TEST: 3715

Paul Strand, de New York à la campagne française…et au Thyssen de Malaga 

Par Bernard Frontero | Publié le 17/11/2021 à 21:00 | Mis à jour le 17/11/2021 à 21:20
Photo : Thyssen Malaga
Paul Strand Thyssen Malaga

Cet automne, et jusqu’au 6 mars, le Museo Carmen Thyssen Málaga ouvre “Beauté directe”, sa première exposition temporaire consacrée exclusivement à la photographie, offrant aux visiteurs une nouvelle expérience de l'art du 20ème siècle à travers un langage d'une grande modernité grâce au photographe new-yorkais Paul Strand. 

Paul Strand, une observateur du monde

Paul Strand est né à New York dans une famille d'immigrés de la République tchèque. Etudiant de Lewis W. Hine à l'Ethical Culture School, il visite la galerie 291 d'Alfred Stieglitz et découvre la photographie comme un art et non plus qu'un simple passe-temps. 

À partir de ce moment, il consacre sa vie à l'observation directe du monde - architecture, objets du quotidien, paysage ou décor - à travers l'objectif de son appareil mais avec un cadrage inhabituel. 

Parcours de l'exposition 

Les 131 photos exposées permettent au visiteur de retracer les grandes étapes de la carrière de l'artiste new-yorkais, depuis ses premières œuvres jusqu'à sa disparition. 

La carrière du New-Yorkais, depuis ses débuts dans sa ville natale, en passant par ses voyages dans de nombreux lieux en Amérique, Europe et Afrique, jusqu'à ses dernières années dans la campagne française. 

Paul Strand Thyssen Malaga

Créateur fondamental et pionnier dans l'histoire de la photographie moderne, Strand s’est penché avec une intense sincérité sur des paysages et des portraits, des photographies qui interpellent le spectateur par la perfection de leur cadrage et leur beauté naturelle(Straight Photography). 

Ses débuts à New York (1915-1930) 

Au cours des années 1910 et 1920, Strand a développé une façon de regarder qui lui a permis de prendre des photographies en décalage avec son époque, dans laquelle il expérimente la géométrie et les points de vue inhabituels appliqués à l'architecture mais aussi aux objets, aux paysages et aux plantes. Il s'est également attaqué à des projets de photographie sociale, où il a introduit un élément documentaire et une base d'expérience quotidienne qui seront cruciaux pour la photographie urbaine du XXe siècle.  

En 1921, il se lance dans le cinéma et réalise, avec le peintre et photographe Charles Sheeler, l'un des films pionniers du langage cinématographique de l'avant-garde, Manhatta, inspiré par des poèmes de Walt Whitman. 

Maturité entre l'Amérique et l'Europe (1930-1955) 

Dans les années 1930, l'activisme politique de Strand l'a conduit au Mexique, où il a réalisé les images qui constitueront Le Porfolio mexicain, publié en 1940. Dans les photogravures de Mexico, les objets de la culture populaire apparaissent pour la première fois aux côtés des objets de la culture populaire et montre une recherche de la relation spirituelle entre le peuple et sa terre, leitmotiv de ses travaux ultérieurs. 

En 1945, le musée MoMA de New York organise une rétrospective de son œuvre, la plus grande jamais consacrée à un photographe. Le succès de cette exposition donnera lieu à un projet sur la Nouvelle-Angleterre dans les années suivantes, qui aboutira à son premier livre de ses propres photographies, Time in New England (1950). 

Paul Strand Thyssen Malaga

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale et avec l'avènement du maccarthysme anticommuniste, Strand quitte volontairement les États-Unis en 1949 et s’installe en France où il s'intéresse de plus en plus à des questions sociales. 

Les dernières années entre l'Afrique et son refuge français (1955-1976) 

En 1955, Paul Strand fait l’acquisition d’une propriété à Orgeval, un petit village à l'ouest de Paris, qui est devenu son petit refuge pour ses nouvelles expérimentations entre ses voyages, qui le conduisent dans des pays aussi divers que la Roumanie, le Maroc et l'Afrique avec l'Égypte et le Ghana.

Ces années montrent son approche de la réalité des personnes et des lieux, témoignage de son engagement éthique et social, avec son attachement aux nouveaux courants de pensée qui ont émergé pendant l'après-guerre, comme l'humanisme, donnant une visibilité aux autres cultures et modes de vie. 

A chacun de ses déplacements à l'étranger, il revenait toujours à Orgeval où il avait sa première chambre noire et préparé des livres, des expositions et des portfolios, ainsi que l'accueil de nombreux amis et collaborateurs. 

Oeuvres de la Fundacion MAPFRE

La Fundación MAPFRE, à l’origine de cette exposition au Museo Thyssen de Malaga, offre aux visiteurs la collection la plus importante de l'œuvre de l'artiste en dehors des États-Unis, comprenant plus d'une centaine d'œuvres qui constituent un panorama complet de la carrière de l'un des plus importants photographes du siècle dernier. 

Nous vous invitions à découvrir ici le catalogue de l’exposition

 

bernard frontero

Bernard Frontero

Directeur de l’édition LePetitJournal.com/Andalousie. Ayant collaboré avec la presse francophone au cours de 25 passionnantes et dynamiques années en assurant la direction de centres culturels français à travers le monde
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Andalousie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bernard Frontero

Rédacteur en chef de l'éditon Andalousie.

À lire sur votre édition locale