sont des menteurs avérés, ils pourront vous inventer des expériences de vie à la pelle pour mieux vous rouler dans la boue ! Vous pourrez par exemple être sataniste, pratiquer des orgie, être une prostituee (si on les écoutait toutes les femmes sont des prodtituees), avoir un petit sexe, etc. Absolument pathétique.

 

je vis encore en Grèce mais je prépare mon retour en France et j’ai hâte. Si je le pouvais je partirais sur le champ.

Répondre

Que faire à Athènes ?

PUBLIREPORTAGE

Partir faire du camping à l'étranger

Pour ceux qui aiment l’aventure, partir camper à l’étranger est une expérience à tenter. Cependant, il est primordial de se renseigner sur les mesures spécifiques à prendre. En effet, chaque pays…